I'm not a ghost. - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Léonor Wooden
Tell me who you are...
Date d'inscription : 15/08/2016
Parchemins : 21
Points d'activité : 0
Avatar : Marcelina Sowa
Multicomptes : Novenka S. Cieslak
Image :
Âge : 16 ans.
Année : 6ème année.
Situation financière :
  • ★★★★★

MessageSujet: I'm not a ghost. - Libre   Lun 3 Oct 2016 - 23:15



I'm not a Ghost.
Léonor Wooden & Libre.


Le sens de la vie était quelque chose de subjectif, n'est-ce pas ? Mais celui de la mort bien plus concret.
Cela fait déjà plusieurs jours que je suis à Poudlard, que je découvre cette école rustique aux murs anciens, à la pierre rénovée. A quelques fenêtres encore brisées. C'est beau, poétique... Tout ce chaos.
Plus encore avec la confusion que j'apporte chaque fois que je me déplace. J'ignore si ma cousine portait aussi bien l'uniforme que moi, mais il est amusant de voir combien les regards se perdent sur mon joli minois.
Le nombre de fois où j'ai pu entendre : Elle n'est pas morte... Alycia est vivante. Impossible.
Imbéciles.
Elle est morte, anéantie. Avec son sang-de-bourbe. Honte de la famille comme tous ceux qui ont abandonné les leurs pour des petites gens.
Détestable.

J'entre calmement dans la Grande Salle alors que certains regards se posent sur moi. Je souris. Manipulatrice.
J'aurai presque envie de faire la révérence et signer quelques autographes. Après tout, je gouvernerai le monde, un jour.
Je détruirai les moldus ou les rendrai esclave, je n'ai pas encore décidé.
Mais pour l'heure, je souris. A la surprise générale.
Alycia ne devait pas être très souriante pour que cela choque autant de monde. Mais qu'importe.
Je m'en fous. Alycia n'était pas futée, elle était seulement trop... humaine.
On ne devient pas démon, on nait ainsi.
Je m'installe à la table des miens, étirant mes bras au dessus de moi.
La nuit avait été bonne, même si j'ai entendu quelqu'un ronfler. La prochaine fois, je lui ferai manger son oreiller par les trous de nez, je ne l'entendrai plus.

Le petit-déjeuner sur la table est plus que copieux. Il est gargantuesque. Comment pouvait-on manger autant ?
Je prends seulement de quoi me sustenter même si le cheesecake près de la première année me donne carrément envie.
Je plisse le nez et me sers un jus d'orange.
Je commence enfin la journée en silence et observatrice.
Y a déjà ce gars qui me fait de l’œil depuis la rentrée, Ga...Gareth je crois. Mentons si on dit qu'il n'est pas beau garçon.
Sinon ... Je n'ai pas véritablement lié une amitié ou un quelconque semblant avec quelqu'un.
Les gens ont peur de moi.
Ou d'Alycia.
Je leur rappelle le chaos. La mort. Le sang qui a coulé dans cette pièce... Pièce dans laquelle ma chère et ma chair est morte.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 4 Oct 2016 - 0:18



Désespoir. Culpabilité. Mensonges.
Le 3 octobre 1997


Cela faisait près d'un mois à présent que la rentrée avait eu lieu, et un mois que, de loin, Hope observait discrètement une nouvelle élève qui, de toute évidence, n'avait absolument rien à voir avec les autres. Le fait qu'elle ait été répartie à Serpentard avait grandement aidé Hope dans son observation minutieuse, mais à aucun moment elles n'avaient échangé un mot. Ni dans les couloirs, ni dans la Salle Commune - nulle part. Pourtant, cela n'était pas faute d'avoir bien des choses à lui dire, ou plutôt à lui demander. Mais Hope la considérait avec méfiance, elle l'observait avec scepticisme. La première fois qu'elle avait réellement aperçu Léonor Wooden, c'était dans les couloirs de l'école. Alors que Hope se rendait à un cours de Potion, la nouvelle élève remontait des cachots vers la Grande Salle, et un seul regard vers elle suffit à faire vaciller Hope. Fort heureusement, Astoria l'accompagnait et elle la retint immédiatement, ce qui fit que personne ne s'aperçu de ce moment de confusion.

Et cette fille ressemblait beaucoup trop à Alycia McWood pour que tout ceci ne soit qu'une coïncidence. Hope réfléchit à toutes les hypothèses qui lui passaient par la tête, si bien que la thèse de la mauvaise blague ou celle de l'hallucination, voire même du fantôme revenu hanter les couloirs (!), lui semblaient tout à fait crédibles - malheureusement. Mais il n'en était rien, et cette jeune fille était bien réelle. Pire encore, elle se tenait à l'écart de tous, comme si, volontairement, elle faisait tout pour rester loin des autres. Et Hope en vint par ailleurs à la conclusion que ce ne serait définitivement jamais le moment de lui parler, ni d'aborder ce genre de sujets bien délicats. Non, au contraire, attendre ne ferait que retarder l'échéance, et elle venait tout juste de voir, alors que le petit déjeuner n'était pas encore terminé, ce que le fait d'attendre avait donné.

