Echappée belle. [PV : Stev]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anastasiya Styrbjörn
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 29/07/2016
Parchemins : 121
Points d'activité : 105
Avatar : Alicia Vikander
Âge : 16.
Année : Sixième en Septembre 2016.
Situation financière :
  • ★★★★☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 50 - 50 - 50
MessageSujet: Echappée belle. [PV : Stev]    Dim 2 Oct 2016 - 13:44

« Finalement, nous y voilà. »

Un murmure, quelques bruissements dans le silence si strict de la nuit, mère de sérénité et d’angoisse. L’un ne se dissociait jamais de l’autre, pire encore, c’était un duel permanent où s’affrontait ces deux opposées l’une cherchant à contraindre son inverse. Nulle sérénité pouvait se targuer de ne pas connaître des crises d’épouvante, si fragile et si effrayée à l’idée d’être renversée.

Les lèvres si lisses de la jeune fille avaient à peine mû mais le souffle chaud qui ressortait de cette bouche frigorifiée laissa passer tant de fumée blanchâtre qui se glissa, d’un coup de vent, en direction de cette forêt si sombre et atrabilaire. Face à cette entité si grande et si intimidante, la jeune fille se rendait compte de la superficialité de son être, la nature restait maîtresse d’un monde que l’on venait fouler sans même se rendre compte du ridicule de nos corps face au sien, impérial. D’un geste lent et mesuré, les mains pâles d’Anastasiya vinrent libérer sa chevelure jusqu’alors enfermée par cette capuche si lourde mais nécessaire pour masquer, du mieux qu’elle pouvait, la jeune fille de son noir si pur.

La quiétude de ce lieu était tout à fait paradoxale, s’il calmait l’agitation qui régnait dans l’esprit d’Anastasiya, lui faisait tout autant ressentir un malaise qui lui rappelait à chaque instant qu’elle était seule dans cette obscurité et ce ne pouvait être la lune, pourtant si claire en ce ciel dégagé, qui la protégerait du danger. Au bout de ses doigts, brindilles si fermes, sa seule amie et gardienne, cette baguette qu’elle avait si souvent maudite. Pour beaucoup, ce n’était qu’un instrument sans le moindre valeur, qu’ils acceptaient dans leur quotidien sans même y faire attention, pour Anastasiya, c’était une toute autre histoire. La magie l’avait libéré de sa condition, lui ouvrait tant de portes qu’elle n’avait jamais osé imaginer. Seulement, elle ne s’attendait pas à ce que cela soit matérialisé par cette chose si laide et encombrante. A ce moment très précis, elle la serrait comme on peut étreindre une personne qui nous est chère, sans la moindre possibilité de relâchement. Après tout, quoiqu’elle pouvait ressentir à son égard, elle était précieuse à ses yeux. Dans l’aspect pratique mais aussi dans le ressenti, c’était une compagne fidèle qui ne lui avait jamais fait faux pas.

Elle en fit un.

Son pied s’était posé sur la pierre refroidie par la nuit tombée, Anastasiya ne se fit pas prier pour enfiler ses chaussures. Ses bas de laine ne suffisaient pas à la protéger du temps qui se rafraichissait à mesure que les journées se consumaient plus rapidement. Ils avaient au moins eu le mérite d’assurer sa discrétion lors de sa fuite, car c’en était bien une. Loin de se questionner sur le sens de ses actes, la jeune Serpentard s’esquivait enfin des sous-sols et allait pouvoir assouvir ses désirs d’explorations nocturnes.

Le bruit d’une chouette avait suffi à rompre la finesse de ce sommeil si dur à trouver, les secondes passaient et elle se résigna à ouvrir les yeux, fixant stoïquement ce plafond pourtant inanimé. Les minutes s’écoulaient et à écouter les respirations de ses camarades de dortoir, l’idée même de se rendormir devenait complètement caduc. Son cerveau se mettait en marche. L’existence humaine sur Terre est si éphémère qu’il ne fallait pas la gâcher à fixer les murs, l’évasion se planifiait lentement mais sûrement dans cet esprit éveillé.

Les possibilités étaient infinies, ou presque, et ses envies tout autant. Il y avait tant de choses qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de visiter à Poudlard, du moins, toute seule. Dans la tiédeur de ce dortoir mal animé, une faim de risque venait germer dans les pensées d’Anastasiya. Quoi de mieux pour assouvir de tels désirs qu’une virée nocturne au cœur de la Forêt Interdite ? Le nom seul suffisait à créer la tension recherchée par la jeune Serpentarde. Sa destination était toute trouvée.

D’un geste vif mais silencieux, le tissu virevolta.

Arriver jusqu’à la lisière de ce lieu si mystérieux n’avait été qu’une partie de plaisir, Anastasiya s’était glissée comme une ombre parmi toutes celles qui recouvraient le château. Cela avait été presque trop facile, instinctif. Elle frôlait les murs et tendait l’oreille avant de se laisser guider par sa confiance et se perdre dans une errance des plus totales. A tort. A la sortie du château, sa concentration avait laissé place aux mouvements inconscients de son être, dirigé fixement sur son objectif. Les yeux dans le vide, elle n’avait pas pris gare aux tas de feuilles mortes que le vent avait amené sous ses pieds.

Un craquement était venu briser le calme de la nuit.

Elle n’y pensait plus maintenant que les grands arbres noirs lui faisaient face. Le temps lui rappellerait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21071-anastasiya-alexandrovna-styrbjo
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Echappée belle. [PV : Stev]    Mar 11 Oct 2016 - 16:36

Eh beh, un peu de repos ne serait pas du luxe. C’était la traduction de son soupir las, alors qu’il se coulait sur une des marches froides du grand escalier. Vous savez, celui qui mène au parc, et par extension, à la forêt. Le Grant errait dans les couloirs en sentinelle attentive depuis une bonne heure déjà. Là, ses jambes pétries par l’effort lui demandaient du répit. Quoi, vous vous attendiez à plus d’endurance de la part d’un joueur de Quidditch ? Mais c’est qu’il en avait plein les pattes, lui. Il avait cavalé comme un chien fou après Peeves, pour rien en plus. D’y repenser, il l’avait mauvaise et le vivait comme une sorte d’échec à son rôle de préfet. Enfin, il était convaincu que les occasions manqueraient pas pour coincer cet ectoplasme moqueur. Juste un instant, il posa sa tête contre la rambarde de pierre lissée par les siècles précédents. Simplement quelques secondes, il ferma les yeux. Et le sommeil le happa aussitôt.

J’ai toujours trouvé ça impressionnant, les gens qui pouvaient s’endormir n’importe où. Surtout dans des endroits improbables, doublés de positions inconfortables. C’était précisément le cas de Stevie, roupillant la bouche ouverte dans les escaliers. En vrai, il dormait d’un œil ; mais s’imaginer grimper les sept étages maintenant, c’était impossible. Plus tard peut-être. Un grincement de porte le tira des contrées cotonneuses où il errait. Se frottant les yeux, il aperçut une silhouette dans le hall, et il se garda bien de bouger. L’ombre vivante se glissa dehors, dans le froid de la nuit. Le Lion grogna, c’était bien sa veine. Mais une proie restait une proie. Sans aucune motivation, il se hissa sur ses jambes endolories, et fit claquer sa langue plusieurs fois pour réactiver sa salive. La bouche pâteuse, sa carcasse bringuebala jusqu’à la grande porte. Que la traque commence !

Connerie d’hiver. Forcément, il était pas équipé pour affronter les brises mordantes du grand air. Lui, il avait prévu de faire sa ronde dans le château. Pas de crapahuter à tâtons dans l’immensité du parc. Les bras croisés sur son torse, le blond était hérissé par la chair de poule. Au moins, ça avait rallumé son esprit brumeux ; il suivait des yeux la passagère clandestine sans aller à sa rencontre. Il aurait pas su expliquer pourquoi, mais il voulait la suivre, savoir ce qui l’avait poussée à déserter son dortoir. Pourtant, il aurait adoré lui balancer un cliché moldu style « Police, on ne bouge plus ! ». Mais là, ça plomberait l’ambiance. Cette filature enrobée de mystère, tant sur l’identité de l’évadée que sur ses plans, était délicieuse. Le Gryffon fit une pause alors que l’inconnue s’engouffrait dans les ténèbres irréelles de la Forêt Interdite. Un sourire satisfait retroussa sa lèvre ; il l’aurait parié.

