Cunning folks - PV Lilianor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Cunning folks - PV Lilianor   Sam 11 Juin 2016 - 13:41

Cunning folks
Poudlard - Le couloir Interdit.
Dimanche 8 Juin 1997, 6h26


D’un geste mal assuré, sa main poussa la lourde porte en bois. L’obscurité envahissait la pièce, et franchir le seuil suffisait à faire disparaître un pied dans l’ombre pleine. Heureusement, dès lors que la présence d’individus fut détectée par la magie imprégnant les lieux, des torches s’allumèrent d’elles-mêmes comme pour souhaiter la bienvenue aux inconscients. Car il fallait l’être pour s’aventurer dans le couloir interdit. Le conduit de cet insondable corridor était tristement fameux pour les secrets mortels qu’il abritait. Une rumeur disait qu’un chien à trois têtes y gardait un trésor, une autre que des créatures plus dangereuses encore y étaient enfermées, sinon des objets magiques aux grands pouvoirs. Des mythes qui avaient condamné cette zone du château à une restriction absolue.

Régulièrement pourtant, les murs de pierres refroidis par l’absence de lumière, accueillaient en leur sein deux jeunes sorciers. Loin des héros téméraires en quêtes d’émotions fortes ; les adolescents étaient menés par des intentions bien moins nobles que la soif d’aventure. Chaque semaine entre ces parois et remparts aux secrets, Karkaroff et Zyskowski pénètraient le sanctuaire dans l’illégalité la plus souveraine ; leurs activités l’étaient tout autant. Dès lors que les camarades se trouvaient à l’abri des regards indiscrets, les deux élèves s’adonnaient à un entraînement rigoureux d’usage de magie noire. Sur les conseils avisés de Stanislas – ayant lui-même suivit des cours sur cette forme de magie lorsqu’il était à Durmstrang, puis jusqu’à aujourd’hui, par la vigilance de son paternel. La demande était venu du jeune homme ; n’ignorant pas l’attirance de Lilianor pour cet art, il lui proposa de lui apprendre tout ce qu’il savait à ce sujet, en échange d’un menu service.

Depuis qu’il savait lire, Stanislas s’abreuvait de tout le savoir qui dégorgeait des anciens grimoires de sa mère – tous soigneusement mit sur sa route par la génitrice elle-même, guidant subtilement son fils sur le chemin qu’elle voulait le voir emprunter de son propre chef. Il ne mit pas longtemps avant de découvrir les aspects les plus fascinants de la sorcellerie ; si bien d’origine blanche que noire. Parmi ces préceptes, une pratique appelée la legilimancie, ainsi que son contraire, l’occlumancie. Bien vite, le garçon s’y était vivement intéressé, jusqu’à tenter de pratiquer le sortilège de legilimen. Il lui fallu du temps pour que le sort fonctionne ; mais à force de persévérance, Stanislas y parvint. C’était l’année de ses quinze ans où il pénétra pour la première fois la tête d’un autre que lui. Le premier cobaye fut son hibou, Assen. L’animal ne montra aucune résistance – pouvait-il seulement en comprendre l’enjeu ? – et sa cervelle sembla bien vide à l’intrus ; des souvenirs de vols nocturnes, des déjections de rongeurs, le cachet d’une lettre scellée, et la vision s’arrêta après une escarmouche avec un autre volatil. Rien de palpitant, mais l’expérience fut révélatrice ; Stanislas voulait plus, enrichir ses capacités et les cultiver. Une fois que la conscience animale ne lui suffit plus (après un chat, un rat et un cheval), il se résolut à apprendre sur les humains.

Et Lilianor était le sujet parfait, il le savait bien. Ce n’était pas seulement la confiance qu’ils éprouvaient l’un envers l’autre que l’assurait à Stanislas ; mais bien la demoiselle en elle-même. Son potentielle magique était intense dû à sa détermination et la conviction de ses sorts. Sa cadette serait une adversaire de taille et ne baisserait pas les bras après les premiers efforts, voire les premiers échecs. Car il était indubitable qu’il y en aurait ; c’est précisément à cela que sert un entraînement et de la pratique. L'un comme l'autre s'infligeait le sortilège de legilimencie, se mettant au défi d'y résister ou de le réussir. Seulement ensuite, venait la question de leur relation. Les années étaient passées et le temps essuya les idioties d’une amourette qui avait unie Stanislas et Lilianor. Plus rien, sinon les souvenirs dont on s’amuse, ne restait de cette époque entre les deux jeunes gens. Mieux encore, ils s’en étaient servit pour solidifier leur amitié. Deux individus aussi semblables ne pouvaient pas se fuir éternellement. Leur terrain d’entente établit, plus rien ne les arrêtait. Depuis un an déjà, le duo se retrouvait dans le couloir interdit pour mettre à exécution sortilèges et maléfices – et parfois même, des instruction sur les malédictions. Stanislas prenait très à cœur ces cours qu’il dispensait à Lilianor ; aussi fier d’elle que de lui, car ensemble il formait une équipe talentueuse. La belle s’était toujours montrée très attentive et  possédant des qualités innées pour cette branche de la magie ; ce qui ravissait son aîné.

Les examens de fin d’année étaient proches cependant, la séance de ce jour serait une des dernières qu’ils pratiqueraient. A pas feutrés, tout deux se glissèrent dans le couloir, laissant la porte en bois se refermer derrière eux. Pour plus de sécurité, Stanislas y jeta le sortilège de collaporta, alors que Lilianor s’occupait d’amplifier la flamme des torches – habitudes que lui avait fait prendre Stanislas, en raison de son malaise avec les lieux obscurs. Désormais le couloir était à eux ; prêt à garder leurs secrets. « Tu es prête à jouer un peu ? » L’accent de Stanislas résonna contre les parois de pierre. « On va s’échauffer, d’abord. » Le sourire insolent qui étira ses lèvres annonça à Lilianor le début des festivités. Dans l’obscurité du couloir s’empoussiérait quelques objets, dont une armure que les adolescents connaissaient bien. Légèrement cabossée par les coups, son fer avait toujours servit de cible. Sortant sa baguette, Karkaroff articula calmement. « Les chauves-furies iront droit dessus, lorsque j’aurais invoqué le sort. Il lança un regard brillant à sa cadette. Je veux que tu les élimines avec un confrigo. Toute – en un seul coup. »

La consigne était simple mais l’exercice difficile. Selon ces règles, Lilianor disposait de quelques secondes pour fournir un confringo assez puissants pour détruire une escouade de ces bestioles agitées. Stanislas leva sa baguette ; il ne demandait jamais rien à Lilianor qu’elle soit incapable de faire. Il avait confiance en ses capacités, malgré la pression qu’imposait son regard. « Prête ? » Attendant une confirmation de son élève, il ne lui fallu qu’un mouvement sec pour que le maléfice de chauve-furie jaillisse de sa baguette en direction de l’amure. Aussitôt, les créatures se jetèrent sur le cobaye inanimé.
Revenir en haut Aller en bas
Lilianor A. Zyskowski
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 04/03/2016
Parchemins : 653
Points d'activité : 172
Avatar : Virginia Gardner
Crédits : Hope Westminbrook, première du nom et reine de la Scandinavie
Multicomptes : Zahara J. Elmandjra / Marina Y. Tsvetnova
Image :
Âge : Née le 28 Novembre, 1980 - 16 ans
Année : 6iem
Métier : Élève de Poudlard
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 35 - 45 - 55
MessageSujet: Re: Cunning folks - PV Lilianor   Jeu 4 Aoû 2016 - 1:49