Rowan, son cher frère, lui en voulait. Vraiment, profondément. Sa lettre était des plus explicites. Et Hope savait qu'il en avait tous les droits, aux vues de ce qu'elle lui avait fait. Jamais il ne lui avait envoyé missive aussi sèche, ni ne lui avait un jour parlé d'un façon aussi froide et distante. Hope savait qu'il était capable d'agir de la sorte, mais avec les autres... pas avec elle. Elle voulait rester digne, mais savoir que son frère lui en voulait était quelque chose d'insurmontable. Il lui en voulait, oui, mais à juste titre. Et cela, Hope le savait bien. Elle lui avait menti pendant pas moins de quatre mois, avec tout ce qui s'était déjà passé pour leur famille... et elle lui annonçait les choses ainsi, de but en blanc. Evidemment, il n'y avait pas beaucoup de façons de régler ça et elle le savait bien. En vérité, la seule chose à faire était de tout avouer.... et d'accepter les conséquences qui allaient suivre - les conséquences de ses mensonges.

Et le pire, dans tout cela, était sans doute que Hope savait qu'elle avait atrocement déçu Rowan, et cela lui faisait d'autant plus mal. Elle aurait voulu lui répondre, le supplier, encore et encore, de pardonner ses mensonges, mais elle savait que cela ne servirait à rien. Hope s'était levée tôt ce matin-là, de sorte que sa chouette parte aux aurores porter son annonce à Rowan. Hope y avait pensé toute la nuit, et les quelques jours d'avant, plus exactement depuis que Rowan avait mentionné Phinéas Beurk. Et elle n'en pouvait plus d'attendre. La réponse de Rowan n'avait pas tardé à arriver, tandis que Hope était encore au petit déjeuner, entrain d'écrire quelques lettres à la table des Serpentard. Et pour tout avouer elle avait débuté une lettre, puis l'avait raturée et avait recommencé une nouvelle fois... puis elle avait tout abandonné définitivement. A quoi bon, après tout ? Sans doute avait-il même honte de ce qu'elle avait osé lui cacher.

Les larmes menaçaient dangereusement de couler aux coins de ses yeux, mais Hope était bien trop fière pour se donner en spectacle. Il fallait qu'elle se change les idées, qu'elle fasse autre chose. Et il était absolument hors de question qu'elle montre aux autres à quel point cette lettre l'avait affectée. Regardant tout autours d'elle, elle remarqua la silhouette de Léonor Wooden. Bien. Ce serait le moment. Léonor lui servirait d'échappatoire. Elle ramassa ses lettres en un tas bien ordonné qu'elle glissa dans un livre de métamorphoses qu'elle avait pris avec elle pour se distraire au petit déjeuner, et elle avança vers elle. « Qui es-tu ? ». Ainsi, droite et élégante face à la nouvelle serpentard, Hope la détailla une nouvelle fois des pieds à la tête, quoi qu'avec discrétion. Elle ne la laissa toutefois pas parler et la la coupa d'avance, prévenant le coup. « Je connais ton nom et ton prénom, ainsi que ton âge et le pays d'où tu viens ». Hope posa son livre sur la table et s'installa à côté d'elle. « Non, ce que je veux vraiment savoir, c'est qui tu es réellement. Ton histoire... et le raison de ta venue ici. Ainsi que la raison pour laquelle tu restes ainsi à l'écart de tous ».

Pour une fois, l'entrée en matière de Hope n'était sans doute pas des plus délicates, elle le savait bien. Mais qu'importe, ce jour-là, elle s'accorderait des circonstances atténuantes. « Contrairement à bien d'autres, je n'ai pas peur de prononcer le nom d'Alycia McWood, et ignorer votre ressemblance serait un mensonge des plus grotesques ». Alycia McWood. Elle avait pensé à elle tout l'été, à ce qu'elle avait caché tout autant qu'à ce qu'elle avait fait, à la voie qu'elle avait choisie et puis... à sa fin, tragique - quoi qu'elle fut dans les bras de celui qu'elle aimait. Leur amitié lui revenait souvent en mémoire, tout comme cette façon si particulière qu'elle avait de toujours la protéger, de veiller sur elle comme une petite chose fragile, comme ce jour, au terrain de Quidditch, où elle avait préféré rentrer au château toute mouillée, plutôt que de voir la jeune Westminbrook trempée par la pluie. Hope pensait encore et encore à tout cela, encore plus, peut-être, à présent qu'elle avait retrouvé Poudlard. Et puis il y avait cette broche représentant un corbeau, emblème de la maison McWood, que Hope s'était permis de garder, le jour où elle avait trié les affaires de sa défunte amie en compagnie de Charlie Grant. Cette broche elle la portait d'ailleurs, ce jour-là, invisible dans le revers de sa cape de sorcière - à l'inverse de son gros collier, cette imposante émeraude sertie de saphirs, de diamants et de tourmalines, le tout monté sur de l'or blanc, que l'on remarquait toujours de très loin.