Sans hésitation, il pénétra la dimension défendue. Il allait quand même pas s’arrêter en si bonne chasse ! Puis c’était pas la témérité qui lui manquait, ça non. Ce qui lui manquait le plus là, c’était un gros pull en laine. Grelottant, une ambiance pleine de solennité s’imposa à lui. Comme si il avait foulé le sol d’un sanctuaire oublié volontairement de tous. Ses yeux virevoltaient à droite comme à gauche ; les silhouettes étriquées des arbres lui jouaient des tours. Dans ce silence quasi religieux, il pouvait presque entre les bois respirer. Et leurs murmures avaient quelque chose de troublant. A partir du moment où les arbres, ça parle pas, y avait de quoi être troublé. Si ça se trouve, sa proie n’était qu’une sorte d’hallucination sortie d’un rêve… Ou d’un cauchemar. L’immensité de la forêt le surplombait avec mépris, le faisant reculer malgré lui, hypnotisé. Avec la délicatesse d’un troll, il marcha sur une branche morte qui brisa le mutisme des bois. Et la silhouette se trouvait juste là, à quelques pas.

Pourtant, il aurait juré le contraire.

« - Eh t’es au courant que y a de bonnes raisons pour qu’on l’appelle la Forêt Interdite, pas vrai ? » questionna-t-il avec sarcasme. C’est pas qu’il avait flippé léger, mais quand même. D’un mouvement du poignet, il alluma sa baguette d’un Lumos. Tiens, il l’avait déjà vue quelque part, celle-là.


Dernière édition par Steven S. Grant le Dim 6 Nov 2016 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anastasiya Styrbjörn
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 29/07/2016
Parchemins : 121
Points d'activité : 105
Avatar : Alicia Vikander
Âge : 16.
Année : Sixième en Septembre 2016.
Situation financière :
  • ★★★★☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 50 - 50 - 50
MessageSujet: Re: Echappée belle. [PV : Stev]    Sam 22 Oct 2016 - 23:04

Tout n’était plus que panique. Le cœur d’Anastasiya n’était plus qu’une fanfare funeste qui battait des notes s’accélérant à mesure qu’elles tombaient les unes sur les autres, la mélodie tranquille laissant place à un vacarme sans nom et sans stabilité. Le froid venait de disparaitre en l’espace d’une seule seconde, il faisait même très chaud, la peur l’envahissait et son corps réagissait bien trop brusquement, tout était remis en question en l’espace d’un instant. Elle l’entendait exploser dans ses oreilles, ce cœur furieux d’avoir été surpris dans de telles conditions. Tout s’était passé tellement vite, les premiers sons qu’avait émis cette personne avait eu le don de la réveiller de son songe sans tarder, réagissant par instinct, elle s’enfonça dans la forêt en courant, inconsciente de ses actes.
Elle n’avait pas compris le moindre mot qui avait été prononcé, elle n’aurait pas même pu dire de quelle langue il s’agissait, peut-être n’était-ce même pas un humain. Cette solitude si chère lui avait été volée sans qu’elle ait pu s’en rendre compte, Anastasiya était envoûtée par cette forêt qu’elle maudissait ardemment à cet instant précis, la nuit l’avait trahie.

Elle se réfugia derrière un arbre, tentant de reprendre ses esprits, pourtant si pris de court. Son souffle se calmait, lentement, elle s’y efforçait. Son cerveau reprenait peu à peu le contrôle de la situation, les possibilités se présentaient à elle et il fallait agir. Anastasiya savait pertinemment que cette chose recroiserait sûrement sa route, et peut-être bien d’autres. La Serpentard pourtant si sûre d’elle en temps normal avait peur, ça ne faisait pas le moindre doute. Pourtant, avec le destin qu’elle se dessinait, Anastasiya savait qu’il était inimaginable de réagir de la sorte, il lui fallait être forte, se battre face à ses démons.

