A first meeting in the darkness. [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Marina Y. Tsvetnova
Tell me who you are...
Date d'inscription : 23/10/2016
Parchemins : 50
Points d'activité : 99
Avatar : Olga Kurylenko
Crédits : Mellow Bird
Multicomptes : Lilianor A. Zyskowski / Zahara J. Elmandjra
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37 - 47 - 57
MessageSujet: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Jeu 27 Oct 2016 - 0:08

Deux journées après la rentrée. Septembre 1997.

Ténèbre...

La vie n'était que ténèbres. Qu'était la lumière ? La joie ? La tristesse ? Le bonheur ? Qu'étaient-ce ces termes inconnus ? La seule chose qui comptait était la vengeance. Tuer. Éliminer. Mort.

Les Anglais n'étaient qu'un petit peuple de faibles et cela, Marina en avait été témoins dès sa première journée à cette misérable école du nom de Poudlard, indigne de Koldovstoretz avec leurs petites manies douces. Puis, la tristesse incombait bien des visages. Incompréhension. Ils pleuraient les morts d'une supposée bataille, ridicule. Marina avait vu son père mourir brûlé vif sans sourciller. Un peuple de faibles. Qu'allait être cette vie parmi un peuple étranger ? Parmi un peuple comme les Britanniques ?

C'est en cette deuxième journée que Marina venait de terminer sa première journée officielle de cours. Chiants. Elle comprenait à moitié les professeurs parce qu'elle n'était pas encore totalement habile dans la langue de Shakespeare. Mais elle s'en fichait. Elle voulait tuer. Tuer sa famille maternelle. Anatoly, le meurtrier de sa mère, particulièrement. Il ne savait pas qu'elle était vivante et malheureusement, elle ne savait pas où il était. La souffrance qu'il allait subir lorsque Marina l'aura trouvé. Elle se délecterait des cris stridents de douleur de la bouche de son dit-oncle.

La direction, le dortoir. Non. La forêt. Marina n'avait pas encore eu l'occasion de visiter les lieux et cette forêt qui semblait lugubre l'attirait. La noirceur. Les ténèbres. La Russe sentait des regards se poser sur elle, complètement dépeignée (bien qu'elle ne se soit jamais vraiment peignée de sa vie). Ces regards, elle s'en fichait. Ils n'en valaient pas la peine. Qu'avait-elle à faire de simples vermines ? Elle, issue de la grande Russie, valait mieux qu'eux.

La forêt se tenait à ses pieds. Les ténèbres envahirent rapidement les lieux au fur à mesure que ses pas avançaient. Elle aimait cela. Entendre le silence de l'endroit.  C'est alors que Marina se mit à frapper un arbre, disant : « Yбивать, убивать, убивать. » À un moment, ses mains avaient commencé à saigner mais qu'était cette douleur en comparaison de celle qu'elle allait faire subir à sa famille maternelle ?

Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21644-marina-y-tsvetnova-winter-is-co
Nahima Nashoba
Tell me who you are...
Date d'inscription : 10/10/2016
Parchemins : 33
Points d'activité : 170
Avatar : Selena Gomez
Multicomptes : Lysandra d'Egerton
Image : Bloup
Âge : 15
Année : 5e année
Cursus : Poudlard
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Jeu 27 Oct 2016 - 21:26

A first Meeting in the darkness
Marina & Nahima

“La terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre.” Sagesse Amérindienne

Anomalie ©

C
e soir de septembre était différent des autres. Allez savoir pourquoi mais cette soirée là dégageait une aura étrange, le genre qui vous fait dresser les poils sur les poils et frissonner de part en part.
Non, ce n'était ni Halloween, ni la pleine lune mais comme du coutume, Nahima décidait de suivre ses plus bas instincts, ceux qui la poussait à allez où bon lui semblait. Elle traversait alors le parc, souriant tendrement en voyant l'homme-annimal nommé Hagrid enlever les feuilles mortes qui commençaient à tomber devant sa cabane. C'était probablement le moins dérangeant des humains qu'elle avait pu rencontrer, il semblait se soucier un peu du bien-être de la nature lui au moins.

L
a jeune sauvage se mit à courir une fois hors de vue du garde-chasse, elle avait besoin de sentir le vent sur sa peau et l'herbe sous ses pieds. Oui, sous ses pieds, la jeune fille détestait garder ses pieds enfermés dans des chaussures et considérait que c'était déjà un assez grand sacrifice de les porter en cours. Elle se pliait déjà à bien assez de règles stupides que vous osiez appeler "être civilisé". Si elle ne craignait pas de devoir rentrer chez elle sans une formation complète, cela ferait belle lurette qu'elle aurait clamer sa façon de penser au monde entier !

E
n prenant de la vitesse, elle se mit à respirer plus intensément, elle ne s'arrêta de courir qu'une fois que ses pieds rencontrèrent les premières racines à l'orée de la forêt. Elle frétillait sur place, ses orteils s'agitait en creusant de minuscule petit trous dans le sol, elle tâtait le terrain, réfléchissait et... une fois de plus elle se laissa emporter et pénétra dans l'antre de l'interdit.

Q
uelques cris faisaient entendre, aussi, elle s'amusa à reconnaitre les créatures qui pouvaient bien peupler ces bois. Elle savait déjà de sources sure que des loups s'y promenait, elle les avait entendu à plusieurs occasions durant les pleines lunes, peut-être pourrait-elle continuer de venir ici même après ses 16 ans, même après avoir rejoins la meute ? Pour elle cela ne faisait aucun doute qu'elle serait acceptée, elle ne voyait pas sa vie en tant que simple sorcière, elle se sentait loup.

P
arimis les corbeaux, les sombrals, les centaures et les loups, elle entendait un cri inconnu. Elle ne connaissait pas cet animal, ce n'était pas un brame, pas un coassement, rien de connu, cela ressemblait presque... à une voix humaine. Elle ferma les yeux pour se concentrer sur le son si étrange, ce son qui avait capté son attention et attisé sa curiosité. Elle devait le trouver, qu'importe à quel prix.

E
lle rouvrit les yeux avec détermination, une lueur de chasseur prêt à traquer sa proie illuminant les yeux noirs de la jeune fille. Elle constata alors qu'il pleuvait, cela fit naître en elle un sourire exctatique, c'était les conditions idéales pour une course en forêt. Elle ouvrit grand les bras, remerciant sa mère, sa nature, puisant en elle sa force et récitant les mantras ancien de sa tribu avant de s'élancer élégamment sur les coulées d'une biche égarée.

D
ans une bruissement de feuille et un craquement de branches, elle arriva près de la russe. Elle ne la connaissait pas mais elle portait l'uniforme des Serpentard. Ce n'était pas bon signe, elle semblait aggressive et empestait l'odeur du sang. Quelque chose dans le fond de sa tête criait à Nahima de s'enfuir et de rejoindre le chateau. Une autre voix, celle de la raison ou de la passion ? Elle l'ignorera probablement toujours mais qu'importe. Son coeur la poussa à approcher tout de même, lentement, avec prudence, tel un animal sur ses gardes. Elle devait s'assurer qu'elle n'était pas blessée, qu'elle n'était pas dangereuse. Toutes ses leçons de chasse lui revinrent en tête rapidement, elles défilaient les unes après les autres mais jamais elle n'avait vu comment agir dans telle situation. Son réflexe le plus humain, le plus simple et le plus franc fut simplement de parler d'une voix douce en posant délicatement une main sur son épaule, lui signalant ainsi sa présence et sa passivité.

« - Tu es blessée ? J'ai cru voir du plantain un peu plus loin, tu devrais me laisser voir ta plaie... »

E
lle tenta un sourire amical, malgré l'air vengeur et psychotique de son interlocuttrice. Aux yeux de la jeune gryffondor, elle était désorientée et devait avant tout être ramenée à la normale, jamais elle n'aurait imaginé que son état naturel puisse être aussi inquietant. Aussi, son courage de rouge et or lui permirent de rester plantée là, son visage doux tourner vers celui de la nordique, tentant, à sa manière, de lui faire du bien.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21579-nahima-9829-la-mysterieuse-fill
Marina Y. Tsvetnova
Tell me who you are...
Date d'inscription : 23/10/2016
Parchemins : 50
Points d'activité : 99
Avatar : Olga Kurylenko
Crédits : Mellow Bird
Multicomptes : Lilianor A. Zyskowski / Zahara J. Elmandjra
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37 - 47 - 57
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Ven 28 Oct 2016 - 8:48

Si cela n'avait été que de Marina, celle-ci aurait immédiatement quitter l'école afin de débuter officiellement son objectif personnel. Hélas, sans sa majorité, elle ne pourra pas parvenir à grand chose. Elle allait avoir besoin de la magie pour retrouver les traces de sa famille maternelle. Et lorsqu'elle allait retrouver Anatoly, la Russe lui donnera de la souffrance comme il ne l'a jamais eu. Lui arracher les yeux et voir le sang couler à flots. Telle est la manière dont la vipère voulait le voir. Le voir souffrir lui donnerait peut-être de cette fameuse joie qui lui est inconnu.

Dans la forêt, Marina se fichait du fait que ce soit illégal y être. Elle se fichait des règles de cette école qui n'était pas la sienne. La sienne était Koldovstoretz, pas Poudlard. Mais hélas, pour des raisons familiales, elle devait être ici, entourée de ces Anglais dont elle n'en avait rien à faire. Si faibles. Surtout que bien d'entre eux s'étaient mis à pleurer, la veille, lors de cette répartition. Pleurer les morts. Pourquoi ? Ne savent-ils pas que la douleur fait grandir ? Qu'elle est maîtresse dans la vie d'une personne ? La vie n'est que souffrance.

Et cette souffrance, Marina pouvait très bien se l'infliger qu'elle pouvait l'infliger à autrui. À l'heure actuelle, elle se l'infligeait à elle-même. Oui, cela faisait mal. Mais pour elle, rien n'équivalait à ce qu'elle allait faire endurer à sa famille maternelle. Et le sang... Le sang se tenant parmi les plaies fraîchement ouvertes au bout de ses jointures. Ce sang, elle l'aimait. Au sens propre. Non au sens dont bien des stupides aristocrates croient. La pureté du sang, celle qui a tué sa mère. Marina, c'était cette couleur rouge et ce goût de souffrance qu'était le sang.

La Russe n'avait même pas remarquer des pas s'approcher d'elle, alors qu'elle frappait durement l'arbre en face d'elle, de ses poings. Ses mains étaient rouges de ce même sang. Mais elle continuait, habituée à la souffrance physique qui n'était, que pour elle, une simple sensation de vie.

Marina sentit une main se poser sur son épaule, sans violence, soudainement. Une pensée étrange lui vint. Elle pensait que c'était sa défunte mère dont elle n'avait pas connue. Du coup, elle arrêta aussitôt son manège. Sa mère était-elle avec elle ? Non, impossible. Sinon elle l'aurait aidé à ne pas subir ce qu'elle a subi durant cette cavale de trois mois. À faire ce que la Russe a fait, ce que peu d'êtres humains oseraient faire. Donc, Marina se retourna sauvagement afin de voir qui était cette présence qui n'était pas celle de sa mère. C'était une fille. Inconnue même si peut-être aperçue. Aucune agressivité semblait se tenir en elle, donc aucune intention d'attaquer Marina. Mais celle-ci était toujours prête à tout, sachant parfaitement se défendre si elle venait à l'attaquer. Chose sûre, si cette fille montrait un simple geste agressif, Marina n'hésiterait pas une seconde pour lui faire mordre la poussière. Et oui, elle connaîtrait la douleur.

« - Tu es blessée ? J'ai cru voir du plantain un peu plus loin, tu devrais me laisser voir ta plaie... » Marina conserva un visage de marbre, regardant ses mains pleines de sang. Blessée ? Peut-être. Mais elle aimait cette situation parce qu'elle pouvait aisément ressentir la douleur. Et, pourquoi cette inconnue souriait-elle ? Pas elle en tout cas.

« Non. » Répondit-elle, simplement, à sa question. Marina se mit à ingurgiter tout le sang se trouvant sur ses mains avant de dire, de son accent russe : « Seuls les faibles ne supportent pas la douleur. Alors, pourquoi oses-tu me déranger ainsi, Anglaise ? » Demanda-t-elle, sans sourire, d'un visage neutre. Marina n'avait pas l'intention de lui faire de mal à moins qu'elle ne dise un truc déplacé par rapport à elle. La Russe ne comprenait pas ce qu'était la gentillesse et si elle l'avait compris, elle aurait volontiers accepté l'aide que voulait donner l'inconnue. Hélas, elle ne fonctionne pas ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21644-marina-y-tsvetnova-winter-is-co
Nahima Nashoba
Tell me who you are...
Date d'inscription : 10/10/2016
Parchemins : 33
Points d'activité : 170
Avatar : Selena Gomez
Multicomptes : Lysandra d'Egerton
Image : Bloup
Âge : 15
Année : 5e année
Cursus : Poudlard
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Dim 30 Oct 2016 - 22:06

A first Meeting in the darkness
Marina & Nahima

“La terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre.” Sagesse Amérindienne

Anomalie ©

T
oujours sur la défensive, méfiante face à cette jeune fille visiblement en proie à de grands toubles psychologique, Nahima tenta néanmoins encore une fois de l'apprivoiser, elle devait la calmer, tenter de trouver l'humaine au fond d'elle, comme elle l'a toujours fait face à des loups-garou égaré, accueilli dans sa tribus. Elle avait l'habitude de traiter avec des créatures sauvages et ne se laisse point facilement impressionnée par eux.

B
ien que la vue du sang ne dérangeait nullement la jeune native, voir la Serpente le relècher si goulument, avec une lueur presque diabolique dans le regard, procura un frisson qui lui parcouru l'échine. Quelque chose ne tournait définitivement pas rond ici et elle avait de plus en plus envie de savoir ce que c'était. Sa curiosité avait piquée à vif, il fallait maintenant qu'elle assouvisse sa soif de savoir. Elle se faufila agilement entre les branchages pour finalement faire face à la jeune fille, tâchant toujours de montrer le moins d'hostilité possible, sa douceur avait toujours été un atout indéniable dans la forêt.

E
lle observait tendrement la jeune slave, enfin, elle présumait des origines nordiques aux vues de cet accent inconnu. Cela l'amusait beaucoup de découvrir encore une nouvelle culture. Ou du moins cela l'amusait de penser qu'elle pourrait peut-être la découvrir grâce à toi. Cependant, la tendresse de Nahima disparu l'espace d'un instant lorsque tu la comparais aux anglais, avait-elle réellement l'air anglaise ? Avec ses cheveux de jais, sa peau rougeoyante et ses yeux sombre ? Elle se sentait profondément insultée et lutait fortement pour ne pas t'envoyer heurter l'arbre contre lequel tu t'appuyais il y a quelques instants. Sa voix était un peu plus dure, malgré ses efforts pour garder son calme.

« - Je ne suis pas anglaise... Ces humains ignorant ne sauraient pas reconnaitre une herbe médicinale même si on leur collait sous le nez. Dans leur forêt de béton, ils ne connaissant pas tout ça, ils ont des drogues annihilant la douleur. Ce n'est donc pas qu'ils supportent pas la douleur, c'est qu'ils ne la connaissent pas. »

H
ésitant encore un peu, son regard brillant des analyses qui agitaient son cerveau, elle attrapa lentement et doucement ta main meurtrie, sans aucun geste brusque, et la leva jusqu'à la placer devant ses yeux. La jeune fille était indéniablement plus petite que toi, le chemin de ta main ne fut donc pas très long mais elle la garda en position pendant un long moment, approchant une fois son nez pour humer le parfum de ton sang, une fois son oeil pour observer attentivement la plaie à vif ou encore une fois sa bouche pour souffler doucement dessus...

« - Tu ne semble pas comme eux... Peut-être que de là où tu viens, les hommes sont resté un peu plus... vrai ? Tu as souffert, c'est comme ça que la vie devrait toujours se forger. »

N
ahima ne réalisait pas que tu n'avait peut-être pas choisi de vivre ces souffrances. Dans un sourire toujours aussi doux, elle tentait de t'encourager à parler de tes origines, cela la fascinait de découvrir les coutumes des autres peuples. Ayant été quelques peu déçue par les anglais, elle portait l'espoir de découvrir une culture aussi ouverte et magique que la sienne ailleurs dans le monde. Peut-être avec toi...

L
a pluie continuait de tomber sur vous deux, froide, sans aucune considération pour vos constitutions de simples êtres vivants. Cependant, la petit brune semblait apprécier la fraîcheur de l'eau ruisselant de ses cheveux à ses épaules, alourdissant sans aucun complexe le poids de son uniforme. Elle sourit un peu plus en notant que tu ne semblait non plus dérangée par la pluie. Cela changeait des petites anglaises qui craignait les changement climatique aussi anodins soient-ils... Alors qu'elle aurait du avoir peur de toi, de ton attitude étrange, tu la fascinais et l'amusais. Elle ressentait comme le besoin d'en apprendre plus sur toi et pour montrer sa détermination à atteindre ce but, elle s'assit avec fermeté sur une grosse racine, ne ta lâchant pas des yeux une seule seconde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21579-nahima-9829-la-mysterieuse-fill
Marina Y. Tsvetnova
Tell me who you are...
Date d'inscription : 23/10/2016
Parchemins : 50
Points d'activité : 99
Avatar : Olga Kurylenko
Crédits : Mellow Bird
Multicomptes : Lilianor A. Zyskowski / Zahara J. Elmandjra
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37 - 47 - 57
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Lun 31 Oct 2016 - 20:23

Pourquoi cette inconnue l'importunait-elle ? Marina avait envie de l'étrangler, de la faire regretter d'être venue lui adresser la parole. Mais quelque chose en elle faisait en sorte qu'elle n'agisse pas ainsi avec la Gryffondor. La Russe n'avait pas conscience de ce qui était bien ou de ce qui était mal. À Koldovstoretz, elle avait eu un très grands nombres de retenues par ses agissements sauvages et avait manqué de se faire expulser de l'école à quelques reprises même si en Russie, ils n'étaient pas aussi mous que dans cette école, remplis d'être faibles. Marina y avait été jusqu'à sa quatrième année avant que l'incident ne se produise, soit le meurtre de son père droit devant les yeux. Elle n'en avait versé aucune larme et même qu'un petit sourire avait percé ses lèvres. Même si elle n'a jamais ressentit un véritable amour envers son père, elle n'avait pas souhaité sa mort.

La Russe avait même ingurgiter son propre sang au grand complet, celui qui se trouvait sur ses mains. Elle s'en fichait éperdument ce qu'en pensait l'autre fille. Après tout, elle avait fait bien pire lors de sa cavale, il y a plusieurs mois de cela. Disons que des gens auraient qualifié cela d'inhumain. Chose sûre, Marina n'avait pas hésité à lui parler de la douleur et que seuls les faibles ne la supportaient pas, avant de demander pourquoi cette fille osait la déranger en l'appelant "L'Anglaise", alors qu'elle ne connaissait absolument rien d'elle. Justement, elle semblait insultée du fait que Marina l'ait appelée ainsi. Mais celle-ci s'en fichait. Elle pourrait mettre cette Gryffondor au sol en le temps de le dire. Elle a appris des techniques que seuls les militaires de l'armée soviétique apprenaient.

Celle aux cheveux de jais se mit à avouer qu'elle n'était pas Anglaise. Non, cela Marina n'aurait jamais pu le deviner, ne sachant pas encore faire la différence entre un Anglais ou un autre. À la base, elle n'avait rien contre le peuple britannique, seulement contre le peuple américain, ayant pris cette haine de son père. La fille parlait d'herbe médicinale (Marina devait se forcer pour la comprendre, n'étant pas totalement habile en Anglais, particulièrement dans l'écriture, étant habituée en Cyrilic). Pourquoi parlait-elle de drogues de douleur ? Lorsque Marina faisait mal à autrui, soient ils se plaignaient sans finir ou bien ils pleuraient comme de petits bébés ridicules. Seuls les faibles versaient des larmes. Du coup, la Slave ne dit rien, se contentant de la regarder dans les yeux, toujours avec son visage de marbre. Quelque chose lui disait que cette fille était différente des autres. Pas seulement du fait qu'elle ne soit pas Anglaise mais l'intuition de la Russe lui disait de ne pas être trop sauvage avec elle, qu'elle pourrait devenir possiblement une rencontre positive, la première depuis bien longtemps.

La Russe n'eut aucune réaction lorsque l'autre lui prit la main alors que normalement, elle l'aurait frappé sans hésiter. Leurs regards se croisèrent. Marina était plus grande qu'elle. Si elle était plus jeune que la Russe, cela était normal. Mais il est vrai que dans la grande Russie, il n'était pas rare de voir des filles de sa grandeur. La Gryffondor observait la plaie de la Serpentard attentivement. Évidemment, cela faisait mal mais Marina n'en faisait rien. Elle était habituée, tellement qu'elle pouvait se couper et ne rien ressentir. Bref, Marina ne bougeait pas, ne disant rien. Que pouvait-elle dire à cette fille inconnue ? La pousser sauvagement et quitter l'endroit ? Peut-être. Ou peut-être pas. Néanmoins, elle avait ouvert la bouche en disant que la Russe ne semblait pas comme les autres de l'endroit et que d'où elle venait, les hommes étaient plus "vrais". Puis, elle disait que la vie devait toujours se forger sur la souffrance, ce dont Marina était très d'accord. La lionne souriait. Pas la vipère. Devait-elle parler de elle à une personne inconnue ? Jamais elle n'avait parlé d'elle à autrui.

La pluie continuait de tomber. Marina n'en avait rien à faire de cette substance aqueuse qui mouillait les vêtements de son uniforme et ses cheveux, déjà emmêlés. La fille qu'elle venait de rencontrer s'était assise sur une grosse racine alors que la Russe n'avait pas encore répondu à ses dernières paroles. Du coup, elle se contenta de s'asseoir sur le sol tout trempé avant d'y mettre ses deux mains en regardant son interlocutrice. Peut-être est-ce qu'elle pouvait discuter avec elle ? Jamais elle n'a été bavarde.

« Je suis récente dans ce pays. Je viens de grande Russie, de Yakutsk dans le fond de la Sibérie et j'ai étudié à Koldovstoretz. Mon père était très pauvre et j'ai toujours vécu sans moyen financier, même s'il a été héro de la Grande guerre patriotique. Je n'ai pas connu l'amour, ni l'amitié. Tout ce que je connaissais étaient les entraînements militaires de mon père et les arts martiaux. » Expliqua-t-elle. Jamais elle n'avait dit cela à quiconque même si c'était une infime partie de ce qu'elle avait fait depuis son enfance. « Pourquoi tu tiens à savoir qui je suis ? Après tout, j'aurais très bien pu t'éliminer il y a quelques instants de cela. Tu dois avoir un nom, je suppose ? » C'était très rare que la Russe parle autant et heureusement qu'elle était bonne pour parler ce langage, contrairement à l'écrit. Bref, la pluie continuait de tomber et comme Marina, la Gryffondor ne semblait pas en faire un cas. Bien des gens la détestent mais ce n'était pas le cas des deux filles ici présentes. Marina pouvait supposer que la lionne avait aussi connu la misère mais avait-elle vraiment fait des choses dites inhumaines comme elle ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21644-marina-y-tsvetnova-winter-is-co
Nahima Nashoba
Tell me who you are...
Date d'inscription : 10/10/2016
Parchemins : 33
Points d'activité : 170
Avatar : Selena Gomez
Multicomptes : Lysandra d'Egerton
Image : Bloup
Âge : 15
Année : 5e année
Cursus : Poudlard
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Mer 2 Nov 2016 - 12:13

A first Meeting in the darkness
Marina & Nahima

“La terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre.” Sagesse Amérindienne

Anomalie ©

A
ssise sur sa branche, les jambes battant le sol au rythme de la pluie tombante, la jeune fille écoutait avec un regard curieux et sincère son interlocutrice. Alors que le visage de la russe était fermé et froid depuis le début de leur rencontre, celle-ci se mit pourtant à répondre aux questions de Nahima, racontant quelques peu sa vie. De brefs détails mais pourtant amplement suffisant pour  la native, elle considérait comme une victoire de t'avoir fait ouvrir la bouche, petit à petit, elle comptais bien te faire parler un peu plus. C'était sa plus grande passion dans la vie, en apprendre plus sur les autres, surtout s'ils avaient eu une vie particulière. Tu semblait regorger d'histoire incroyable, de guerre et de tradition qu'elle ne demandait qu'à découvrir.

S
on oreille commençait à s'habituer à ton accent, étant de moins en moins perturbée. Elle-même avait certaines difficultés à comprendre les anglais, non par la langue mais par le vocabulaire qui était très différent du peu qu'elle avait appris. Elle semblait du coup soulagée de ne pas t'entendre utiliser un langage châtié comme certains le font par pur plaisir de se sentir supérieur. Là, sur sa souche, elle souriait, chassant du bout du doigt, une mèche humide de cheveux qui venait entraver sa vue.

« - Pourquoi je veux savoir tout ça ? C'est humain non de s'intéresser à son prochain ? Ou alors peut-être que je suis juste curieuse. La civilisation des hommes me fascinent... »

E
lle rit un peu au début mais termina sa phrase sur un ton sérieux exemplaire. Se demandant elle-même pourquoi elle était aussi curieuse. On lui avait pourtant appris à mépriser les Hommes, pas à vouloir les comprendre. Elle ne s'expliquait pas cette curiosité malsaine mais elle s'en fichait, loin de sa tribu, elle faisait ce que bon lui semblait. Elle releva la tête vers toi lorsque tu lui demanda son nom, tiens, une question en plus de tout ce blabla ? Tu n'étais pas si sauvage qu'elle l'aurait cru, tu étais une jeune fille, pas un animal, une jeune fille étrange certes mais elle devrait faire avec.

« - Oui, on m'appelle Nahima, de la tribu Nashoba. Nahima c'est mystérieux, je crois que mes parents n’espéraient pas que je devienne si ouverte plus tard... »

U
n éclat de rire supplémentaire vint interrompre sa phrase avant qu'elle ne reprenne en t’interrogeant sur ton propre prénom. Elles savaient que le monde extérieur ne donnait pas de prénoms à signification profonde comme chez elle, mais un nom restait précieux et définissait tout de même chaque individu. Après avoir pris le temps d'analyser ta réponse, d'y trouver un sens quelconque, elle reprit sur son dialogue, tentant toujours de t'apprivoiser pour te ramener au château plus calme que tu en était sortie.

« - Tu sais, je ne viens pas d'ici non plus. Je viens de loin, quelque part dans les Etats-Unis je penses, j'ai un peu de mal avec la géographie, avant d'arriver à Poudlard, je n'avais jamais quitter la forêt où j'ai grandit. On avait pas de moyen financier non plus, l'argent ne mène qu'à la haine et la jalousie, si personne n'en a c'est plus simple non ?   »

P
enchant un peu la tête sur le côté, elle te demandait comme ton approbation, ses réflexions ne plaisaient pas toujours aux Hommes, se sentant parfois insultés qu'on renie leur confort ainsi. Mais puisque tu disais avoir vécu dans la misère, tu devais comprendre cela aussi. Malgré vos très nettes différences comportementale, malgré vos origines divergentes, la jeune sauvage pouvaient sentir que vos parcours présentaient certaines similitudes. Elle comprenait, en un sens, que ta vie ait pu être misérable et tentait, au travers d'un regard brillant et chaleureux, de te faire savoir qu'elle compatissait sincèrement.

S
es yeux te suivirent lorsque tu t'installa au sol, un nouveau sourire parut un instant. Rares étaient les personnes qui n'avaient cure de la pluie et la boue. Plus le temps passait et plus tu l'intriguais. L'espace d'un instant, elle songea au fait qu'elle aurait aimé te voir à Gryffondor, que ce ne serait pas simple de t'épauler comme tu semblais en avoir besoin avec cette stupide rivalité entre vos maisons. On ne voyait jamais de Vert et Argents traîner avec leurs homologues à la crinière de feu. Mais elle ne se pardonnerait jamais de te laisser seule alors qu'elle sentait en toi tant de détresse refoulée derrière une agressivité froide et stoïque.

« - Tu ne dois pas avoir peur de moi... Je peux comprendre ce que tu as traversé tu sais... Enfin, j'imagine...    »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21579-nahima-9829-la-mysterieuse-fill
Marina Y. Tsvetnova
Tell me who you are...
Date d'inscription : 23/10/2016
Parchemins : 50
Points d'activité : 99
Avatar : Olga Kurylenko
Crédits : Mellow Bird
Multicomptes : Lilianor A. Zyskowski / Zahara J. Elmandjra
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37 - 47 - 57
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Ven 4 Nov 2016 - 17:32

A first meeting in the darkness
Une rencontre très bizarre pour la Russe, sentant une première chose positive à l'égard de cette fille qui, pourtant, est toujours inconnue à ses yeux comme 100% de ce château. Elle ne semblait pas comme la majorité des gens dont Marina avait aperçu depuis son enfance, que ce soit dans sa ville natale (Yakutsk), Moscou ou encore à Koldovstoretz. Elle était différente. La Tsvetsnova aurait très bien pu l'attaquer alors qu'elle l'avait dérangée lorsqu'elle frappait cet arbre. En vérité, elle y avait fortement songé mais ne l'avait pas fait.

La Russe avait fait quelque chose qu'elle n'avait jamais dit à personne, une petite partie de son histoire. Ses origines et vaguement ce qu'elle avait vécu durant son enfance. Marina ne jugeait pas encore cette fille assez confiante pour lui dévoiler des choses un peu plus... sombres. Marina était allée demander pourquoi la Gryffondor tenait à savoir des choses sur elle. Pourtant, elle ne savait pas pourquoi les gens pouvaient s'intéresser aux autres. Et pourquoi souriait-elle ? Pourquoi les gens souriaient-ils ? La Russe avait déjà sourit mais ses sourires avaient toujours été remplis de sadisme. Actuellement, elle ne souriait pas contrairement à son interlocutrice qui venait de dégager une mèche de cheveux humide de son visage alors que Marina avait une bonne partie des siens sur son visage, aussi humide que ceux de la lionne. Celle-ci lui avait répondu que c'était humain de s'intéresser à son prochain à moins que cela était de la curiosité. Elle disait que la civilisation des hommes la fascinait. Elle avait également rit au départ avec un sérieux à la fin de ses paroles.

« Humain... Curieuse... » Dit simplement la Russe, tout en continuant de regarder celle qui la faisait face.

Marina avait même demandé le nom à la Gryffondor. La première fois qu'elle s'intéressait à une personne (peut-être en-dehors de Maryna, la Bélarusse). On ne savait jamais, peut-être que cette fille deviendrait sa première amie à vie. Donc, la lionne s'appelait Nahima, d'une tribu Nashoba. Tribu ? Elle parla également du fait que ses parents n'espéraient pas qu'elle soit ouverte à ce point "plus tard". La dénommée Nahima eut un rire. Pourquoi riait-elle ? Puis, elle lui demanda son nom à elle. Marina continua de la fixer droit dans les yeux avant de dire :

« Nahima... Nashoba... Je ne dois pas oublier. » Dit la Russe, sans aucune agressivité, un peu pour elle-même. Non, ce n'était pas la même chose que les noms de sa famille maternelle. Elle n'avait aucune intention d'éliminer cette Nahima. « Mon vrai prénom est Marusya mais depuis cette année, j'ai romanisé mon nom en Marina. » Lui expliqua-t-elle, toujours d'un visage neutre. « Donc, je m'appelle Marina Yevgenyevna Tsvetnova. Mais tu peux m'appeler simplement Marina. » Elle savait que pour les occidentaux, son nom au complet pouvait être difficilement prononçable.

La Rouge et Or se mit à avouer que elle aussi ne venait pas de cet endroit. États-Unis. Aussitôt, la Russe eut de mauvaises pensées à son égard, n'était pas fanatique des Américains de par son père. Même si la Guerre Froide était terminée, son père n'avait pas cessé de les haïr. Marina avait adopté cette haine alors qu'elle n'avait jamais rencontré d'Américains auparavant. Cependant, elle avait habité la forêt sans moyen financier, disant que l'argent ne menait qu'à la haine et la jalousie. Ce qui n'était pas faux, au final. Marina la regarda pencher la tête d'un côté avant d'ouvrir à nouveau la bouche :

« États-Unis... Mon père détestait les Américains. Pourquoi tu es ici ? Loin de la forêt où tu as grandit ? » Demanda la Russe, de son visage de marbre. Comment avait-elle pu se rendre ici alors qu'elle n'avait aucun moyen financier et qu'elle venait d'outre-mer ? Pourquoi, d'ailleurs, Marina s'intéressait-elle à Nahima ? Pourtant, elle venait des États-Unis... Habituellement, Marina aurait simplement répondu par un simple mot sans pour autant développer tout en allant poser des questions. Et puis, Nahima avait un regard bienveillant dont la vipère avait du mal à saisir.

C'est au sol que s'était installée Marina, se fichant totalement qu'il soit en boue et se fichant totalement que la jupe de son uniforme soit sale. Elle était habituée à la saleté. Vraiment habituée. C'est alors que Nahima se mit à dire que la Russe ne devait pas voir peur d'elle, comprenant ce qu'elle avait traversé. Pouvait-elle vraiment le comprendre ? Cela, Marina en doutait. Probablement que la Gryffondor aussi n'avait pas eu la vie facile mais avait-elle déjà fait ce que elle-même avait fait cette année ? La Serpentard planta donc sa main dans le sol boueux tout en le regardant avant de dire :

« Je ne connais pas la peur. » Dit-elle, en remontant ses yeux vers Nahima. Elle ne voulait pas dire qu'elle craignait le feu. « Peux-tu comprendre ce que j'ai traversé alors que tu n'en sais rien ? J'ai fait des trucs que les gens pourraient qualifier d'horribles, d'animal ou d'inhumains. » Elle ne devait pas s'énerver. Marina remonta la manche de son bras gauche avant de montrer son avant-bras à Nahima où on pouvait y voir facilement qu'il avait été brûlé. Son mollet droit aussi y avait passé mais cela, elle lui montrerait un autre fois. « J'ai eu droit à cela cette année, lorsque mon père a été brûlé par mon oncle que je vais éliminer. » Dit-elle, d'un ton neutre. « Tu ferais mieux de garder tout ça pour toi. Je ne l'ai jamais dit à personne. » Elle ne cessait de fixer la lionne. « Pourquoi est-ce que j'arriver à parler avec toi ? » Peut-être était-ce le fait ue Marina n'était pas habituée à ce que quelqu'un porte réellement attention à qui elle était, pas seulement à l'animal sauvage dont elle a toujours été considérée.


(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21644-marina-y-tsvetnova-winter-is-co
Nahima Nashoba
Tell me who you are...
Date d'inscription : 10/10/2016
Parchemins : 33
Points d'activité : 170
Avatar : Selena Gomez
Multicomptes : Lysandra d'Egerton
Image : Bloup
Âge : 15
Année : 5e année
Cursus : Poudlard
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Mar 8 Nov 2016 - 11:10

A first Meeting in the darkness
Marina & Nahima

“La terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre.” Sagesse Amérindienne

Anomalie ©

A
ttentivement, elle écoutait sa nouvelle connaissance lui expliquer l'histoire de prénom. Elle avait du mal à comprendre comment on pouvait changer de prénom en changer de pays, même s'il semblait compliqué à première vue, son prénom était son identité, on ne changeait pas d'identité normalement. Elle mit cela sur le compte d'une culture qui lui était encore totalement inconnue et sourit doucement, tentant de ne pas effrayer la russe avec sa bonne humeur latente.

L
a jeune fille qui lui faisait face, semblait avoir quelques soucis avec les notions basiques de sociabilisation. Jamais Nahima n'avait vu un visage si vide de toute émotion et cela l'intriguait fortement. Quelque chose au fond d'elle sembla se décidé à cet instant précis à tout faire pour un jour voir un sourire sur le visage froid de Marina. Qu'elle le veuille ou non, elle deviendra son amie, elle se fit la promesse de tout faire pour décoincer cette fille qui semblait si seule et si profondément brisée.

« - Je crois qu'on va s'en tenir à Marina oui, ou même Marusya si tu préfères ? Je doute pouvoir prononcer correctement tes autres noms mais Marusya me semble faisable, après tout c'est le nom qui t'a vu venir au monde, je ne comprend pas que tu veuilles en changer juste pour plaire aux romains.    »

E
lle ne comprenait pas le terme romaniser, n'ayant jamais eu affaire à ce genre de pratique, elle n'avait pas encore appris ce mot et n'en comprenait donc pas tout le sens. Ton geste semblait encore un peu plus absurde à ses yeux du coup. Tu évoquais alors la haine de ton père envers les américains, elle en soupira, elle même était loin d'être fane de ces idiots et espérait sincèrement qu'on ne l'assimile pas à ces démons?

« - Je déteste les américains aussi... Ils se croient tout permis, ne respectent rien et détruisent tout ce qu'ils touchent...    »

C
'est alors que la jeune fille à la peau si pâlie par le froid sembla s'intéresser un peu à son histoire de sauvage. Elle progressait très rapidement finalement, peut-être n'était-elle pas si associable que ça ? Ou peut-être que Nahima était tellement obstinée, que sa chaleur en devenait contagieuse ? Elle sourit alors, se redressant en se dandinant légèrement sur sa souche. Contente de pouvoir sympathiser aussi facilement avec cette inconnue revêche.

« - Tu sais, dans ma tribus, il n'y a que des sorciers, seulement jamais aucun d'eux n'a jamais reçu aucune éducation magique, on apprend entre nous, on se débrouille sur base d'une culture ancestrale. Un jour, Albus Dumbledore est venu nous voir. Si on avait un peu peur au début, il fut le première homme venu de l'extérieur à ne pas vouloir nous convertir, il était simplement curieux de voir nos techniques, nos potions et nos sortilèges. J'étais encore toute petite à l'époque mais il m'a fait rêver. J'admire beaucoup Dumbledore, et quand j'ai eu l'âge, la tribu à décidé que je pourrais venir étudier ici. Pour apprendre, pour pouvoir améliorer la magie de tribu ensuite, quand je rentre pendant les vacances, j'essaye de leur montrer des nouveaux sortilèges. Je n'ai pas eu besoin d'argent, enfin si un peu pour tout ce qui est matériel, mais Dumbledore nous a beaucoup aidé. On m'a donné quelques bijoux et pierre pour venir ici, pour pouvoir couvrir mes frais. Mais c'est difficile quand on ne connait rien au système de l'argent.  »

T
out en expliquant son histoire, calmement, ses yeux s'était lever vers le ciel pour observer les nuages se vidant de toute leur eau. Elle souriait tendrement, un brin nostalgique. Elle n'était pas rentrée à l'école depuis longtemps mais ressentait déjà la nostalgie de la forêt. Se trouver ici, avec la pluie comme simple musique d'ambiance et une inconnue comme simple interlocutrice, elle se sentait un peu plus chez elle que dans ce chateau de pierres.

E
lle baissa lentement la tête pour reposer ses prunelles noires dans les tiennes, écoutant attentivement, tu parlais de faire des choses inhumaines, elle-même ne se considérait pas comme humaine mais elle avait du mal à comprendre ce que toi tu pouvais inclure dans cette définition. Elle pensait te comprendre, dans le sens où elle était elle-aussi dans un pays étranger, aux coutumes très différentes, qu'elle vivait maintenant dans un chateau de luxe alors qu'elle avait grandit dans le froid et l'humidité. Elle ouvrit la bouche pour te demander des explications plus précise mais tu releva alors ta manche et ses yeux descendirent encore un peu pour observer la peau rosée et étirée le long des marques de ta souffrance. Son sourire devint un peu triste et elle hésita un peu avant de se lever de sa souche et de poser le bout de ses doigts chaud sur ton bras, caressant les cicatrices en murmurant quelques prières.

« - La vie peut-être dure parfois. J'ignore comment cela t'es arrivé mais la marque parle d'elle-même et témoigne d'une grande violence. D'une grande tristesse.  »

L
entement, elle recula d'un pas et s'affaira à enlever son chemisier déjà détrempé. Elle se tourna ensuite pour te montrer ses côtes, présentant elles aussi plusieurs marques, 4 longs traits barré d'une brûlure et de quelques éclats. Elle n'en était pas fière, mais elle sentait qu'elle devait se dévoiler à toi, comme tu venais de te dévoiler à elle.

« - Les humains nous ont attaqués. Cela arrive de temps en temps, mais ce jour, ce fut violent, ils sont venu avec des tubes de métal crachant la mort. Les griffes, c'est mon oncle, un grand guerrier de la meute, il m'avait poussée pour me sauver. Il s'est prit la bille de plomb à ma place. C'est cette bille de plomb qui a laisser la traînée au milieu. Je déteste ce que cette journée à laissé sur moi mais grâce à cela, je ne pourrais jamais oublier l'horreur de leur nature, ça me donne de la force. Chaque blessure nous donne de la force. Perdre ton père a du être difficile, mais je vois que cela t'a rendue plus forte. La vengeance n'est pas toujours bonne, mais c'est la réaction la plus naturelle possible, cela fait de toi quelqu'un de bien à mon sens. »

U
n nouveau sourire et elle se mit à reboutonner lentement le haut de son uniforme. