Freya Nightingale - Journal de Bord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Freya Nightingale - Journal de Bord   Jeu 10 Sep 2015 - 15:13



Freya Nightingale


ETAT CIVIL
Nom : Nightingale
Prénom(s) : Freya
Date de naissance : 5 novembre 1975 – 21 ans
Origine : Sang-Mêlé
Maison/année : Ancienne Serdaigle / 1ère année à Haveirson


Attention, c'est une vilaine Mangemort. Elle va vous bouffer tout cru.
Histoire en cours

 
Une étude en vert Cours de botanique, 8 janvier 1997
Habituellement, Freya aurait été ravie de crapahuter dans les Alpes françaises pour trouver une plante mystérieuse, mais là, son binôme n'est pas là et en plus ça fait des jours qu'elle ne dort plus. Journée pourrie en perspective.
 
Beati pauperes spiritu Les Mangemorts - 13 janvier 1997
xx

Histoire achevée


DECEMBRE 1996

 
Passionnées de Botanique Amaranthe Aislinn et Isolde Mayer, décembre 1996
Foutues fées kidnappeuses, sérieusement, elles ont pas autre chose à faire ?! Parce que Freya, oui.

JANVIER 1997


Initiation William Gallant & Rowan Westminbrook - 4 janvier 97
Freya ne regardera plus jamais les armoires de la même façon. Ni Rowan. Ni elle-même.
Cauchemars Chad Obrien, tout début janvier 1997
Faire des cauchemars si violents que votre colocataire doit vous réveiller, c'est embarrassant.
Pavot & Hellébore Quinlan Fitzsimmons, nuit du 10 janvier 1997
Freya vise haut. Freya vise l'Ordre de Merlin. Mais la potion Tue-Loup c'est chaud quand même. Surtout quand votre professeur de Médicomagie, complètement défoncé, tente de vous tuer en lâchant sur vous une armée de vers mutants.
Le mot de trop Clemens Neubach - fin janvier 1997
Rencontrer Clemens alors qu'on est en train de dealer dans l'Allée des Embrunes, ça c'est... vraiment pas de chance. Quoi que.

A venir
 
Azphel/Freya (mars)
Gabriel/Freya

© belzébuth



Dernière édition par Freya Nightingale le Mar 29 Déc 2015 - 13:05, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Freya Nightingale - Journal de Bord   Sam 19 Sep 2015 - 0:14

Les deux souvenirs qui suivent sont en lien avec deux souvenirs de Rowan P. Westminbrook : « Pris au piège » et « Jurer et Parjurer ».


Moineau


Début Décembre 1996


L’air froid lui mordait les joues et les doigts comme s’il voulait les dévorer, mais ne parvint pourtant qu’à lui arracher un frisson. L’épaisse cape de sorcier qu’elle portait la protégeait du temps morose, mais surtout des regards indiscrets – dans l’Allée des Embrumes, ne pas en porter attirerait une attention qu’elle ne désirait pas, surtout si elle venait de quelqu’un qui pourrait l’identifier.

« On avait dit douze Gallions, pas huit » murmura-t-elle avec agacement à l’homme en face d’elle.

De taille moyenne, il la dominait pourtant d’une bonne vingtaine de centimètres, et cela semblait particulièrement l’amuser. Elle le devinait à son sourire impertinent, à ses yeux qui semblaient se moquer d’elle, à ses mains qui pianotaient d’impatience sur sa cuisse à un rythme imaginaire.

« Qu’est-ce qui me dit que la potion est réussie ? »

Outrée, Freya croisa les bras et lui jeta un regard mauvais.

« Le fait que je ne passe pas un mois sur une potion pour la rater, mec. Si tu n’en veux pas, je trouverai un autre acheteur, et bonne chance pour te procurer un Polynectar correct dans le coin ! »

Son interlocuteur sembla la jauger du regard, et elle trouva cette sensation particulièrement désagréable, bien plus que ce fichu froid qui commençait à réellement s’infiltrer jusque dans ses os. Elle avait encore une fois fait le tour des ruelles de l’Allée pour trouver ceux qu’elle cherchait, en vain – et ce gars remettait en cause la qualité de la potion qu’il lui avait commandée, qu’elle savait pourtant parfaite ? Décidément, ce n’était pas une bonne journée. Ni une bonne semaine. On était vendredi soir, et elle était pratiquement sûre qu’elle ne trouverait rien ni personne.

Trois mois qu’elle recherchait les Mangemorts, et elle n’avait toujours rien. L’échec la rendait dingue.

« Dix Gallions, tenta-t-il sans se séparer de ce sourire réellement agaçant.
- Douze, pas un de moins » grogna-t-elle.

Elle était fatiguée, transie de froid, et cet abruti ne semblait pas connaître la valeur de ce qu’il tentait d’acheter. De la peau de serpent d’arbre du Cap, sérieusement. Ça ne se trouvait pas n’importe où.

« Tu es difficile en affaires, Sparrow ! » se moqua-t-il.

Freya haussa un sourcil.

« Je ne marchande pas la qualité » rétorqua-t-elle.

Le sourire de l’homme disparut enfin, laissant place à une expression songeuse, comme s’il était en train d’apprécier la valeur de quelque chose. Freya espéra pendant un instant qu’il allait accepter de lui donner ces fichues douze pièces d’or, et la laisser rentrer à l’Académie pour se réchauffer dans la salle commune des Sinistros, mais étrangement… Elle en doutait.

« Non, en effet. C’est ce qu’on dit. »

Elle leva les yeux au ciel, consternée par sa remarque. Elle hésita même à s’en aller pour rejoindre la station de transplannage, et tant pis pour les Gallions, mais il ne lui laissa pas le temps de bouger.

« Et si je te dis onze Gallions et un rendez-vous avec d’autres personnes très intéressées par tes potions ? »

Là, ça commençait vraiment à tourner au vinaigre. Certes, elle écumait l’Allée des Embrumes et les rues adjacentes depuis des mois maintenant, et s’était fait une petite réputation de Maître des Potions dans le milieu – la seule qu’elle avait refusé de faire pour le moment était la Tue-Loup, consciente de sa difficulté très clairement hors de sa portée pour le moment – mais elle avait toujours flairé les problèmes avant qu’ils ne l’atteignent.

Cette proposition n’avait pas besoin d’être aussi bariolée que la boutique des Weasley pour sentir le traquenard à plein nez.

« Qui ça, d’autres personnes ? » demanda néanmoins Freya, sa baguette de sycomore fermement empoignée sous sa cape.

Il lui adressa un sourire indulgent qu’elle ne comprit pas – la pensait-il stupide ? Naïve ? Elle s’estimait pourtant plutôt intelligente. Qu’est-ce qu’il lui échappait et qu’il trouvait si amusant ?

« Celles qui se sont glissées derrière toi depuis une bonne minute, déjà. »

Puis ce fut le noir.
HRP:
 


Dernière édition par Freya Nightingale le Dim 20 Sep 2015 - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Freya Nightingale - Journal de Bord   Dim 20 Sep 2015 - 15:33

Rossignol
Suite de « Moineau ».



19 décembre 1996

Elle s’emmitoufla un peu plus dans son pull de laine blanche épaisse et duveteuse, le regard perdu dans le livre qu’elle contemplait depuis plusieurs minutes déjà sans prêter attention au fait qu’elle ne faisait que relire et relire la même phrase. Certaines personnes ont montré des aptitudes importantes à résister à l’effet du Veritaserum, si bien qu’il fut banni des procès.

« Incendio. »

Elle eut un léger mouvement de surprise, tirée de sa contemplation silencieuse par une voix grave inattendue. Rowle se tenait juste derrière son fauteuil, la baguette tendue vers la cheminée dont le feu mourant venait d’être ravivé.

« C’est bientôt l’heure, Freya. »

Elle hocha la tête en silence, la nuque raidie par l’attente et la tension. Ces semaines passées à arpenter l’Allée des Embrumes, à marchander des Potions et à vendre ses talents n’avaient pas été vaines. Elle y était. Elle allait être présentée. Ce n’était plus qu’une question d’heures, peut-être même moins. Elle avait perdu la notion du temps, absorbée dans l’attente et l’appréhension de finalement atteindre ce qu’elle avait recherché des mois durant, de finalement pouvoir peser dans la balance.

« Je serai la seule ? Comment ça va se passer ?
- Je t’avais pas demandé de la boucler un peu, avec tes questions ? »

Elle se renfrogna, mais obéit.