D’un geste contrôlé, elle releva sa lourde capuche pour couvrir ses cheveux et empêcher qu’on puisse la reconnaître avec facilité. Sa baguette glissait entre ses doigts, son instinct évoluait, se métamorphosait pour devenir un atout, quelque chose qui l’aiderait à affronter ce moment qu’elle redoutait. Anastasiya luttait contre sa mémoire si vite effacée, l’adrénaline avait supprimé toutes ses capacités d’écoute, peut-être s’inquiétait pour des choses qui n’en valaient pas la peine mais le doute était trop grand.

Le bois d’if chatouillait ses doigts qui se déliaient, la réalité reprenait son cours, le temps aussi. La surprise l’avait fait littéralement perdre la tête, elle en avait pleinement conscience désormais. Qui que ce soit, elle n’avait pas de raison de le craindre. D’autant plus que la forêt interdite était bien plus vaste que cela, si être dangereux il devait y avoir, pourquoi s’amuserait-il à pointer le bout de son nez à la lisière de cette dite forêt ? Alors qu’elle aurait eu raison d’avoir honte, Anastasiya s’amusa de sa réaction, malgré un agacement certain. Elle qui était si sensée avait perdu le contrôle, on ne lui avait pas laissé le temps d’armer sa réflexion, seul la surprise l’avait animée.

Peu importe, elle aurait bien le temps de s’interroger sur sa réaction, il était maintenant question de savoir ce qui avait causé tant de tourment. La curiosité reprit le dessus sur la peur et cela rassurait Anastasiya dans l’idée qu’elle avait de soi. Rester dans la panique n’aurait pas été digne d’elle, ni de ce qu’elle aspirait à être.

D’un geste d’if, un mot et la lumière jaillit du bout de cette longue baguette de bois. Partiellement masquée par le tissu de sa capuche, Anastasiya avançait d’un pas assuré, à la recherche de cette chose… Ou d’une autre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21071-anastasiya-alexandrovna-styrbjo
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Echappée belle. [PV : Stev]    Mer 9 Nov 2016 - 11:59

Il s’était attendu à tout, sauf à ça. Dans son esprit embué de fatigue, ce cher Roi Rouge s’était paré à toute éventualité ; refus, sarcasme, approbation, énervement. Mais pas à cette fuite guidée habilement par l’angoisse. Surpris par cette réaction, son premier réflexe fut de suivre la fugitive. Mais elle semblait glisser sur le sol brumeux, et bientôt, cette sombre cape mouvante se confondit avec la nuit d’encre. Essoufflé, le Grant perdit le rythme, et sa trace. Étonnant, d’être si vite à cours de carburant lorsqu’on est un sportif accompli. Il y avait quelque chose dans l’air qui pesait lourd sur ses poumons, sur ses épaules, sur son corps entier. En tout cas, il avait laissé filer sa petite proie, et il lança un coup de pied plein de frustration dans un tas de feuilles mortes. Son pied percuta une racine dure, et il s’effondra en tailleur sur le sol humide. Les feuilles rousses retombaient avec légèreté autour de lui, tandis qu’il se maudissait intérieurement. Il aurait mieux faire d’aller se coucher, tiens !

Allez Grant, debout, tu peux pas abandonner. Pas si facilement. En plus, valait mieux pas s’attarder trop longtemps à un endroit dans cette forêt. Il était resté à peine une minute assis, pourtant il se sentait pas seul. Évidemment qu’il était pas seul, y avait aussi l’encapuchonnée qui traînait quelque part, pas loin. Mais c’était plus une présence malveillante, il le sentait au fond de ses tripes. Quelque chose de menaçant se tapissait dans le noir, friand observateur nocturne. Ou alors c’était son imagination qui déconnait à plein tube. Les deux hypothèses étaient tout à fait probables, de manière équivalente. D’un mouvement, il se grandit, et jeta des coups d’œil plein de concentration autour de lui. D’où il venait déjà ? Il savait plus. Aucune magie ne pourrait lui venir en aide, pour le coup.

Au hasard, tenant fermement sa baguette illuminée, il s’enfonça entre les troncs d’arbres. Malgré lui il se mit à courir, n’osant pas appeler distinctement l’autre élève. Le paysage défilait en tâches floues, dégradé de gris jusqu’au noir, la vive lumière du Lumos révélant parfois cette nature endormie. Le souffle court, il aurait aimé ralentir. Mais quelque chose d’incompréhensible le maintenait dans sa course ; s’il s’arrêtait, il serait rattrapé par son imagination fabulatrice. Un Gryffondor n’a pas peur. Un Gryffondor est courageux. Il se répétait cette rengaine, courant, les yeux mi-clos, sans faire attention au reste. Une branche griffue, sortie de nulle part, lui entailla vivement la joue. Stoppé dans son élan, il porta ses doigts à sa plaie ; un liquide chaud et poisseux s’en échappait lentement. Voilà qu’il se faisait attaquer par des foutus arbres maintenant, c’était n’importe quoi. D’une voix forte et teintée de nervosité, il brisa le silence :

« - Bon ça suffit les conneries ! Moi je rentre, avec ou sans toi ! »

Une lueur argentée se dessina au loin, et progressa jusqu’à lui. Stevie n’en menait pas large, et se demanda sur quelle créature il allait tomber. Son sang battait à ses tempes, et il ne put retenir un discret soupir soulagé quand il reconnut la cape. Cette foutue cape qui l’avait embarqué dans cette traque improvisée. A bout de patience, et de nerfs, il s’approcha vivement de l’élève avec un visage crispé. Si c’en était un de sa maison, il allait s’en donner à cœur joie ; il allait prendre tarif. Sans plus de formalités, il abaissa la capuche pour révéler son identité. Mauvaise pioche.

« - T’es pas à Gryffondor toi… Tant bien que mal, il essayait d’activer sa mémoire. Il savait qu’il l’avait déjà vue, mais où ? Le banquet de la rentrée remonta alors ; son visage s’illumina. Serpentard, c’est ça ! Mais sérieusement, qu’est-c’qui va pas chez toi ?! T’es une grande malade, de partir comme ça dans la forêt. Un frisson imperceptible remonta dans son dos à l’évocation de ce lieu. L’heure n’était pas aux sermons. Bon on ferait mieux de se tirer avant de se retrouver dans une toile d’Acromentule. »

Un hululement lugubre appuya ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasiya Styrbjörn
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 29/07/2016
Parchemins : 121
Points d'activité : 105
Avatar : Alicia Vikander
Âge : 16.
Année : Sixième en Septembre 2016.
Situation financière :
  • ★★★★☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 50 - 50 - 50
MessageSujet: Re: Echappée belle. [PV : Stev]    Sam 12 Nov 2016 - 16:07


Ses pas étaient assurés mais avançaient tout de même avec une certaine lenteur, il s’agissait là de ne pas tomber ou se retrouver la jambe engouffrée dans un trou… Ou pire encore. L’attitude de la jeune fille avait drastiquement changé, la peur n’avait plus d’emprise sur elle, le fantôme qu’elle était jusqu’alors reprenait le pas sur l’être paniqué qu’elle s’était permise d’être le temps de quelques minutes. Sa longue cape noire couvrait ses pieds, si bien qu’on pouvait l’imaginer flotter au-dessus du sol, tel un ectoplasme. Quelques-unes de ses mèches brunâtres venaient trahir l’humaine qu’elle était, volant au vent et s’enfuyant dans son dos. L’obscurité était totale et la pointe de la longue baguette ne suffisait pas à transpercer les ténèbres l’entourant. Anastasiya ne cherchait pas cela, elle aurait pu forer le sort pour irradier les alentours mais cette ombre qu’elle devenait lui plaisait, mieux encore, elle lui donner un sentiment de confiance, de protection face à cette Forêt si effrayante.

Cet être sorti de nulle part l’intriguait, elle se demandait si elle retrouverait sa trace à travers ce bois lugubre. Heureusement pour ses desseins, le jeune homme, puisque sa voix semblait indiquer que c’en était un, était pris de nervosité. Sa prise de parole avait été forte, pareil à un cri par rapport au silence régnant alors. La bouche de la Serpentard se transformait en moue de déception, elle espérait plus de témérité pour cet homme qui affrontait les dangers de la Forêt pour la retrouver. Sans même compter le fait que ce n’était pas très malin d’attirer l’attention quand on ne connaissait pas la nature de ce qui nous entourait. Enfin, après plusieurs mètres, elle le vit. Lui aussi avait eu les nerfs à rude épreuve et son attitude était plus que paradoxale, tiraillée entre la peur et la responsabilité.

Quand elle s’était arrêtée à quelques pas du jeune homme, lui s’était jeté sur elle, s’approchant à grande vitesse et ne coupant son élan qu’une fois au niveau d’Anastasiya. Il était plus grand elle et la dominait pleinement, pourtant elle ne se sentit pas la moindre anxiété face à lui. De toute évidence, ses volontés n’étaient pas mauvaises et tout sorcier qu’il pouvait être, Anastasiya se sentait en maîtrise totale de la situation. Le Gryffondor s’agaçait, Anastasiya l’observait. Son attention était très limitée, les mots d’étonnement et d’irritation du jeune homme ne faisait qu’un tour dans le cerveau de la jeune fille qui ne se posaient pas tant de questions. Sa joue était tailladée, le sang coulait encore. Cela l’amusa.

Sueur et sang se mêlaient sur le visage de ce préfet déboussolé par l’attitude insouciante qu’elle ne cessait d’avoir dans cette forêt. Tracas et blessure avaient été affrontés pour la retrouver, intéressant. Un fin sourire illumina le visage d’Anastasiya qui observait dans le détail les traits du jeune homme avant de s’arrêter sur le fond de son regard.

S’il comptait déjouer les plans d’Anastasiya, il se faisait de trop belles illusions pour qu’elles se réalisent. La jeune fille était déterminée à continuer, pire encore, son plan avait changé pour compromettre d’autant plus cet intrus. L’aventure continuerait à deux, c’est en tout cas ce que désirait la Serpentard qui voyait une distraction supplémentaire à sa nuit. Avec un peu de chance, il aurait un cerveau fait pour autre chose que pour l’effroi, puisse-t-il l’utiliser pour réfléchir et exalter la curiosité d’Anastasiya qui était sans limite. Un étrange bruit s’extirpa des profondeurs de la forêt, provenant d’un animal ? Ce n’était pas évident à déchiffrer mais instinctivement, Anastasiya interpréta ce son comme celui d’un sanglot impossible à retenir.
Alors qu’ils étaient face à face, séparé d’un pas tout au plus, la sorcière pivota et tourna le dos au Gryffondor qui la dominait de toute sa hauteur depuis déjà trop longtemps.

« Non. » répondit-elle sans la moindre hésitation. Ce n’était pas une éventuelle toile d’Acromentule qui effraierait l’ambitieuse avec qui il avait à faire. Celle-ci lui échappait à pas énergiques. « Moi, c’est Anastasiya. ». Son avance sur le jeune homme devenait importante si bien qu’elle s’exclama : « Tu comptes attendre planter là encore longtemps ? Une proie facile. »

Encore une fois, Anastasiya s’enfuyait lorsque le temps du dialogue s’imposait à elle. Obstinée comme elle l’était, la Serpentard ne partirait pas de cette forêt sans une belle ballade qui s’annonçait pleine de surprises. A commencer par cette rencontre inattendue et cet étrange bruit qui guidait ses pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21071-anastasiya-alexandrovna-styrbjo
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Echappée belle. [PV : Stev]    Aujourd'hui à 23:07

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Poudlard : extérieurs :: La Forêt Interdite-