Elle lui fit un sourire, toutefois, car Hope n'était pas méchante. « Tu n'as pas l'air bien effrayante, mais toutefois... Tu comprendras qu'il m'est tout naturel de me méfier un peu. Principalement aux vues des dernier évènements qui ont eu lieu ici ». D'autant plus dans la Grande Salle. Comme c'était ironique : c'était ici qu'Alycia perdit la vie, serrée dans les bras d'Aaron Powell. Sans le vouloir, machinalement, Hope laissa son regard s'attarder un peu partout autours d'elle, dans cette pièce qui avait été reconstruite à l'identique. Elle battit également des paupières, comme pour chasser ces quelques larmes qui menaçaient dangereusement de perler au coin de ses yeux. Pas ici, et pas maintenant. Elle aurait toute la nuit pour pleurer dans son dortoir, et il était hors de question que Hope se donne une fois de plus en spectacle à la table des Serpentard. « Ta venue est véritablement un mystère ».


Revenir en haut Aller en bas
Léonor Wooden
Tell me who you are...
Date d'inscription : 15/08/2016
Parchemins : 21
Points d'activité : 0
Avatar : Marcelina Sowa
Multicomptes : Novenka S. Cieslak
Image :
Âge : 16 ans.
Année : 6ème année.
Situation financière :
  • ★★★★★

MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 4 Oct 2016 - 9:17



I'm not a Ghost.
Léonor Wooden & Libre.


Ce qu'il était bon de boire. Ce jus d'orange est vrai, revigorant et... Qui ... ?
Je relève délicatement la tête sans sourire, le regard sévère. La jeune élève qui s'assit près de moi me rabroua - sans une salutation - de nombreuses questions.
Trop indiscrétion. Un rictus malsain se dessine sur mes lèvres, mais je me reprends vite pour le faire disparaître et sembler impassible.
Elle regrettera le jour où elle a ainsi parlé à la Reine du monde. Pis encore, que la jeune serpentarde, studieuse et de bonne famille - à en juger par le bijou à son cou -, ne me laisse pas parlé. Je devais diriger les gens, les conversations... Tout était un jeu et le tour de cette fille va vite se terminer.
Je la regarde s'assoir en levant un sourcil.
C'est une première, quelqu'un n'a pas peur.

Savoir qui je suis réellement. Un sourire s'étire dans un coin de ses lèvres. Innocente petite fleur.
Si j'osais lui dire le quart de ce que j'ai fait à Ilvermormy, elle aurait toutes les raisons du monde de se méfier. Savoir que ma famille a quitté les États-Unis dans le seul but que leur fille unique soit acceptée... Traverser un océan entier pour se reconstruire.
Oui, parfaitement comique.
Mais ce sont les mensonges qui primeront. Rien d'autre.
Alycia... Alycia par ci, Alycia par là... Je pensais réellement que ça m'amuserait, parfois ça m'amuse de faire peur aux plus jeunes. Mais cette ressemblance m'apporte finalement plus d'isolement que d'amis. Elle devait être détestable pour que personne n'ose m'approcher.
Finalement, elle ne devait pas être si indigne.

Pas bien effrayante. Jugée l'habit ne fait pas de lui un moine. Je semble mignonne, fragile, poupée avec mes yeux céruléens. Mais ... Je suis bien plus dangereuse que l'iceberg.
Néanmoins, je finis par sourire. Gentiment, le masque de la confiance, de l'amitié... De la minauderie.
J'attends la dernière constatation et je laisse couler quelques secondes calculées.
Je soupire, me prenant d'un petit rire nerveux, tout travailler.
Je place une mèche de cheveux derrière mes oreilles et je réponds d'une voix affirmée, légèrement tremblante.
« Si tu connais mon nom, mon prénom, mon âge et mon ancien lieu de résidence... Je suppose qu'il n'y a plus véritablement quelque chose à apprendre. » La remettre à sa place, présomptueuse, mais sans se départir de son sourire amical, le faux. « Néanmoins, je n'ai pas d'histoire à proprement parlé. Ma maman est une sang-pur et mon papa... un sang-mêlé, mon père est un couturier de renom, il a décidé de faire carrière en Angleterre, pays natif de ma mère. » Simple, efficace. Et pas cher.
Des mots naïfs, répugnant d'amour : maman, papa à l'américaine.

Je repousse doucement le verre de jus d'orange pour poser les coudes sur la table. « Et Alycia McWood est simplement ma cousine. » Vérité. « Je ne la connaissais pas du tout. » Vérité. « Mais c'était surement quelqu'un de formidable. » Mensonge ou ironie, à l'adaptation de son interlocuteur. « Pour que tu oses venir me voir pour me reprocher d'être elle. » Je perds mon sourire et ma patience d'ange. Je regarde la nouvelle venue, qui écoute attentivement. « Ce n'est pas parce que je ressemble à un membre de ma famille que je dois être rejetée. J'ignore ce qu'elle a fait, et sa fin tragique est regrettable. Mais je ne suis pas Alycia. »
Demi-vérité. Car si je l'ignore, Alycia était surement plus redoutée que Lord Voldemort. N'exagérons rien. Mais aujourd'hui, c'est moi que l'on redouterait. « Je ne laisserai personne me manquer de respect. »
Je défie la cadette du regard. « Pourquoi tu te méfies de moi ? Penses-tu seulement que je peux faire exploser le château et m'enfuir en courant ? »