La compagnie de l'heure actuelle n'était nulle autre que le fils Karkaroff, une des personnes que je respectais malgré un certain passé entre tous les deux. Il m'avait beaucoup appris sur certaines notions dites noires... très noires... Étant une bonne élève dans cette matière, je voulais progresser de plus en plus, que ce soit niveau Legilimencie ou sortilèges de magie noire bien que j'évite ceux qui sont Impardonnables comme l'Avada Kedavra, le Doloris et l'Imperium. Ma famille paternelle a toujours été plongée dans les ténèbres de la magie, surtout que tout récemment, mon père et ma tante ont été incarcérés à Azkaban. Mon grand-père fut Mangemort et a eu un bon nombre de victimes à sa main avant d'être abattus en Australie par des aurors du pays. Peut-être cela a été une bonne chance puisque malgré ma philosophie totalement opposée à ma soeur, je ne voulais pas tuer. En tout cas, il fallait dire que mon histoire familiale m'a poussée à continuer dans cette voie même si au fond de moi, je voulais me terrer dans mon coin et me mêler à rien du tout. Hélas, je devais prouver à Arianna et mon père, même s'ils sont en prisons, que je suis digne d'être une Zyskowski, de cette longue lignée pure.

Toujours en compagnie de Stanislas, nous étions rendus dans un endroit qui, comment dire, était supposé être interdit aux élèves mais ce n'était qu'un simple petit détail, que ce soit pour lui ou pour moi. Au final, je n'avais jamais réellement pénétré dans les endroits touchant à ce couloir hormis en compagnie du garçon. Aujourd'hui était l'occasion et surtout qu'il fallait bien s'exercer un peu pour progresser dans certains domaines. Avec Stanislas, il était certain que je progressais. Je lui faisais confiance malgré qu'il m'ait trompée il y a quelques années de cela alors que nous formions un couple. Le passé restait le passé. Avec lui, j'apprenais la Legilimencie (où l'on se testait l'un sur l'autre) ainsi que le concept de magie noire malgré que Arianna m'ait déjà appris quelques bases sur le sujet. Avec Stanislas, j'apprenais à l'utiliser malgré le fait que nous ne touchions pas aux sortilèges Impardonnables. Heureusement, au final. De toute façon, l'Avada Kedavra ne m'intéressait pas du tout. Tuer autrui ne m'intéressait pas, même les personnes dont je déteste plus que tout.

Dans ce couloir interdit par la populace de Poudlard, je me suis occupée d'amplifier les flammes des torches lorsque j'ai sortit ma baguette alors que mon camarade s'occupa de jeter un collaporta sur la porte comme sécurité supplémentaire. Il n'y avait personne hormis Stanislas et moi-même dans cet endroit sombre de Poudlard. Le garçon me demanda si j'étais prête à jouer, ce à quoi j'ai répondu, d'un sourire malicieux : « Toujours. » Puis, il me dit que nous allions nous échauffer d'abord. J'ai approuvé d'un signe de tête, alors que j'avais toujours ma baguette à la main de par le sortilège que j'avais jeté précédemment envers les flammes. Une vieille armure se trouvait là dont mon camarade et moi-même connaissions plutôt bien, ayant déjà jeté des sortilèges dessus. Stanislas sortit de nouveau sa baguette en me parlant de chauves-furies, alors qu'il articula lentement pour ensuite me dire que je devais faire un confringo en éliminant toutes les chauves-furies. Je répondis : « T'inquiète, je suis une Zyskowski, pas une simple sang de bourbe ! » Je n'avais beaucoup lancé de confringo, surtout que c'était un sortilège plus avancé que mon niveau actuel mais grâce au jeune Karkaroff, j'apprenais des sortilèges inconnus de ceux de mon année.

Je me suis mise en position à lancer un sortilège, la baguette pointée vers l'armure. Le regard de Stanislas aurait pu me stresser mais je ne l'étais pas du tout. J'avais confiance en mes capacités. Mon aîné me demanda si j'étais prête. J'ai hoché de la tête en approuvant : « Oh que oui ! » Aussitôt, Stanislas lança le maléfice de chauves-furies vers l'armure comme dit précédemment. Prenant un maximum de concentration, je me suis mise à crier, vers les chauves-furies qui se collaient à l'armure :

« CONFRINGO ! » Je réussis le sort mais malheureusement, je n'ai pas réussi à anéantir toutes les chauves-furies. J'ai lancé un soupire avant de dire : « À ton tour ou je recommence ? » Lui demandais-je.

