Harmony K. Sharen - Péripéties

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Harmony K. Sharen - Péripéties   Jeu 2 Juil 2015 - 19:38

Terminés



15 novembre 1996
"Cela faisait quelque temps que je n'avais plus vu Aston. On s'est donné rendez-vous dans la verrière, pour travailler. Evidemment, il est arrivé en rogne ! Il n'a pas pu s'empêcher de se battre dans le couloir et en plus, il a perdu le duel..."



19 novembre 1996
"A la bibli, j'ai croisé Ona. Cette fille est intelligente, mais assez tête de mule. Lorsqu'on part dans un débat, elle veut à tout prix avoir raison. C'est marrant, du coup je l'ai un peu provoquée sur la divination. Comme je travaillais sur mon devoir sur le téléphone, elle m'a prise de haut, comme quoi elle connaissait parfaitement la technologie moldue.. C'qu'il faut pas entendre ! Je n'ai pas manqué de lui clouer le bec.
Finalement, elle m'a déçue. Sa rhétorique laisse à désirer, et je la voyais plus passionnée que cela. Dommage."


avec Cyril Evans, Baptiste Lechner, Lune R. Auclair

20 novembre 1996
"Alors là, c'était vraiment pas un bon jour ! J'étais tellement énervée et Sara en a rajouté une couche. Je voulais me calmer dehors, quand une Serdaigle m'est rentrée dedans. Elle est tombée, la cruche. Je lui ai balancé ses quatre vérités ce qui a déclenché chez deux Gryffondors une indignation à peine exagérée... Comme si elle avait besoin d'aide ! Elle était au moins en 5ème année ! Bref, l'un d'entre eux m'a attaquée avec un Crache Limaces. C'est vraiment bas de sa part, il m'a humiliée pour un rien. C'était un 7ème année en plus ! Parfois je me demande... A quoi pensent les gens ?



22 novembre 1996
"Minerva s'est blessée à l'aile. Il fallait vite que j'applique un onguent, je n'ai pas eu d'autre choix que de me rendre à la volière après le couvre-feu. J'ai vu Théodore y aller aussi. Je ne sais pas ce qu'il voulait y faire, et pourquoi à cette heure tardive. Il avait l'air inquiet... Je me demande ce qu'il mijote!"


avec Gareth Davis et Roxane Setterfield
25 novembre 1996
"Sans grande conviction, je suis allée au festival d'Avalon. Percutée par une élève de Pouffsouffle, j'ai décidé de la suivre, elle et son acolyte, vers les montagnes russes. Je n'en avais jamais fait. Nous avons fait la rencontre de trois ados Moldus dans la file d'attente. Ils se sont déridés sur le manège, mais l'amusement a été de courte durée. L'annonce crachée par le haut parleur nous a plongés dans la perplexité. Les suppositions allaient bon train et l'atmosphère est devenue... électrique. Drôle d'expérience !"


 avec Angel Johnson (ouvert aux Serpentards)

27 novembre 1996
"J'avais disposé mes affaires un peu partout dans la salle commune pour m'entraîner au sortilège d'Attraction. Je croyais être seule, mais la Préfète, Angel, m'a surprise. Elle n'a pas fait de remarque concernant le bazar et était même très sympa. Elle m'a encouragée à briguer son poste, quand j'en aurai l'âge. Puis elle a voulu parler de... relations amoureuses. J'étais bien embarrassée, mais finalement, le sujet est amusant !"


avec Iridessa P. Smith

28 novembre 1996
"Je devais vite aller déposer mes livres à la bibli avant de déjeuner, mais les escaliers n'en faisaient qu'à leur tête ! Une élève de Pouffsouffle a proposé de m'accompagner et nous avons trouvé un chemin secret. J'espérais que l'escalier en colimaçon desserve tous les étages mais... A la place, ils nous a menées dans un couloir sombre et humide. Où un Scroutt endiablé montait la garde. Je crois savoir ce qu'il cachait... On a raté le coche pour le déjeuner et le délai de retour des livres mais... c'est bien plus intéressant ! Sur le chemin du retour, Peeves nous a attaquées, cet imbécile d'esprit frappeur ! Quelle épopée... Tout ça à cause de ces stupides escaliers !"


avec Angel Johnson et Hayley Morgan
29 novembre 1996
"Un déjeuner qui s'annonce tranquille à la table des Verts et Argent. Quoique... Angel semble intriguée par le comportement de Théodore, que j'ai croisé il y a quelques jours à la volière. Evidemment, je ne peux pas le raconter : ça s'est passé après le couvre-feu et Angel est préfète !
J'ai aussi eu l'occasion de discuter avec Hayley Morgan."


avec Yvain Gallant

30 novembre 1996 Minerva était enfin rétablie, alors je suis allée me promener avec elle. En chemin j'ai croisé Yvain. Il m'a d'abord dit qu'il restait à Poudlard pour les vacances, puis m'a proposé d'être sa cavalière au bal. Finalement, la discussion a pris un tour... différent ! Il s'est enfin dévoilé. Mes intuitions étaient fondées et je crois qu'il me fait confiance.



avec Morange Tiller

avec Blaise Zabini et Daphné Greengrass

3 décembre 1996
"Récemment, Blaise, avec qui je m'entendais plutôt bien, a changé d'attitude à mon égard. Pourtant, nous étions devenus proches, au point de parler de la perte de nos pères respectifs... Aujourd'hui, il semble vouloir me confronter. Ça doit avoir un rapport avec mon sang. Qu'importe ! Daphné m'a soutenue et le pauvre Blaise est parti bouder pendant que nous envisagions une revanche contre le Gryffondor qui m'a agressée l'autre jour."


avec Rowan P. Westminbrook, Daphné Greengrass, Blaise Zabini, Yvain Gallant et Alexandra Zschoke-Travis

24 décembre 1996 "Je ne suis pas sûre d'avoir besoin de raconter ce qui s'est passé ce soir là pour m'en souvenir. J'attendais le réveillon avec impatience, attendant de le fêter joyeusement avec Yvain. En arrivant à table et découvrant la tension entre Daphné et Blaise, je ne pensais pas que la soirée puisse tourner davantage au vinaigre. Je cherche encore à comprendre le sens de ce qui s'est passé..."



Dernière édition par Harmony K. Sharen le Sam 14 Nov 2015 - 16:21, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Ven 21 Aoû 2015 - 10:18

Terminés

Flots de limaces avec Cyril Evans
Suite de Tensions involontaires


Aux douze coups, on oublie ? avec Yvain Gallant, Daphné Greengrass, Angel Johnson, Drago Malefoy, Blaise Zabini


avec Stela Bianca



avec Yvain Gallant


Crush difficile ou l'entêtement d'un garçon avec Jeremiah O'Connell (et le Narrateur)



Atelier : L'amour ne connait pas de pourquoi

Réunion des partisans

Don't stop believin'

En cours :

Kermesse

Terre de soufre, loin de mercure




Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?