Reprends toi, Léonor. C'est maintenant.
A contrario d'Alycia, je savais jouer la comédie. De la surprise à la colère, de la colère à la honte. De la honte à l'excuse. De l'excuse à l'amitié. C'est si mince.
Je passe alors une main lasse sur mon visage, feignant la gène. « Je suis sincèrement désolée, je ne voulais pas être grossière. Ce n'est déjà pas évident d'être nouvelle mais si en plus... , je me tourne pour regarder les regards curieux, ... on me regarde comme un monstre de foire en s'éloignant de plusieurs pas quand je marche, c'est terrifiant. »
Ou amusant.
« Tu ne t'es pas présentée, je n'ai pas la chance d'être aussi renseignée. Tu es ? »

made by lizzou – icons & gif by tumblr


Dernière édition par Léonor Wooden le Mar 4 Oct 2016 - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 4 Oct 2016 - 10:37



Désespoir. Culpabilité. Mensonges.
Le 3 octobre 1997


Le rire - nerveux - dont fit preuve Léonor Wooden agaça Hope au plus haut point. Ah. Elle était donc drôle. Mais toutefois, elle ne releva pas, et se contenta de croiser les bras, en attendant que la nouvelle élève se décide à lui répondre quelque chose. Hope pouvait se montrer très patiente. Finalement, elle débuta son explication, et Hope avait arrêté de lui sourire. « Tu serais étonnée de tout ce que l'on peut découvrir sur les gens, lorsque l'on commence à creuser un peu ». Plus grand chose à apprendre sur elle ? Impossible. Hope la laissa poursuivre, tandis qu'elle parlait de ses parents. Une sang-pur et un courtier au sang-mêlé. Une histoire des plus classique, de ce qu'il y paraissait. « Ce qui fait donc de toi... une sang-mêlée », se contenta-t-elle de résumer, avec le ton précieux qui la caractérisait toujours. Ce n'était pas une critique, dans la bouche de Hope, ni une remontrance, non - seulement un constat. Toutefois, comme Léonor précisait cela, peut-être que ce genre de détails avaient une importance pour elle. Hope aimait la justesse et la précision, mais elle se demandait aussi et surtout si son interlocutrice était sincère, ou si elle ne lui disait que ce qu'elle avait envie de lui dire. Après tout, elle ne la connaissait absolument pas, et la jeune Westminbrook était d'un naturel extrêmement méfiant.

Ainsi donc, Alycia McWood était sa cousine, et d'autant plus une cousine qu'elle ne connaissait pas. Après tout, c'était plausible. Ne serait-ce qu'avec Deirdre et Duncan, à la différence que Hope savait bien qu'ils étaient ses cousins... mais elle ne les avait guère vus souvent. « Sur ce point, les opinions et les témoignages divergent énormément ». Elle marqua une courte pause, avant de lui répondre. « Et je ne te reproche pas d'être elle, comme tu le supposes. Contrairement à bien d'autres élèves qui se permettent un tel amalgame ». Et Hope avait assez connu Alycia pour savoir comment elle aurait régi, du moins vis-à-vis d'elle ; elle l'aurait protégée, surveillée, aidée... Non, Léonor n'était définitivement pas sa cousine. « Il vaut mieux que tu ne demandes pas ce qu'Alycia a fait par le passé à n'importe qui. Comme je te le disais, bien des versions sont données et certains ne se cachent pas de salir ouvertement sa mémoire - ce qu'ils n'auraient de toute évidence pas osé faire de son vivant ».

Hope manqua de siffler entre ses dents. Ah, si Alycia était toujours là, bien peu de gens auraient osé parler. Mais maintenant qu'elle n'était plus de ce monde elle n'était plus à craindre, alors beaucoup se permettaient de la critiquer, et de parler d'elle en des termes bien peu respectueux. Ce n'étaient que des lâches. « Et sur ce point, sur le fait que tu ne laisseras personne te manquer de respect, je ne peux que t'approuver et t'encourager dans cette voie. Trop de personnes se permettent d'outrepasser leur rang ». Oui, le respect était quelque chose de très important aux yeux de Hope, qui ne supportait d'ailleurs tout simplement pas une remarque mal placée ou inconvenante qu'on pourrait lui faire. Et puis, d'une certaine façon, elle se disait également que si les gens en venaient à respecter Leonor Wooden, d'une certaine façon, cela aboutirait sans doute à ce qu'ils finissent tous par respecter la mémoire d'Alycia McWood - avec un peu de chance, du moins.

Toutefois, Hope avait bien vu le regard de défis que Léonor venait de lui lancer. Elle n'y répondit pas cependant, bien trop fière et présompteuse - elle était de toute évidence au dessus de cela. Et c'était à son tour, de rire doucement. « Oh non. Absolument pas. Quand bien même tu tenterais de faire cela que tu serais sans doute bien vite stoppée - la surveillance de Poudlard a été grandement augmentée depuis la Bataille. Mais je suis d'un naturel suspicieux et... extrêmement sceptique ». Hope ne s'étendit pas plus sur la question, cela suffirait sans nul doute à Léonor pour comprendre qu'elle se méfiait également de ce qu'elle lui disait. Après tout, on ne se confie pas aussi facilement à une étrangère, quand bien même celle-ci souhaite-t-elle avoir de plus amples informations sur nous.

Et, tandis que Léonor se confondait en excuses, Hope souleva un sourcil, perplexe. Si par le passé elle avait souvent pris soin de ménager ses interlocuteurs, à présent qu'elle semblait avoir tout perdu, de ses parents jusqu'à son frère ( oui, elle faisait sans doute dans le dramatique mais aux vues de la lettre qu'elle avait reçue de Rowan, elle préférait ne pas être trop optimiste pour les jours ou semaines - mois ?! - à venir ), elle n'avait de toute évidence plus rien à regretter. Et même si l'on en doutait, elle n'avait tout de même pas été répartie à Serpentard uniquement parce qu'elle l'avait demandé au Choixpeau. Peut-être que les valeurs de Salazar Serpentard n'étaient pas celles que l'on remarquait le plus chez elle, mais elles étaient tout de même bien présentes. « Hope Westminbrook », répondit-elle, fière, lorsqu'elle lui fit remarquer qu'elle ne s'était pas présentée. Et Hope supposa que son nom de famille devait être assez célèbre pour être connu outre atlantique.



Revenir en haut Aller en bas
Léonor Wooden
Tell me who you are...
Date d'inscription : 15/08/2016
Parchemins : 21
Points d'activité : 0
Avatar : Marcelina Sowa
Multicomptes : Novenka S. Cieslak
Image :
Âge : 16 ans.
Année : 6ème année.
Situation financière :
  • ★★★★★

MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 4 Oct 2016 - 18:16



I'm not a Ghost.
Léonor Wooden & Libre.


Sang-mêlé ou sang-pur. Qu'importe quel statut elle avait. C'est mon père, le fautif. Lui qui a des origines à renier, lui qui aurait du se contenter d'une femme moldue ou née-moldu comme lui, éviter d'engendrer des enfants qui ne savaient plus dans quelle catégorie se ranger...
Apprendre à haïr ses semblables et haïr ceux qui sont si différents, parce que d'un côté comme de l'autre : on était pas acceptés.
C'était si présomptueux de la part d'une poupée de bonne famille, ayant vécu le pire, de me toiser de la sorte. Le menton haut et fier de ceux qui pensent gérer, accepter la défaite.
Elle ne donne pas le change, et je saurai lui montrer ce qu'il faut faire en cas d'échec. Cela se lit sur son visage qu'elle se veut hautaine, mais elle en reste maladroite.
Qu'importe sa méfiance à mon égard, elle est fondée.

Méfiant, sceptique. Je mens comme je respire, elle est d'une honnêteté affligeante. Reconnaître ses défauts, c'est dévoiler son cœur à l'ennemi.
Trop d'erreur dans ce complexe de présentation. Trop d'ignorance.
Alycia devait l'avoir remarqué non, pour accepter en cette gamine, une alliée. Enfin, gamine.
D'apparence.
Sa maturité avait pris le dessus sur son minois d'enfant, la douleur et la souffrance qui l'accompagnaient où qu'elle allait semblaient la rendre plus âgés, plus soucieuse.
« Enchantée, Hope. »
Je balance mes cheveux derrière mon épaule et me remet à manger délicatement du bout de la fourchette.
« Que retiens-tu d'Alycia ? Si les avis divergent, quel est le tien ? »

Je suis curieuse. Curieuse de savoir pourquoi ces gens étaient à la fois triste, en colère ou affolés de me voir. Entre chuchoter son nom, où que j'aille.
Pourtant, même si sur les photos nous nous ressemblions, qu'avions-nous de si semblable ? Elle était faible, avait des alliés étranges. Elle puait l'honnêteté et l'amour.
Alors qui était-elle vraiment pour qu'on la craigne ? ... Ténébreuse, elle ? De ces enfants appartenant aux enfants du Seigneur des Ténèbres ou que sais-je ?
J'étais mal renseignée sur la bataille, sur les leaders, sur les combats et sur les morts. Seul son nom à elle m'avait touchée. Interpelée.

« Si ça peut te rassurer, je ne suis pas ici pour trouver des ennuis. Si je m'isole c'est pour ne pas en avoir. » Je me tiens droite, le menton haut, sans sourire. Le regard froid et distant de ceux qui se protègent le cœur. Ce cœur que personne ne prendra, ne touchera.
Ce cœur noirci par l'égocentrisme et le narcissisme.
Ténébreuse & haineuse.
Joueuse, marionnettiste.
Allais-je seulement montrer mon vrai visage à cette poupée un peu trop parfaite ? Elle, l'alliée de cette cousin dont j'ignore tout sauf le nom.