***

Freya ne pouvait s’empêcher de se sentir immensément petite face à cette bâtisse. Son regard s’accrochait à tout ce qui pouvait attirer son attention, en évitant néanmoins de dévisager les Mangemorts déjà présents ; elle tournait sur elle-même, absorbée par le grand escalier, les livres qui reposaient sur des étagères, les tapis sur lesquels tous marchaient comme s’ils ne se rendaient même pas compte de leur présence.

Freya les voyait. Freya voyait tout.

Et quelqu’un la voyait, elle. Au lieu de se désintéresser d’elle ou de l’observer avec curiosité, il semblait s’accrocher à elle comme si sa vie en dépendait, comme si rompre leur contact visuel allait le mener à sa perte.

Rowan. Camarade de promotion à Poudlard, camarade de confrérie et… Un ami de Clemens.

Déstabilisée par sa présence et par les tourments qu’il semblait ressentir, elle manqua de faire un pas vers lui avant de se rappeler dans quel contexte ils étaient. Elle se retrouva figée dans un demi-mouvement, son esprit bousculé par toutes les questions qui y naissait. Que faisait-il ici ? Pourquoi semblait-il aussi désemparé ? Elle s’apprêta à les formuler, espérant que Rowle y réponde, mais des bruits de pas firent mourir ses interrogations sur ses lèvres.

« Merveilleuse nouvelle mes amis… Le Seigneur est prêt à nous recevoir ! »

Elle se détourna du Sinistros, qui montait à présent les marches, pour observer l’intervenant ; il était si massif et imposant qu’il ne se laissait pas engloutir par la grandeur des escaliers, et ne faisait qu’accentuer l’allure déliée de Rowan.

Rowle lui toucha légèrement le bras pour la mettre en mouvements, et elle fut entraînée vers l’étage. Ils entrèrent à la suite d’un des accompagnateurs de Rowan dans ce qui semblait être une salle de réunion où de nombreux Mangemorts étaient déjà attablés, présidés par le Seigneur des Ténèbres. Elle tenta de mettre des noms sur les visages qu’elle pouvait voir, mais la plupart lui étaient inconnus – elle pouvait deviner à leur maintien, si semblable à celui de Rowan, que certains faisaient partie de l’aristocratie sorcière, mais c’était tout. Elle se contenta donc refuser de se laisser impressionner par leur présence, et s’appliqua à se tenir droite, à défaut de pouvoir dissimuler à quel point elle était impressionnée.

Elle avait fait le bon choix. Le seul.

« Maître, intervint encore la voix de l’homme massif. Je nous ai amené le fils de Ranulf. »

Et il poussa Rowan avec force vers la table, lui attirant une attention vive et inquisitrice de la part des personnes assises. Freya demeura immobile, partiellement dissimulée par les hommes qui se tenaient debout à ses côté sans toutefois lâcher son camarade du regard,  observant la suite des évènements avec minutie. Le Seigneur des Ténèbres sembla sous-entendre que son père avait failli, d’une façon ou d’une autre, et… Que Rowan devait lui montrer l’exemple.

Elle se mordit les lèvres – son camarade n’était pas là parce qu’il le voulait, mais parce qu’il le devait. C’était une punition.

Un long moment s’en suivit ensuite, pendant lequel ils ne firent que s’observer, immobile et silencieux, l’un à côté de l’autre. Le Seigneur des Ténèbres finit par lui demander son bras, et lui apposa sa Marque – et ce fut tout. Il fut renvoyé auprès de ceux avec qui il était arrivé, laissant Freya dans sa perplexité, incapable de trier les émotions contraires qu’elle éprouvait quant à sa présence, quant à ce à quoi elle venait d’assister.

Rowle lui pressa le bras une nouvelle fois, interrompant le fil de sa pensée.

« Maître, permettez-moi d’introduire notre jeune amie auprès de vous » dit-il en la faisant avancer avec infiniment plus de prévenance que le Mangemort qui avait poussé Rowan. « Voici Freya. »

Les murmures, les regards qui se tournèrent vers elle lui embrasèrent les joues, gênées d’être le centre de l’attention à son tour. Elle s’efforça de ne pas trembler en marchant vers la table, mais elle sentait une telle chaleur se répandre sur son visage qu’elle en était forcément devenu apparente. Elle envia brièvement la retenue dont l’ancien Serpentard avait fait preuve, malgré les circonstances, et s’immobilisa face au Seigneur des Ténèbres.