Sortilège:
 

Seul de réussite:
 


Dernière édition par Lilianor A. Zyskowski le Jeu 4 Aoû 2016 - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t20120p15-fiche-terminee-h
Narrateur
Tell me who you are...
Date d'inscription : 03/01/2007
Parchemins : 718
Points d'activité : 311
Âge : Tous les âges
Année : Toutes
Cursus : Aucun en particulier
MessageSujet: Re: Cunning folks - PV Lilianor   Jeu 4 Aoû 2016 - 1:49

Le membre 'Lilianor A. Zyskowski' a effectué l'action suivante : Duel


'Combat' : 46
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Cunning folks - PV Lilianor   Mar 6 Sep 2016 - 21:52

Cunning folks
Poudlard - Le couloir Interdit.
Dimanche 8 Juin 1997, 6h26


Le sortilège avait jaillit hors de la baguette de l’adolescente dans une gerbe rouge agressive ; vives comme l’éclaire, l’étincelle brûlante se propulsa à travers les couloirs jusqu’à déferler sur les chauves-furies, distraites par l’armure cabossée. Malgré la justesse du sortilège et la conviction de la jeune élève, la puissance ne fut pas assez élevée et quelques bestioles avaient évité l’attaque du confringo. Lilianor eu un soupir mais, pas vaincue pour autant, proposa de retenter le sortilège. « Je t’en prie, fais-toi plaisir », l’encouragea Karkaroff avec un sourire en coin. Cette fois bien sûr, ce fut une réussite incontestable.

Une longue demi-heure s’écoula durant laquelle les deux camarades variaient la valse de leurs maléfices ; toujours pour cible celui des chauves-furies puis, aux choix, le maléfice d’explosion ou le maléfice cuisant. La rapidité ou la douleur. De toute manière, ces créatures n’étaient que le produit de la magie, dont le seul objectif était d’attaquer. Aucune pitié donc, à la dégommer inlassablement avec énergie.

Le cours d’aujourd’hui portait uniquement sur l’offensive, mais d’autres fois, Lilianor et Stanislas étaient venus les bras plein de livres et de parchemins griffonné ; vestiges des classes que Stanislas avaient lui-même suivi à Durmstrang ou par son propre père. Les sujets variaient selon l’humeur et la pédagogie bancale du septième année. Une fois, ils s’étaient simplement contentés d’une sortie à Pré-Au-Lard chez Barjow et Beurk, avec Phinéas Beurk lui-même pour renseigner leur curiosité. Quand on a des noms comme les leurs, certaines informations se délivrent plus facilement. C’avait été un peu comme une sortie scolaire et, le fils Karkaroff se souvient qu’ils aient acheté ensemble un talisman apportant malchance à celui qui le portait. C’est vrai que Neville Londubat* n’avait pas eu une semaine facile avant que Potter ne se rende compte du pot au rose – mais les deux adolescents en garderaient des souvenirs tordants.

Après que Lilianor ait jeté son dernier maléfice d’attaque, l’armure tomba au sol dans un bruit de métal assourdissant, comme si elle avait fini par succomber à toute cette maltraitance. « Je pense qu’on va s’arrêter là pour les sort offensifs. Tu t’es suffisamment démenée, mais il faut garder de l’énergie pour la suite. » A ces mots, Stanislas lui adressa un regard entendu. La suite était en effet bien plus complexe et méticuleuse que des coups portés par la violence et l’acharnement. Ce qu’ils savaient tout deux être un entraînement de longue haleine – ou plutôt sur le long terme – demandait autant de précision que d’effort et pourtant, se jouait principalement sur la force mentale.

La légilimancie faisait fantasmer Stanislas ; pénétrer l’esprit d’autrui était une capacité qui lui faisait miroiter bien des avantages. Évidemment et avant toute chose, c’était la possibilité de satisfaire son insatiable curiosité. Sans aucun usage magique, Stanislas était l’espion par excellence, l’investigateur nuisible, le fouineur pervers. La joie de découvrir un secret n’était comparable à aucune autre ; cet art de l’esprit lui permettrait d’assouvir ses désirs indiscrets – et de tout tenir sous contrôle. Car lorsque quelque chose est gardé précieusement confidentiel dans les recoins sombre d’un esprit, c’est qu’il y a une faiblesse à exploiter. Et la faiblesse des autres est la force de celui qui les connaît.

Stanislas est de ces personnes que le pouvoir motive. Il ne peut se satisfaire de la moyenne, du juste-assez, du ni trop ni moins, du standard. Le pouvoir rapporte tellement d’avantages – avantage que son nom lui a toujours offert sur un plateau d’argent. Mais c’est avant tout la plus puissante des motivations. L’ambition d’achever un défi, d’atteindre les sommets et par-dessus tout ; de dominer. Il est impensable de laisser quelqu’un prendre le pas sur ses propres secrets et ses failles cachées ; alors il lui faut être le premier à pouvoir asservir celles d’autrui. Le besoin de maîtriser le plateau ; d’être celui qui joue et non pas celui qui est joué ; d’être en avance et pouvoir prédire les coups. Oui, ce talent est indispensable à sa réussite.

Et alors qu’il s’imaginait déjà étudier les désirs des futurs consommateurs de ses produits magiques mis à la vente et cerner l’article qui lui rapporterait le plus sur le premier trimestre de l’année 2004… Stanislas s’étira et prit place en face de sa cadette. « Je vais commencer, pour que tu puisse reprendre ton souffle physiquement. Mais n’oublie pas de concentrer toute tes forces là-haut », lui rappela-t-il en tapotant sur son front pour illustrer ses paroles. C’est ce qu’avait dit le bouquin de sa mère, après tout. La détermination et la concentration sont toujours la clé du succès, en magie. Cependant, résister à un sortilège psychique demandait bien plus d’effort que de lancer le sort en lui-même – qui pourtant équivalait à un puissant sortilège. « Il faut que tu résistes autant que possible… Tant que tu résisteras correctement, je réessaierais le sortilège. Si je rentre dans ta tête, et bien… (Il eut un sourire sombre) Nous n’avons rien à nous cacher, n’est-ce pas ? » Il haussa les épaule comme pour rendre sa remarque plus légère. Allons-y. « Prête ? Legilimen ! »

Mais la jeune fille en avait autant dans le ventre que dans la tête et le sortilège percuta à peine son crâne, laissant un noir aveugle dans l'esprit du sorcier. « Tu es une corriace, Lili » dit-il en souriant pour dissimuler son orgueil bafoué suite à ce premier échec. « Est-ce que tu te sens prête à en encaisser un autre, ou tu préfères essayer ? »

Statistiques:
 


*J'ai choisi Neville Londubat pour cible pour expliquer ces divers manques de chance, qui semblent si fidèles au personnage. Je n'ai rien contre le joueur ou le perso en lui-même ♥


Dernière édition par Stanislas Karkaroff le Mar 6 Sep 2016 - 22:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Tell me who you are...
Date d'inscription : 03/01/2007
Parchemins : 718
Points d'activité : 311
Âge : Tous les âges
Année : Toutes
Cursus : Aucun en particulier
MessageSujet: Re: Cunning folks - PV Lilianor   Mar 6 Sep 2016 - 21:52

Le membre 'Stanislas Karkaroff' a effectué l'action suivante : Duel


'Combat' : 31
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Cunning folks - PV Lilianor   Aujourd'hui à 14:59

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Poudlard : le château :: Deuxième étage :: Le couloir interdit-