Je me mis à chercher instantanément Astoria du regard, la seule qui sait et qui saura.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 617
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 4 Oct 2016 - 19:15


Un mois s'était écoulé et Harmony avait presque renoué avec un quotidien enthousiasmant. Elles étaient passées, ces longues heures à éviter la salle de l'Union, à faire mine d'en sortir pour les besoins de l'image, de son badge fièrement arboré – ces moments ne devant trouver de fin, à contempler le crépuscule moirer la surface du lac où le calamar n'avait pas encore retrouvé place. Elles étaient révolues et Harmony se concentrait sur la suite.
Le quotidien, certes, et la réussite de ses examens, formaient un bon préalable à sa rédemption. Elle polissait encore son apparence – rien ne pourrait jamais lui être reproché. Et la nuée de lucioles n'était que sienne.

Elle marchait toujours d'un pas déterminé, ralentissant l'allure pour imposer aux couloirs et leurs occupants sa présence. Et elle se rendait à la Grande salle pour y déjeuner. Celle ou Gabrielle et Alycia avaient péri – l'une par un hasard désastreux, dans les bras de son frère ; l'autre dans un martyr qu'Harmony ne pouvait comprendre, emportant son amoureux. Ces récits d'Epinal qui accompagnaient l'épitaphe noyaient dans la douceur une réalité abjecte et la tourmente qui avait emporté ces enfants, dépassées, instrumentalisées par plus fort, plus dément qu'elles. Elles avaient été ses amies.
Mais il ne fallait pas s'apitoyer. Il fallait manger et commencer la journée, préparer ce qui viendrait. Aussi elle rejoignit simplement la table, comme à l'habitude.

La haute silhouette de Hope l'interpella, alors qu'elle s'installait auprès de cette Américaine aux traits diablement similaires à ceux d'Alycia, la tant crainte et troublante Alycia. Sa voisine de chambrée l'avait devancée et cette approche matinale l'étonnait.
Harmony s'approcha et se joignit à elles. La nouvelle l'avait intriguée, elle aussi. Son silence et son isolement n'étaient pas pour elle la simple marque du malaise des déracinés. Il y avait quelque chose que les simples rumeurs et regards des imbéciles ne pouvait expliquer. Elle voulait vraiment être à l'écart, sans doute. Ou bien savait-elle qui était Alycia, au fond.
Et lorsqu'Harmony s'installait, elle l'entendit demander à Hope, qui venait de se présenter, ce qu'elle retenait de la défunte.

La préfète de Serpentard leur adressa un bref sourire et les salua. « Bonjour, Hope, Leonor. » Elle s'était déjà présentée à l'Américaine, prenant son rôle à cœur, dès le départ. Elle lui avait proposé son aide et son soutien, mais ne l'avait pas encombrée de questions. Elle lui avait simplement demandé la raison de sa venue, ce à quoi Leonor Wooden avait répondu que son père, en tant que tailleur, avait trouvé de nouvelles affaires au Royaume-Uni et embarqué toute sa famille. Harmony avait succinctement ajouté qu'il était toujours délicat de quitter tout ce qu'on avait connu et souhaité qu'elle trouve ses repères ici. Ce n'étaient que des politesses – elle n'était pas capable de mieux.
En tout cas, elle n'avait pas eu le toupet de lui faire remarquer sa ressemblance avec Alycia McWood. Contrairement à Hope, ainsi qu'il paraissait. Mais Hope Westminbrook pouvait aborder tout sujet sans offenser personne – c'était dans l'ordre des choses. Et la blonde attendait la réponse de sa camarade, soucieuse des termes qu'elle emploierait. Elle n'avait pas vraiment parlé de cette nuit avec elle.
Elle interrogeait seulement la belle Westminbrook du regard – comment cette conversation a-t-elle commencé ?

Alors que Leonor mentionnait sa solitude, Harmony réagissait enfin. De son regard pâle elle accrochait celui de l'Américaine. « Tu n'en es pas obligée. Comme je te l'ai dit, à Serpentard, on se serre les coudes. Qu'importe le passé ou l'incertitude. Tu fais partie des nôtres, tu n'as pas à rester seule. » Elle sourit, alors. « Tu ne seras jamais seule, en réalité. » Car la maison de Salazar n'accepterait pas que l'un des siens soit vulnérable. Tous lui appartenaient.



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Ven 14 Oct 2016 - 17:00



Désespoir. Culpabilité. Mensonges.
Le 3 octobre 1997


Hope détailla un instant la table des Serpentards, où bien des gens semblaient intrigués par cet échange des plus inattendus. Ici, tout le monde savait que Hope et Alycia se connaissaient bien et restaient souvent ensemble, et voir la cadette Westminbrook en compagnie de la copie conforme de la descendante McWood devait en choquer plus d'un. Aussi détournèrent-ils tous le regard, alors qu'elle les observait, sans un mot, sans même une expression. « Le plaisir est partagé », répondit-elle assez platement, il fallait bien l'avouer, à Léonor, lorsque celle-ci lui dit qu'elle était enchantée de la connaître. Et la question que la nouvelle élève lui posa lui fit soulever un sourcil. Ses interrogations étaient légitimes, évidemment, à plus forte raison car Hope se permettait d'être un peu trop indiscrète vis-à-vis d'elle. Mais elle ne semblait toutefois pas décidée à lui répondre. « Tu ne m'en voudras pas de garder mon avis pour moi-même, Léonor », ajouta-t-elle simplement. Car elle n'aimait pas répondre aux questions, à plus forte raison lorsque cela touchait à quelque chose d'aussi personnel.