« Ne sois pas aussi intimidée. » Sa voix avait beau être basse et presque rassurante, le danger en suintait tant qu’elle se raidit. « Après tout, les rumeurs à propos de tes talents t’ont précédée. »

C’était donc ça. Rowle lui avait sous-entendu qu’ils la surveillaient depuis un moment déjà avant qu’il ne lui commande ce Polynectar, mais elle n’aurait pas envisagé que tous ces Mangemorts auraient entendu parler d’elle…

« Approche. »

L’ordre, jumeau de celui qu’il avait donné à Rowan, brisa immédiatement les chuchotements épars qui avaient subsisté après sa dernière remarque. Elle s’avança vers lui, regrettant brusquement d’avoir mis ces chaussures ce matin-là – elle faisait bien trop de bruit contre le parquet. Elle aurait du mettre celles qu’elle avait achetées avec l’argent des potions, la semaine précédente.

Elle se mordit à nouveau la lèvre, se rappelant à l’ordre – la tension était telle qu’elle commençait à perdre pied, et que ses pensée s’éparpillaient. Elle faisait le bon choix. Il n’allait rien lui arriver.

Prenant place exactement là où Rowan s’était tenu, elle releva finalement les yeux vers celui qui allait devenir son Maître, liant ses iris ébène aux siennes, rougeoyantes et inquisitrices.

Un flot de souvenirs envahit immédiatement son esprit.

Âgée de quinze ans peut-être, elle observait un match de Quidditch de Serdaigle, assise dans une des tribunes les plus basses. C’était le match où elle avait remarqué Clemens pour la première fois – au moment où elle se fit la remarque, un autre moment de sa vie refit surface ; elle avait presque seize ans, et Clemens l’embrassait pour la première fois à Pré-au-Lard. Dix-sept ans, elle coupait enfin ses cheveux, juste après qu’ils se soient séparés. Dix-huit, elle était assise dans une des salles de l’université de Salem, écoutant un cours alors que sa plume prenait scrupuleusement des notes. Dix-neuf, la potion sur laquelle elle avait tant travaillé n’avait pas les effets escomptés – elle devait revoir toute ses recherches pour comprendre quelle interaction avait bien pu avoir lieu.

Vingt, elle découvrait le monde des Moldus. Partagée entre la fascination et la peur, elle découvrait tant de choses et les craignait presque toutes.

Vingt, Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom revenait dans la lumière, après des mois et des mois de murmures et de rumeurs que le Ministère s’était efforcé de faire taire.

Vingt, le Secret était aboli.

Elle revenait au Royaume-Uni, persuadée qu’elle pourrait être utile aux sorciers.

***

Le retour à la réalité fut brutal et manqua de la faire tomber ; ses pensées ricochèrent les unes sur les autres dans un tel tourbillon qu’elle ne savait plus où donner son attention. Qu’était-il arrivé ? Comment était-il possible de lui faire revivre autant de souvenirs qu’elle n’avait pas recherchés, auxquels elle n’avait même pas pensé ?

S’appuyant sur la table pour éviter de tomber, elle releva son regard scrutateur vers le Seigneur des Ténèbres, faisant face à un de ces mystères qui valaient la peine d’être percé. Pas aujourd’hui, cependant.

« Donne-moi ton bras. »

Aujourd’hui, elle obéissait sans rien dire. Imitant machinalement les gestes de Rowan, elle tendit son avant-bras gauche, dénudé de son pull, et attendit qu’Il appose sa baguette en silence, le cœur battant et l’esprit affûté par sa détermination.

La Marque apparut sur son bras, d’abord d’un noir d’encre puis pâlissant jusqu’à devenir rouge, à peine visible sur sa peau foncée.

***

Elle se laissa entraîner hors de la salle avec Rowan par un des Mangemorts, l’esprit encore enfiévré de tout ce qu’elle avait vu et de ce qu’il lui restait à découvrir. Des cris et des plaintes attirèrent pourtant son attention, et elle ne put s’empêcher de se retourner pour découvrir d’où ils venaient.

Elle le regretta.

La vision de cette vieille femme, jetée sur la table, décharnée par sa douleur et sa peur, lui donna la nausée. Elle accéléra légèrement le pas, désireuse de ne pas voir ce qui allait se passer ensuite, mais le bruit qui retentit ensuite fut pire encore que tout ce qu’elle aurait pu voir – il lui laissait la possibilité d’imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Freya Nightingale - Journal de Bord   Aujourd'hui à 7:24

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Étudiants d'Haveirson-