Dernière édition par Harmony K. Sharen le Jeu 21 Jan 2016 - 17:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Sam 3 Oct 2015 - 18:00

27 décembre 1996

Assise en tailleur sur la grosse couette au tissu d’un vert sombre damassé, Harmony jouait distraitement avec la broche offerte par Yvain. Elle la faisait glisser inlassablement entre ses doigts, cherchant vainement un sens à l’illusion dont elle avait été victime. Une prairie. Un manoir grisâtre au loin. Un rire.
Plus rien.
Fixer le bijou ne lui apporterait aucune réponse.

Yvain était bien trop fier des cadeaux qu’il avait reçus. Il avait ajouté d’un sort toute la discographie de Queen sur le walkman, qu’il écoutait en allant courir. Mais surtout, il s’était pris d’une affection embarrassante pour son Boursouflet. La bestiole était toujours sur son épaule et il ne faisait aucun doute que toute l’école connaissait son existence et… son origine.
Aux yeux de tous, à présent, Harmony était la personne responsable des leçons de chant intempestives dans la salle commune par un Yvain par trop guilleret. Elle était bien évidemment embarrassée.
Toutefois, une partie d’elle ne pouvait s’empêcher de l’observer apprendre ses mélodies préférées à la bébête, avec un sérieux époustouflant, avec un sourire affectueux. Après tout, c’était bien elle qui avait su lui rendre le sourire.

Elle avait d’ailleurs profité dès le 25 décembre de l’enthousiasme du jeune homme, pour lui glisser quelque commentaire sur la broche. Innocemment, elle lui avait demandé où il l’avait achetée. Sa réponse ne lui fut d’aucune aide. Il l’avait trouvée chez un brocanteur de son village. Enfin, cela confirmait que la broche avait appartenu à quelqu’un d’autre. Peut-être un souvenir était-il imprégné dans le bijou ? Toutefois, l’image était trop banale… Et Harmony n’avait pas pu déclencher à nouveau la vision.
Il faudrait qu’elle retourne à la bibliothèque, faire des recherches sur la magie ancienne qui était certainement responsable du phénomène. Mme Pince risquait de la regarder de travers mais, à force, elle avait l’habitude. Tant qu’elle ne croisait plus cette Serdaigle trop curieuse… Harmony espérait simplement qu’il ne s’agissait pas de magie noire. Non pas que cela l’effraie ! Simplement, les grimoires qui lui seraient alors utiles étaient inaccessibles, cachés dans la réserve.

A moitié perdue dans ses pensées, elle avait simplement ajouté qu’elle la trouvait très jolie, encore plus avec sa patte personnelle. Et le jeune homme en avait pris une teinte écarlate.



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Lun 5 Oct 2015 - 11:38

29 décembre 1996

Malgré l’apparent retour à sa nature joviale, Yvain restait blessé, mélancolique, pour une raison indicible. Il évitait le sujet du banquet, visiblement mal à l’aise après l’attaque. Il avait bien poussé une gueulante contre l’inconscient et arrogant Blaise Zabini - faisant naître alors chez Harmony une douce fierté, celle du compétiteur observant son adversaire se traîner lui-même dans la boue - mais il semblait bouleversé, un peu plus, par l’attaque.

Un jour, alors qu’ils marchaient vers le cloître, à l’extérieur du château, Harmony ne put plus se retenir. La question lui brûlait les lèvres depuis trop longtemps. Elle s’arrêta et plongea son regard pâle dans les yeux embrumés de son ami.

"Yvain, dis-moi vraiment, comment tu vas ?" 

Le garçon s’arrêta lui aussi et lui adressa un nouveau sourire. S’il était désarçonné par la question, il le cachait bien.

“Ça roule.. T’inquiète pas pour moi.”
Il enchaîna sur une explication de sa baisse de régime mêlant le spleen hivernal et les disputes familiales. Quelque chose dans ses arguments sonnait creux et son interlocutrice ne pouvait l’ignorer. Blessée dans son orgueil par ce silence, elle était déçue. Il y avait autre chose c’était sûr.
Pourquoi n’en disait-il pas davantage ? N’était-elle pas son amie ? Ne lui faisait-il pas confiance ? Sa gorge se serrait et un seul un son étouffé en sortit.

"Tu peux me faire confiance, tu le sais, hein ? Je suis là. Je te jugerai jamais.”
Après une vague colère, elle ne pouvait pas déguiser sa peine et détourna le regard. Et au comble de son étonnement, elle entendit Yvain jurer, gronder, tempêter. Quand elle se retourna, il s’était calmé. Il lui demanda alors, très franchement, d’une voix douce, si elle avait déjà fait une erreur si terrible qu'elle en a perdu quelqu’un. La crainte irrationnelle de l’avoir poussé trop loin dans ses retranchements l’envahit. Une grimace déforma ses traits. Mais non, ça n’avait pas de sens. Dans son narcissisme, elle n’avait pas immédiatement compris qu’il était enfin en train de s’ouvrir.

Aussi, elle songea un instant à toutes les personnes qu’elle avait perdu. Son père. Will, Rosie. Elle ne remarquait pas la l’impatience d’Yvain. Il se balançait nerveusement sur ses jambes dans l’attente d’une réponse.
Elle ne pouvait pas lui répondre “oui”. Elle n’était pas responsable de la mort de son père. Son éloignement du reste de la famille n’avait pas été une erreur, au contraire. En tout cas, elle ne le regrettait absolument pas. Elle ne connaissait pas la culpabilité.
“Non… Mais je sais parfaitement ce que c’est de perdre quelqu’un.” Elle secouait la tête, la voix adoucie par la tristesse et le sentiment de ne pas être d’une grande aide.

Il lui répondit qu’il en avait fait récemment l’expérience. D’une voix basse, il l’avoua. Il avait grave foiré. Dans son soupir, il ne dit rien de plus. Ça semblait être déjà douloureux pour lui de l’admettre. De l’admettre sans exploser ses jointures contre un mur. En fixant intensément la jeune fille. Il détestait perdre.

S’il attendait du réconfort, il avait choisi le mauvais interlocuteur. Harmony se savait incapable de choisir les mots adéquats. Quelques mots d’une voix amicale, c’était déjà pas mal. Non ?
"C'est affreux de perdre quelqu'un. Le plus terrible, c'est de se sentir impuissant. C'est ça, n'est-ce pas ? Pour moi c'était ça. C'est... normal que ça te fasse mal. Tu peux pas tout garder en toi, tu peux pas tout maîtriser."
L’empathie n’était clairement pas son fort. Avec un soupir elle ajouta : "Désolée, j'sais pas trouver les mots qui réconfortent. Alors j'préfère te dire ce que je pense et ce qui m'a aidée. J'peux pas te dire que ça va aller mieux, que tu vas l'oublier. Tu vas continuer, je le sais, parce que t'es suffisamment fort."
Et puis, survint une once d'affection non contenue : "Mais, s'il te plait, ne te fais pas encore plus mal pour ça. Ne te punis pas davantage. C'est déjà bien assez dur comme ça. Faut pas que tu te renfermes, ça te fera aucun bien, je t'assure."

Elle ne fit aucun geste, restant à bonne distance, pour respecter son intimité. Touché par la sollicitude que lui montrait Harmony, Yvain ne le montrait pas, acquiesçant simplement.
Dans le fond, elle avait raison. Et de toute façon, il ne pouvait rien faire pour Margaret. Rien. Cela dit, accepter sa perte était vraiment difficile. Sentant sa gorge se serrer, il se détournait, dissimulant ses larmes. Face à lui, Harmony gesticulait bizarrement, gênée de le voir ainsi. Finalement, avait-elle eu raison de lui dire tout ça ? Dans sa maladresse, elle l’avait peut-être meurtri un peu plus.
Bien vite, cependant, il se reprit, hocha de nouveau la tête et lui affirma qu'il allait suivre ses conseils. Un silence pesant s’installa entre eux avant qu’Yvain ne le brise à nouveau.

Comme il la remerciait, Harmony était un peu rassurée et le pivoine reprit place sur ses joues quand il lui serra les épaules. Elle lui adressa un bref sourire avant de détourner le regard à nouveau, vraiment mal à l'aise. 
Alors que le jeune homme s’éloignait d’un pas lent, ayant décidé d’évacuer ce trop-plein d’émotions dans l’exercice physique. Harmony restait sur place, abasourdie. Perturbée par toute cette proximité, par la violence du malaise d’Yvain, son corps était comme engourdi par la confusion inédite. Elle s'inquiétait pour son ami. Et ne pensait même pas à ce que son déchirement et sa tristesse impliquait pour la Cause.



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Lun 23 Nov 2015 - 12:15

Souvenir valentinesque

Alors qu’elle revient du Banquet vers la salle commune, ce 13 février, Harmony Sharen se fait prendre en embuscade. Ses assaillants, dotés d’ailes roses, elle commence à les connaître. Par deux fois, elle s’est fait ensevelir de coeurs en papier avant de se voir remettre une carte. Cette fois-ci, cependant, elle s’y attendait.
Mais à la lecture, son visage se décompose. Par Morgane. C’est pas possible.
Fuyant les chansonnettes stupides des angelots, elle se réfugie dans la salle commune. Là, dans un coin, elle relit cette lettre. Elle s’était trompée. Et elle s’était ridiculisée. C’est extrêmement gênant.

Peu après sa cadette, Yvain Gallant passe la porte de la salle commune, et y repère du coin de l'œil Harmony et sa lettre. S’approchant d’elle, il la salue. "Hey, Harmony." Il esquisse un sourire. La jeune fille relève les yeux, embarrassée et fourre la lettre dans sa poche. “Hey!"
"Les angelots ont essayé de t'enlever ? - Non euh.. répond-elle avec un rire gêné. Et toi, tu n'as pas croulé sous les déclarations ?"
"Non, pas vraiment." Il fixe bien la lettre qu'elle range dans sa poche, n'escomptant pas dissimuler qu'il a vu quelque chose. "A part d'un garçon ou deux, quoi." Il relève ses yeux dans un petit rire et retire les derniers débris des messagers coincés dans les cheveux de sa cadette, faisant rougir sa cadette qui le remercie d'une voix faible. "Rien d'intéressant."

Machinalement, Yvain glisse ses mains dans les poches de son vêtement. "La tienne devait l'être un peu plus que les miennes, je suppose." Il a beau être souriant, rieur et à l'aise, y'a quelque chose au fond de ses yeux qui gronde. "La mienne? Non, rien de bien intéressant” Elle reprend, histoire de changer de sujet : "Enfin j'étais au club de Slugh. La soirée était.. Longue.. Mais se constituer un réseau est essentiel, n'est-ce pas ? -N’est-ce pas.”
La jeune fille lui répond avec un grand sourire, soucieuse de songer à autre chose que cette auto-humiliation en bonne et due forme."Tu as entendu des choses intéressantes ?”
A cette question, l’adolescente retrouve son sérieux habituel et oublie presque qu’une minute plus tôt, elle avait les cheveux recouverts de rubans et coeurs roses. Toutefois, la soirée était pétrie de conventions, et il était difficile de dire si certains avaient un potentiel particulier. Certains éléments, qu’elle considérait comme perturbateurs, l’avaient étonnée, mais rien n’était sûr quand à leur inclinaison politique. Toutefois, la veille, elle avait surpris une conversation intéressante à la bibliothèque, entre O'Connell et une jeune fille. Peut-être devrait-elle l'approcher de façon moins brusque, à l'occasion. “Un peu. Surtout, Potter et Granger étaient absents - évidemment. Ginny Weasley n’avait pas l’air dans son assiette.”
L’information intéresse le jeune homme. "Ouais, j'ai remarqué que Potter n'était plus dans les parages. L'absence d'une telle célébrité... Ca se voit, non ?" Il rit. Encore. Comme si c'était naturel. Difficile de savoir s'il y a ironie ou non.
"En effet! C'est tout de suite beaucoup plus calme..” La préoccupation perce dans son ton trop sérieux.
"Je me demande bien où il est passé." Il se passe une main dans la nuque, tout en réfléchissant, puis il semble préoccupé aussi.

"On verra ça plus tard." Ses iris récupèrent un peu de leur chaleur. "Je dois d'abord t'offrir ton cadeau de Saint Valentin, non ? - Je.. un cadeau ? Pour.. Pourquoi ?”
Comme elle rougit, Yvain se rend compte que les choses sont pas franchement limpides entre eux. Et que, c'est la merde. Et que, il commence aussi à avoir chaud, là. "Euh... Je crois.... Enfin... Quand on apprécie quelqu'un... On lui offre quelque chose pour cette fête... Non ?" La pelle, le mur, qu'importe hein. "... Non ?"
Le coquelicot bien familier des lieux s’installe confortablement sur les joues de l’adolescente. “Non mais.. enfin oui mais…” Et puis elle tortille un peu ses mains “Enfin j’ai… Je savais pas, j’ai pas pris de cadeau pour toi. - Ben... C'est pas grave... Je... Je suis pas venu te voir pour en avoir un." Il se passe une main sur les yeux pour ne pas éclater de rire ni rendre la pourpre de ses joues trop visibles.
“Non mais j’suis désolée, si j’avais su mais..” Oui, ils ont l'air très con.
"Enfin. Bon. Je voulais en profiter pour..." Il respire un grand coup. "... Ouais. Non." Un sourire gêné lui vient. "C'est dans une salle du rez-de-chaussée."
Et elle le regarde, un peu perdue. “De quoi ? Ah euh.. Tu veux qu’on y aille maintenant ? - Oui, ce serait mieux." Il récupère un peu de sa superbe, sautillant presque sur place. "On va esquiver Rusard et je te montre un truc de fou. Mais tu devras me faire confiance. D'accord ? - Je te fais confiance, tu le sais” Elle a aussi regagné en assurance, ne serait-ce que pour le convaincre qu’elle est sincère - ce qu’elle est. “Je te suis. - Chouette !" D'un geste vif, il récupère la main d'Harmony et fonce à travers la salle commune jusqu'à l’extérieur.  Une main fébrile et un peu moite qui en enserre une, trop froide.

Quittant les lieux de Salazar et gagnant les cachots où ils se font discret au possible, ils atteignent le rez-de-chaussée. De loin, ils voient Rusard disparaître vers les escaliers. A voix basse, Yvain semble excessivement de bonne humeur. "Bon, ça tombe bien. Il va sûrement surveiller du côté de Gryffondor. Notre chance !" Ni une ni deux, il entraîne sa cadette jusqu'à un couloir et la célèbre salle onze. Curieuse, sa cadette reste perplexe et son sourire reste indécis. Il lâche temporairement Harmony le temps de filer derrière une statut à côté de la salle onze. Un étrange bruit se fait entendre. Comme quelque chose qui se soulève. "Viens !" Il extirpe sa tête de l'ombre de la masse de granite. "Par contre, tu vas devoir fermer les yeux et me donner tes mains." Il lui tend les siennes.
Restée en arrière, Harmony se rapproche à pas hésitants, en regardant alentour. Puis s’exécute.
Dès qu'il est assuré qu'elle a les yeux fermées, Yvain la guide avec précaution à travers une porte dérobée derrière la statue. Ils font quelques pas, jusqu'à se retrouver dans une pièce complètement noire. "Garde les yeux clos, donne moi quelques secondes." Il la lâche et on entend ses pas revenir en arrière, fermer l'entrée du passage, puis filer à toute vitesse en divers coins de la salle.

Les yeux fermés, Harmony peut juste entendre un léger tintement. La température de la salle commence à monter, légèrement, petit à petit, jusqu'à gagner un 28°C très appréciable et pas du tout de saison. Quelques autres mouvements, de la magie, sans doute. "Tu peux ouvrir les yeux." Yvain est plus loin, assis sur une table. Et tout autour d'eux, le noir est percé par un millier de lucioles.
Immédiatement, Harmony ouvre les yeux et, après deux secondes d’adaptation, les écarquille devant ce spectacle, fascinée. “Yvain, c’est… C’est magnifique !” Sans le regarder, elle se laisse bercer par le bruissement des milliers d’ailes, tendant les mains devant elle.
Yvain reste silencieux, le regard perdu sur les lucioles un long moment. Il apprécie le spectacle autant que Harmony, jusqu'à ce qu'il se décide à la détailler à travers la myriade d'éclats étincelants. "Elles sont aussi magnifiques que toi, en fait, si je peux être franc.” Harmony le regarde du coin de l’oeil, et se met à rire. “Pardon, mais… Enfin, n’abuse pas!”
Une gêne passagère glisse sur le visage du jeune homme. "Je dois vraiment avoir l'air idiot à dire ça." Il continue de l'observer. "Mais, enfin, tu le sais... Je tiens à toi quoi." Il dirige ses iris vers un autre point de la pièce, s'abandonnant à la tranquillité du lieu... Et la splendeur passagère des lucioles. "J'imagine que ça aurait plus de gueule dans une lettre, et tout..." Au fond de lui, quelque chose se crispe. "... Mais c'est ça que je voulais pour toi."
Saisie par la note de déception dans sa voix, elle se retourne vers lui. “Non…” Elle détourne les yeux “Yvain, je n’ai jamais reçu de cadeau pareil.” Elle s’approche de lui et au niveau de la table se retourne pour observer les lucioles. “Je crois que c’est la plus belle chose que j’aie jamais vue”, lâche-t-elle dans un souffle, suivant le mouvement de quelques uns des insectes lumineux.

Dans le noir bercé de quelques scintillements pâles et luminescents, Yvain se mord la lèvre. "Tu sais, ça fait un bon bout de temps que je veille sur toi. Mais je sais pas, cette année, y'a quelque chose qui a changé." Il parle lentement, avec douceur, prenant le temps de se laisser lui-même piquer par les mots employés. A mesure qu’il parle, Harmony tourne la tête vers lui. Son regard est tendre, apaisé par le bruissement des lucioles - et par l’apparente vulnérabilité que renvoie Yvain. “Peut-être que j’ai grandi, tout simplement.” Il poursuit. "J'avais peur, au début, et j'ai toujours un peu peur maintenant." Toutefois, il refuse de donner du pouvoir aux souvenirs de la disparue. Le présent importe davantage. "Je n'ai aucune idée de où ça va nous mener, et même si ça va mener à quelque chose. Mais tu es là, avec moi, c'est le principal. Le reste, on s'en fout."
Les craintes adolescentes de la blonde lui reviennent cependant à l’esprit. Elle se souvient de ce qu’il lui a avoué, une semaine plus tôt. De son air prédateur. Elle le toisait, mais était terrifiée en le quittant - parce qu’elle est persuadée d’être incapable de le satisfaire. Voire de savoir ce qu’il attend d’elle. En attendant, ses mots la rassurent, mais elle ne peut s’empêcher d’angoisser. “Ça me fait peur aussi, tout ça est si… nouveau.”
Dévorée par la crainte, elle se décale quand même  dans sa direction, fixe droit devant elle et souffle : “Tu as raison, c’est ce qui compte. - Ouaip."

Il quitte sa position assise pour s'allonger sur la table, tranquillement. Son éloignement vexe quelque peu sa cadette, dont l’effort pour se rapprocher était surhumain. Mais ça a le mérite de calmer son cœur. Un peu. Elle continue d’observer les lucioles du coup et répond d’un ton un peu trop sérieux “Moi aussi.. Je me sentais un peu seule, avant.” Seule à broyer des idées noires tandis que tous, même son meilleur ami, ne pensaient à rien de plus qu’eux-mêmes. Ne pensaient qu’à rêver.
"On est deux belles buses paumées dans une situation vachement merdique. Mais je suis heureux de t'avoir, envers et contre tout." Il sourit, d'un éclat vrai et sincère. ” Tu me fais du bien, Harmony, j'espère pouvoir te rendre la pareille au centuple.” Ses doigts se lèvent et frôlent les lucioles. Et elle lui sourit, fière, satisfaite. Il commence aussi à avoir chaud. Vraiment. "Sans te brusquer. Je veux pas te faire de mal." Une légère gêne revient la taquiner à ces mots. Elle fronce les sourcils et affirme, sérieuse : “Tu m’as sauvé la vie Yvain. Je sais que tu ne me feras pas de mal.” Elle le fixe droit dans les yeux, déterminée. “J’veux être là pour toi, moi aussi.” Elle se doute qu’il ne parle pas que de ça, mais n’a pas les bons mots pour en parler.
Il joue avec ses doigts dans l'air, visiblement calme, avant de porter ses yeux vers elle. "Je l'espère de tout cœur, Harmony." Je n'ai aucune envie de te briser par erreur, pense-t-il. "Si c'est quelque chose que tu veux, oui." En un geste vif, il quitte sa position pour revenir à la précédente. Et il la détaille, en silence, laissant les secondes s'écouler sans y prêter attention. La voir si déterminée lui suffit.

"D'ailleurs, ici, c'est un peu une surprise deux en un." D'un mouvement distrait, il défait légèrement ses vêtements. Putain ce qu'il fait chaud. D’ailleurs, elle aussi commence à suffoquer, dans son pull de laine fine. "Bienvenue dans le repaire des partisans !"
Harmony regarde alors lentement autour d’elle. Quelque chose en elle ronronne de plaisir. Puis son regard pâle revient vers lui, l’enthousiasme se lisant dans ses prunelles : “Oh ! Je peux te le demander, alors ! Qui d’autre fait partie du “club” ?
- Aylin et Drago. Autant te dire que nos réunions sont très intimistes." Il quitte la table pour se mettre debout. Et s'approcher d'elle. Lentement. Pas à pas. "Le Seigneur des Ténèbres a mauvaise presse."
Elle fait la moue. En effet, ce n’est pas génial. “Mmh. Avec les événements actuels, cependant, la neutralité sera difficile à tenir. Si on est aux aguets, on devrait trouver des recrues potentielles.” Elle réfléchit. Approcher les gens, ce doit être la partie la plus compliquée. Comment faire pour qu’ils ne prennent pas peur ? Qu’ils ne craignent pas les représailles ? Yvain doit avoir déjà pensé à tout ça. “Avec Dumbledore, Potter et sa clique absents, les langues se délieront peut-être. Mais j’imagine qu’il faut être très vigilant.” Elle retrousse ses manches, mais se fiche bien de la chaleur, ou de la proximité d’Yvain. Elle a retrouvé tout son sérieux.
"Ouaip. On doit faire changer les mentalités. Le Maître voulait qu'on recrute prioritairement dans les autres maisons, pour faire évoluer les choses." Il vient se positionner en face d'elle. "Autant te dire que je travaille au corps des septièmes années depuis plusieurs mois... C'est le bordel. Il faut du temps. Sauf que j'arrive bientôt à la fin de mon service." Il sort sa baguette, et s'amuse à dessiner des formes vertes et argents dans l'air.
Délibérément, elle ignore la mention de son proche départ du collège. “Mmh. Je connais des gens d’autres maisons mais.. la plupart sont horriblement niais. - Ouais." Il dirige sa baguette à côté d'Harmony. Et dessine un cœur. Un gros coeur rose. A la vue de ce dessin si ridicule, elle est à deux doigts d’exploser de rire. Mais la phrase suivante la pique. ”Si ça se trouve, ils sont juste niais devant toi. Tu dois leur faire de l'effet."
Elle bougonne. “Je ne fais pourtant strictement rien pour. Au contraire.” Elle repense à son altercation avec la Serdaigle, avec Jeremiah. Bon, dans le cas de Cyril, évidemment c’est différent : elle vient de se ridiculiser, croyant le démasquer. Mais qui a écrit cette lettre, alors ? Ses sourcils se froncent.
"Si tu le dis, je te crois."  Il pince brièvement les lèvres. "Tu te fous de moi, si je te dis que ça me fait quelque chose ?” Absorbée par ses pensées, Harmony ne comprend pas la question. “Qu’est-ce qui te fait quelque chose ?”

Il détourne le regard, soudainement mal à l’aise. Cette situation, aussi agréable soit-elle, commence à le rendre un poil sensible. "Que tu puisses plaire à d'autres." Ok. "Merde, je devrais m'entendre des fois, c'est n'importe quoi."  Ces nouveaux aveux plongent Harmony dans un marasme dont elle ne connait rien. En même temps, une forme de fierté point en elle - la même que lorsqu’il avait pleuré, inquiet pour elle. Elle sourit, toujours assise sur la table. Il rit, pas vraiment franc avec lui-même pour le coup. "C'est un atout pour nous, ça doit passer avant mes propres sentiments. Tu devrais me fouetter quand je sors des trucs pareils, vraiment." Perplexe, elle ne se voit vraiment pas jouer de ses prétendus “charmes”. “Mais, enfin, je ne suis Angel, je ne sais pas du tout comment faire ça ! D’ailleurs, je ne comprends même pas comment j’ai pu te faire cet effet.” Enfin, elle sait qu’elle est forte, intelligente, puissante même - mais dans ce domaine, elle ne comprend que dalle. C’est extrêmement gênant. Elle ferait tout pour la Cause, mais faudrait encore qu’elle comprenne comment faire.
D'un doigt, il vient de nouveau taquiner avec douceur une luciole. ”Encore un peu et je me transformerais presque en prince charmant. Ce que je ne suis pas du tout, on en convient.” Harmony sourit. Oui, il est l’inverse d’un garçon comme Cyril. Ou Jeremiah. “Non, heureusement ! Sinon je ne serais pas…” Par Merlin, c’est sorti trop vite. Elle se coupe et baisse le regard. Elle ne savait même pas ce qu’elle était sur le point de lui confesser.

Mais il comprend tout l’inverse. La dernière phrase, avortée trop tard, le fait grimacer. "Ouais, heureusement, hein." Putain, que ça fait mal. Evidemment qu'il n'a rien d'un chevalier servant. Ni d'un mec à la gueule luisante de beauté - bon, d'accord, il ne se trouve pas moche, mais faut pas déconner, il est loin d'être une bombe de paillettes et d'attirance - ni de rien d'autre qui donne envie de plus. Pour elle, ce ricanement marque la désapprobation de son emballement adolescent. Pourtant, il lui avait avoué qu’elle lui plaisait. Deux fois. “Là. Sinon je ne serais pas là.” Mais elle le voit s’éloigner. La parenthèse est finie. Ils doivent retrouver leurs rôles. Et l’injonction implicite lui tord le coeur. Doit-elle séduire d’autres gens par son attitude naïve demain soir ? Certainement que lui ferait de même.

Il soupire, baisse sa baguette pour cesser ses petits sortilèges, et file à l'autre bout de la salle. Loin d'Harmony. Bon. Remettre les choses en ordre dans sa tête. La priorité. "Voilà, c'était ton double cadeau. Tu peux y aller maintenant, il y a beaucoup de choses à penser pour demain. La fête sera une bonne occasion de tester nos potentielles recrues." A dire vrai, sans que ce soit logique, son cœur se tord suffisamment pour qu'il veuille rester seul. Avant de partir, elle l’observe tout ranger.
“Yvain, j’me débrouille très mal, je le sais.” Elle n’arrive pas à s’exprimer, certainement terrifiée par ce que ses mots peuvent impliquer. Les mots restent bloqués. Mais elle sait qu’elle ne peut pas le laisser sans rien lui dire. Elle se mord les lèvres, perdue et le fixe un instant. “Mais je tiens très fort à toi, tu le sais, hein ?” Sans se presser, il avait commencé à récupérer doucement les lucioles, s'enfermant dans un mutisme qui le protégeait un peu de la douleur. Jusqu'à ce qu'elle le nomme par son prénom, le forçant à tourner brièvement ses iris dans la direction de sa cadette. Les mots lui apportent un certain réconfort. Pire, ils lui font du bien. Mais là, il a vraiment besoin d'être seul. Une fois. Pour se lâcher. "Je le sais, Harmony." Sa voix est douce et faible. Lointaine. "Moi aussi, je tiens à toi.  Plus que je ne le devrais." Elle prend sa précision comme une invitation à garder une distance entre eux - comme si leur relation n’irait jamais plus loin, pour diverses raisons : elle est trop jeune, ils doivent travailler ensemble, travailler. Donc elle se tait, un peu déçue.

Sur le point de partir, elle se rappelle d’une chose. “Oh, au fait, j’avais trouvé quelque chose, dans le château, il faudra qu’on en reparle, ça peut être utile.” Il esquisse un pauvre sourire, de celui qui a mal mais préfère se taire plutôt que de le foutre sur le tapis. " D'accord. On en parlera dès que tu as le temps. Fais attention en rentrant. - Oui je ferai attention. Bonne soirée, à demain !” Elle fait mine de sortir mais se retourne, encore une fois. Et on sent la forme de regret dans sa voix “Et merci, merci beaucoup. C’est vraiment le cadeau le plus merveilleux… Merci Yvain”.
Il la regarde partir avec un certain vague à l'âme. En silence. Jusqu'à ce qu'il soit assuré qu'elle soit loin. Alors, seulement, il s'abandonne à la langueur de cette veille de Saint-Valentin. Il souffre. Il sent les larmes poindre et taquiner ses yeux. Il grogne et gronde son désarroi et la douleur. Puis, dans un calme inhumain qui ne lui ressemble pas, il range toutes les lucioles. Une à une. Jusqu'à s'enfoncer dans les ténèbres et disparaître avec lui.



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Sam 19 Déc 2015 - 2:03

Ab imo pectore.


Le 14 février à 23h05.

Daphné Greengrass avait pris la parole pour annoncer les gagnants de l’élection Miss et Mister Valentin et Harmony en avait conclu qu’elle devrait patienter avant d’avoir une discussion honnête avec son cavalier. Toutefois, il l’invita à développer ce qu’elle entendait par “parler franchement”.

“Yvain, ça.. enfin, je ne suis pas sûre d’être aussi douée que toi pour attirer des gens dans notre groupe en dansant, souriant. J’suis pas comme toi.” commence-t-elle, un brin sérieuse.
“Tu as d'autres forces, Harmony. - Oui… Je sais, c’est pas ce que je voulais dire. Hum, c’est juste que… tu m’as dit de le faire. Et je le ferais volontiers si c’est ce que tu veux. Mais, enfin, ça me gêne, je suis pas sûre que ce soit la meilleure méthode pour moi"
Ces quelques mots font perdre un peu le fil à Yvain. ”… Je suis... Enfin. Euh. Je veux pas t'obliger où quoi, Harmony. Si tu penses que y'a mieux comme méthode... On peut voir comment organiser ça ?"
Elle rougit un peu à sa dernière question, puisque ça signifie qu’elle doit se montrer plus claire. “Oui, oui, on en discutera une autre fois.” Elle fronce les sourcils, ne veut pas passer pour une gamine - une nouvelle fois. Elle retire la rose de ses cheveux et la prend en mains, la désigne. “Merci, au fait. Et pour la danse ! J’espère que je n’ai pas été ridicule” dit-elle avec un rire léger. Elle sait qu’elle ne l’était pas mais elle veut l’entendre le lui dire.
Il baisse les yeux vers la rose. "Elle te va bien, tu es jolie avec." Pom pom pom, c'est d'une telle guimauve qu'il esquisse un pauvre sourire faute de plus. "J'ai adoré danser avec toi. Tu sais, Harmony... Ca m'a vraiment fait plaisir.”

D’un coup, elle se ressaisit, cesse immédiatement de rire. Elle redevient sérieuse - c’est l’opportunité à ne pas laisser passer. Il faut qu’elle prenne son courage à deux mains. “Moi aussi. J’aime passer du temps avec toi.” Elle lui sourit, mais ses mains tremblent. Au fond, elle ne sait pas trop dans quoi elle s’embarque. Mais elle se dit qu’elle doit être franche avec lui. Sinon, leur alliance en serait trop fragile. Elle lui doit bien ça. “Ça te va bien, Prince des ténèbres. Parfaitement, même. Enfin.. c’est comme ça que je te considère.” Elle détourne le regard et plus bas, ajoute. “Je.. je t’admire beaucoup, tu sais.”
Voyant qu'elle change soudainement d'air, Yvain se montre plus intéressé. “Je ne risque pas de faire de l'ombre à Malefoy ? Ouais, non. Tu as raison. On joue pas sur le même niveau là-dessus." Il est même étrangement calme malgré les battements qui s'accélèrent dans sa poitrine. A la mention de Malefoy, Harmony rigole.
Mais Yvain poursuit. ”Ce serait drôle qu'en dépit de tout ce que je suis... Je puisse être le prince de quelqu'un ?" Il la regarde, intensément. "Enfin, question de parler. Je vois plus de princesses super fortes et capables de m'envoyer au tapis qu'une fille en détresse..."
Elle sent alors ses joues s’échauffer - ça, c’est vraiment flatteur. Oui, elle était forte. Et sa fierté se lit sur son visage. “Non, pas Malefoy, enfin. Pas pour moi !” Elle grimace - Dieu que c’était mal dit. “Malefoy est dans son rôle mais.. je sais que tu travailles beaucoup, dans l’ombre. Je.. je suis contente de t’avoir découvert, tel que t’es vraiment. Pour moi, c’est toi qui mérites ce titre.” Ses pupilles le fixent “Juste toi.”
Il esquisse un drôle de sourire, indescriptible. "Ouaip, C'est vrai. Il le faut bien... On en mènerait pas large avec les sautes d'humeur de Malefoy, sinon." Son visage se penche sur le côté, un brin joueur. "Merci." Avant de comprendre la profondeur de la désignation. Un peu de rougeur gagne alors le bord de ses joues. "J'espère poursuivre cette oeuvre encore longtemps après mon départ... Avec toi.”

Une nouvelle fois, elle regarde alentour. De toute façon, tout le monde vaque à ses occupations. Elle espère juste que personne ne va débarquer à ce moment. Il voit qu'elle ne se sent pas en sécurité. Tout du moins, pour leur conversation. "Tu sais, Harmony, on peut continuer à en parler ailleurs, si tu ne te sens pas à l'aise." Avant de compléter, à voix basse. "Si tu veux." Il n'eut pas le temps d'étayer sa proposition qu'elle lâcha quelque chose pour le moins incompréhensible. “Oui, je compte bien être à tes côtés” C’est la détermination qu’on entend dans sa voix. “Et tu sais… ce dont on a parlé, l’autre jour. Enfin.. hum. Je ne suis pas sûre que la meilleure solution soit de.. de tout enfouir. -… D'enfouir quoi ? Nos convictions ? Nos... ?” Il ne comprend rien - c’était logique aussi.
Arf, allez, elle est quand même capable de mieux. Et puis, elle sait qu’elle le mérite - elle ne sait pas comment faire, mais elle est digne d’une relation particulière avec le Prince des Ténèbres. N’est-ce pas. Elle bougonne “Oui, oui, on peut aller ailleurs.” Elle lui lance un pauvre sourire. Pourquoi ne pouvait-elle pas être à l’aise ?

Il lui fit un vif signe du menton avant de s'éloigner des autres. N'importe coin un peu tranquille fait l'affaire. Hop, d'un mouvement du poignet il l'entraîne avec lui derrière un angle du mur. Ils seront mieux là qu'ailleurs. "Si quelqu'un passe à côté, je le transforme en fourchette. D'accord ?"
Elle sourit, replace une mèche derrière son oreille. Il est adorable. Mais elle n’a pas besoin d’être rassurée. Sinon, ce ne serait clairement pas vers lui qu’iraient ses pensées - vers Cyril, plutôt, par exemple. L’idée la réconforte et elle se sent déjà mieux. Même si son coeur palpite. “D’accord.”
Elle s’éclaircit la gorge et parle distinctement, cette fois - beaucoup trop sérieuse. “Le seul truc que je veux te dire, c’est que je t’apprécie. Vraiment. Et… la danse avec l’assistante de botanique. Ça m’a fait bizarre. Si tu attends de moi que je fasse pareil, j’suis pas sûre d’en être capable. Surtout si je te vois… faire la même chose.” Elle soupire un peu “Ou, si c’est vraiment nécessaire, je veux savoir que… enfin que.. Tu comprends ce que je veux dire, non ?”
Par Merlin, Angel avait vraiment raison de l’appeler “coincée”.
Yvain l'écoute, fronce brièvement les sourcils et -oh putain- commence à comprendre où elle veut en venir. Il se sent électrifié. "Tu es jalouse ?” Ce à quoi elle rit nerveusement. “Hum. Je crois que c’est le mot, oui.” Et elle tord ses mains, fronçant les sourcils.

A cet aveu, il réfléchit à toute vitesse. Merde ; qu'il est con. C'était prévisible. "Je... Je me sens con, je suis désolé. Je voulais pas... Te crisper." Une main glisse dans ses cheveux, pour se donner un peu de courage. "Je comprends que ça coince. Tu sais, ça m'a pas rien fait de te voir avec d'autres. C'est... Normal. Enfin, je crois."
Merf, il a l'impression de s'enfoncer plus que d'être clair. "Je sais pas comment... Bien stabiliser la chose. Je veux pas... Tu comprends ? Je veux pas te faire mal bêtement à cause de mes plans. Je peux m'adapter un peu."
Une fois de plus, Harmony se sent toute petite. Une enfant. Il a ses plans. Il a beau la dire forte, il a peur de la blesser. Il ne comprend pas. Il ne peut pas la blesser - pas tel qu’elle l’entend. Une once de tristesse l’envahit et ses yeux retrouvent presque l’éclat de l’opaline.

D’un ton égal, elle répond “Tu peux t’adapter ? C’est à dire ? - Employer des techniques d'approche et d'influence moins frontales. Enfin, ça dépend de la personne en face quoi.... Je... Enfin..." Il se mord la lèvre, réfléchissant à toute vitesse. "Rah, je sais pas comment dire ça. J'ai envie de préserver notre relation et... Plus... et pas accumuler les boulettes... J'en fais déjà pas mal. Rien que là, hein ?"

“Ah !” La blonde est touchée par son embarras. Mieux : ça lui fait plaisir. Elle rassemble ses mains, la rose entre ses doigts. “Non, je veux dire : je suis vraiment.. novice sur ces questions. Mais…” Elle lui sourit, presque timide - presque. “Enfin, du moment que je sais… qu’entre nous c’est… différent.” C’est vrai que ce qui importe, c’est la Cause. Pour cela, elle souffrirait bien un pincement au coeur de temps à autre. Si elle sait qu’au fond, il est à elle.
Il devient un peu fébrile, affiche un large sourire et, bon, devient d'un rouge très vif. Très voyant. "Ah, je... Que nous... Différent." Il devrait se mettre des baffes. Sérieusement. "... Différent que nous entre." Oulah. "Euh, entre nous, je veux dire.” Et là, les yeux d’Harmony s’écarquillent. Elle ne s’imaginait vraiment pas cette réaction. Elle n’imaginait pas qu’il puisse avoir l’air aussi ébahi qu’elle - plus, même peut-être. Elle en devient gênée pour lui - elle n’aime pas le voir embarrassé, hésitant. Il baisse d'un ton. "Juste toi et... Moi ?" Derrière la simplicité de sa question, une autre, plus brûlante. Comme le coquelicot qui gagne les joues de la jeune fille. “Euh, oui. Oui, c’est ce que je veux dire.”

Bon. Il fait chaud, là, non ? Les doigts d’Yvain viennent triturer son col, un brin nerveusement. "Je... Entre l'espérer et l'entendre dire... C'est..." Ouais ouais, tu t'enfonces. D'autres phrases remontent dans ses souvenirs récents. Oh bordel. "... Sauf si je suis salement aveugle... Ohlala..." Il radote, tente de rire pour ne pas laisser la machine s'emballer. Trop tard. Son cœur a l'air de pulser comme une potion d'Explosion de Dragon. Merde. Il continue de s’emmêler et Harmony détourne le regard. C’est vraiment gênant. Elle finit par poser ses yeux pâles sur lui, son sourire évanoui, mais ses joues encore rouges.

"Evidemment. C'est toi que je veux." Quelque chose d'autre s'articule étrangement au fond de lui. Ouh ça devient compliqué. Sa cadette a presque envie de fuir. Mais, surprise, elle sursaute presque à cette dernière phrase. Ouais. Entre l’espérer et l’entendre dire. Il avait raison. Elle lui sourit doucement alors, ne sachant pas trop quoi répondre. Elle murmure juste. “Moi aussi.”

Et c'est tout aussi abruptement que l'autre face d’Yvain se révèle, profite du méandre dans son ventre pour faire pencher la balance avec une vivacité légèrement inquiétante. En ce seul geste, vif et assuré, il la bascule contre le mur et la coince contre la paroi. Pas d'échappatoire. Ses doigts sont crispés sur le poignet de sa cadette. Une pression suffisante, un brin brûlante, avant de devenir douce lorsqu'il daigne plutôt la caresser que la posséder.
Plus qu’étonnée, Harmony est complètement déboussolée. Paniquée, même. La peur luit dans son regard.
Certes, elle aime la partie sombre d’Yvain. Mais.. elle n’avait pas songé à la manière dont cette ombre allait réagir à la.. déclaration. Sa respiration se fait plus rapide et elle ne peut se dégager de son emprise. Quand il passe à la caresse, elle arrive enfin, difficilement à se reprendre. Elle soutient son regard. Qu’importe que tout son être, à l’intérieur, tremble. Elle ne flanchera pas.
Yvain, lui, n'a pas besoin de vérifier les alentours. Il se sent maître, en toutes choses, et il lui apparaît difficile de ne pas avoir ce qu'il veut à la moindre demande. Pas d'Elle, évidemment, ce ne serait pas dans les règles du jeu. Mais des autres. La paix ? Acquise. Ils sont seuls, contre le mur. Oh, les limites, aussi. C'est vrai. Elles persistent dans leur cercle. Ses doigts quittent son poignet pour monter le long des bras fins et graciles, jusqu'à se déposer dans le cou de la quatrième année. Il est déjà tellement loin dans la zone qu'il devrait théoriquement préserver. Oh. Aux yeux des autres, bien sûr. Yvain se penche et ses lèvres embrassent - avec une chasteté douloureuse et précise - le front de la jeune fille. D'une empreinte brève et persistante. Trop lent, ce serait risquer de la perdre. Trop vite, ce serait de ne pas assez marquer la chose.

Les palpitations du coeur d’Harmony sont si brûlantes qu’elles affleurent, comme si sa peau, d’ordinaire barrière épaisse, intangible, avait fondu en une simple membrane diaphane. Elle sent ses entrailles se tordre alors que les lèvres du jeune homme se posent sur son front. Elle lui fait parfaitement confiance, accepte la menace que représentent ses mains dans son cou. Elle reste droite et, dans un frémissement, lève sa main droite. Elle caresse son bras, fascinée par ce contact tendre. Nouveau. Vibrant.
Et les doigts du jeune homme s'enivrent de l'épiderme fragile de sa cadette, n'omettant pas de céder à une caresse qui glisse dans la nuque de cette dernière. Lente et assurée, preuve tangible qu'il sait exactement ce qu'il fait. Qu'il sait exactement ce qu'il éprouve. En dépit du léger tremblement de ses iris. Une certaine envie se mêle à la tendresse et la maîtrise des choses. "Tu sais, Harmony." Sa voix est si basse, à peine perceptible en dehors de leur proximité, qu'elle semble à des lieues du ton si enjoué et faussement naïf du grandiloquent Yvain. Non. Elle n'a que peu de choses en commun avec lui. Ici, ce mélange des faces, cet instant fébrile au creux de tous les autres, il se l'offre. A lui. A elle, aussi, surtout. Son souffle revient effleurer les tempes de sa cadette. Et chuchoter. Avec langueur. "Je suis à toi autant que tu l'es, à moi. Et autant que tu le décides." Il ne doutait pas. C'était une affirmation.

Sa voix, si douce, la trouble encore. La berce. Elle observe les iris de son aîné, leur ton bleuté, indicible depuis une distance plus convenable. Un instant, elle se sent spectatrice de leur intimité. Elle en apprécie tous les détails, jauge leur posture. Elle note l’assurance d’Yvain. Enfin, ses pupilles, fébriles, trahissent les craintes de l’adolescente. Mais ses mains, en un geste lent, calculé, se posent à plat sur son torse. Sa voix, un souffle, proche de dérailler vers la fin, répond : “Je suis à toi.”
Il esquisse un sourire satisfait - tout en trahissant cette fois-ci une véritable tendresse - et éphémère, avant de prendre le risque. De s'approcher. Je le sais, que tu es à moi. Mais il ne le dit pas, il égorge les mots dans son esprit et se focaliser plutôt sur leurs épidermes qui se touchent ici et là, en des points chastes. Malgré toute les suspicions qui portent sur lui, il n'est pas de ce bois. Il respecte les choix et les temps d'apprivoisement. Harmony, aussi fière et puissante qu'elle se présente aux autres, n'en reste pas moins une novice. Elle le lui a dit, souvent. Il l'a retenu. Il suivrait son rythme. Et il proposerait, évidemment, des initiatives. Rien de trop. Juste des propositions. Oui. Sa bouche frôle un sourcil de sa cadette, puis glisse, presque impérieuse, vers le ligne de son nez. La prudence s'instille néanmoins dans son mouvement; il est hors de question de lui arracher quoi que ce soit. Ce sera partagé ou rien.
Harmony frissonne à ce contact d’une grande douceur. Mais elle a besoin de réfléchir. De s’échapper. C’est déjà un grand pas pour elle. Et elle veut pouvoir suivre les étapes une à une, en étant sûre de décider de ce qu’elle fait - elle refuse même de voir une suite dans les étapes, de peur d’entrevoir la dernière d’entre elles. Elle trouve tout un refuge en ces quelques gestes. Ils lui suffisent. Et il la conforte dans son intuition - ils seraient plus forts ainsi. Aussi, elle recule d’un pas, puis se hisse sur la pointe de ses ballerines pour embrasser la joue d’Yvain. Son sourire satisfait est une promesse.



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 613
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Dim 28 Fév 2016 - 16:01


Fiche de duelliste
Âge : 15 ans.
Métier : Élève à Poudlard
Alignement : Partisan du Seigneur des Ténèbres
Seuil de base débutant : 36
Seuil de base intermédiaire : 46
Seuil de base avancé : 56

Traits de personnalité
Studieuse
Plus efficace en 2ème ligne : +2



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Harmony K. Sharen - Péripéties   Aujourd'hui à 18:32

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Élèves de Poudlard-