C'est alors que Hope entendit des pas approcher. N'y faisant tout d'abord pas attention, elle reconnut pourtant bien vite Harmony Sharen, sa camarade de chambrée. « Harmony », la salua-t-elle avec un rapide sourire. « Comment te porte-tu ? ». Bien qu'elle ne le montrait sans doute pas, en vérité, Hope prenait la venue d'Harmony avec soulagement. Elle avait certes elle-même initié cette conversation, elle avait poussé Léonor à lui parler, mais dans le fond, cette discussion était des plus pesantes, pour elle. Et le souvenir d'Alycia McWood planait encore. Peut-être plus dans l'esprit de Hope que dans celui d'autres personnes. « Je l'espère, Leonor », ajouta-t-elle lorsque celle-ci affirma qu'elle n'était pas là pour chercher des problèmes. « Et je ne doute pas de ta bonne volonté ». Elle lui lança alors un rapide sourire, sans doute pour tempérer les choses et pour... masquer son scepticisme. Car Léonor Wooden restait une énigme.

C'est alors que Harmony intervint. Et son discours était très approprié, et très vrai. La maison Serpentard n'avait jamais été réellement reconnue pour son accueil ou son côté chaleureux et fraternel, mais l'entraide était toutefois bien présente. Hope hocha alors la tête avant de reprendre. « Notre nouvelle préfète a raison. Il est inutile de s'éloigner les uns des autres. Créer des liens est quelque chose de beaucoup plus enrichissant, à mon sens ». Cela semblait assez ironique, d'entendre une telle phrase de la part de Hope Westminbrook, qui était pourtant la première à prendre volontairement de la distance vis-à-vis des autres. Mais elle voulait rebondir ce que Harmony disait. « Serpentard est une belle maison, et je ne doute pas que tu t'y plairas beaucoup ». Une petite pause et elle reprit. « Nous pouvons parfois paraître assez froids, c'est un fait. Et certains élèves de notre maison ne se donne pas toujours la peine d'être aimables envers les autres blasons. Mais ce ne sont là que quelques détails, car il existe toutefois une réelle entraide entre nous ». Et même si Hope n'était pas toujours la première à aller vers les autres, elle n'en restait pas moins très agréable lorsque son aide était sollicitée.


Revenir en haut Aller en bas
Léonor Wooden
Tell me who you are...
Date d'inscription : 15/08/2016
Parchemins : 21
Points d'activité : 0
Avatar : Marcelina Sowa
Multicomptes : Novenka S. Cieslak
Image :
Âge : 16 ans.
Année : 6ème année.
Situation financière :
  • ★★★★★

MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 25 Oct 2016 - 11:58



I'm not a Ghost.
Léonor Wooden & Libre.


Je souris poliment malgré tout le bonheur que me procure son mal être. Hope était de ces petites princesses qui pensaient surement pouvoir tout avoir et ne rien devoir en retour. J'avais parlé, elle avait préféré se taire. Alors il n'était plus question de se confier à la si chère Westminbrook.
J'allais la congédier, lui demander de partir.
On ne dérange pas une reine, mais lorsque l'on se croit princesse. Que l'on porte un nom qui fait des émules. J'aime les gens forts, arrogants. Mais je ne supporte pas que l'on me regarde de haut, que l'on me questionne et qu'on me prenne sans rien m'offrir en échange. Hope Westminbrook ne serait pas une amie.

Alors que je laisse tomber la cuillère dans le bol de lait, Harmony fait son apparition, et c'est avec soulagement non feint que je l'accueille. « Bonjour, Harmony. »
Alors je réinstalle le masque de la gentille fille, et je me tourne vers Hope pronant mon envie d'être discrète et de ne pas attirer d'ennui à ma maison, préférant la solitude. Harmony ne laisse pas de répit à la Westminbrook et ça me convient. Même si elle se sent obligé d'en rajouter une couche, je ne lâche pas Harmony du regard. » Tu m'en vois ravie. Je savais dès le départ que je pouvais te faire confiance... » Un rapide coup d’œil à Hope. « Tu n'as pas vu Alycia en me voyant, mais bien Léonor. Merci. »
Alycia était mon alibi mais aussi mon cauchemar. J'ignorais qu'elle avait tant marqué les esprits et il serait difficile de l'effacer pour y inscrire le mien. C'était à la fois usant et excitant.
« Paraître assez froid ? " Elle se tourna vers Hope. « C'est n'est pas assez froid le bon terme. Et cela ne va pas qu'aux Serpentards. Pour beaucoup vous me voyez comme un mauvais présage. Je suis désolée qu'Alycia soit morte. Je ne la connaissais pas très bien... et à vrai dire, qu'on se ressemble ne m'étonne pas non plus. Nous sommes de la même famille. Nous avons le même sang. Un sang fort et noble. Et je suis navrée que vous deviez vivre avec son deuil. Mais ma venue n'a rien à voir avec sa mort. »
Je me lève doucement de ma place, faussement triste et en colère. « Et tu m'excuseras de me sentir vexée d'avoir du me confier et d'avoir répondu à tes questions sans que tu ne veuilles répondre aux miennes. Ne t'étonne pas de me voir isolée, de ce fait. »
Mon regard est dur, noir même. Comme Alycia de son temps, surement. « Car comme vous tous, j'ai aussi des questions. Mais ça on s'en fiche, car c'est moi l'énigme, non ? »
Ironie, non feinte. Blessure imaginaire.

Je finis mon verre de jus d'orange en le reposant violemment sur la table. Quoi que je puisse dire ou faire, la violence qui est née en moi depuis si longtemps a du mal à rester calme. Le tumulte est affreux derrière le masque et l'agacement, comme l'envie de torturer est trop forts. Alors fuir est une option.
Mettre les pions sur la table, sembler blessée. Agacée.
Alors que c'est amusant en réalité.
Je ne sais plus vraiment. M'amuse-je ou suis-je seulement lancée dans un jeu plus que malsain ?
« Du coup, si vous voulez bien m'excuser. » Elle fit un signe de la tête poli à Hope avant de se tourner vers Harmony. « On se retrouve bientôt, j'ai quelques questions concernant les cours. Merci pour tout. »
Comme une enfant de l'ombre, elle donna un effet à sa robe de sorcier pour sembler planer au dessus des autres.
Violente reine du monde.
Elle les détruirait. Même ses alliés.
Mais pour le moment ce n'était que les prémisses d'une grandeur encore si petite.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 617
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Mar 1 Nov 2016 - 16:51


La maison Serpentard, décriée par nombre de petits persifleurs dans les murs de cette académie, était néanmoins riche de ses valeurs. Il ne s'agissait pas de vanter les exploits isolés de membres illustres de la communauté des cachots. Certes, l'ambition était ce qui venait en tête en priorité lorsqu'on songeait à ceux portant fièrement l'écusson vert et argent. Néanmoins, cette ambition était commune et partagée. Les étudiants de Serpentard s'entraidaient, voulaient réussir ensemble. S'il existait bien entendu des tensions entre membres d'une même maison, c'était à la manière des chamailleries dans une fratrie. Jamais on ne laisserait un camarade dans la panade, même s'il s'agissait de son pire ennemi.

Voilà ce que les jeunes filles tentaient de signifier à l'Américaine. Elle devait être déboussolée, c'est certain, d'arriver dans une école aux codes bien différents de celle qu'elle connaissait, de se retrouver au centre des interrogations sur son identité.
Harmony sourit aux paroles de gratitude de Leonor et Hope renchérit. Au lieu de voir cela comme une main tendue, l'Américaine réagissait vivement. Le sourire de la Néo-Zélandaise fut de courte durée. Qu'avait bien pu dire Hope qui la blesse à ce point ? Alycia et elle étaient donc de la même famille. Cela ne voulait rien dire. Alycia était un cas bien particulier, une jeune fille démagogue et dérangée. Il n'y avait aucune raison que Léonor paie le prix de sa parenté avec un tel énergumène. Elles ne se connaissaient pas : elle venait de le répéter.

« Ecoute. Je connaissais bien Alycia. Si tu as des questions sur elle, tu peux me les poser. Nous sommes tous endeuillés, après les événements de juin. Tu n'as pas à subir tout cela. » dit-elle à la jeune fille désormais debout, la déception luisant sur ses traits. « Hope est quelqu'un de très agréable et je suis persuadée que tu t'en rendras bientôt compte, n'est-ce pas, Hope ? Malgré un début de relation, sur les chapeaux de roue, semble-t-il. Tu n'es pas une énigme : nous devons tous nous apprivoiser. Il y a d'autres choses, bien plus grandes que nous, qui exigent de nous qu'on concentre nos intelligences sur elles. » Elle soupira.

Leonor finit son verre de jus de fruit et les pria de l'excuser. Avec un sourire désolé, Harmony conclut « Oui, bien sûr, quand tu veux. C'est normal. » et regarda la jeune fille s'éloigner. Puis, silencieusement, elle se tourna vers Hope. Elle ne comprenait pas comment Leonor avait pu se trouver vexée par la personne la plus diplomate de ce château. « Qu'est-ce qui vient de se passer, Hope ? Enfin, je sais que cette fille est susceptible, mais tout de même. Sa réaction est... bizarre, non ? » Vraiment, elle ne voyait pas de quelle manière la belle Westminbrook avait pu en arriver à ce résultat.



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: I'm not a ghost. - Libre   Aujourd'hui à 23:04

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Poudlard : le château :: Rez de chaussée :: La Grande Salle-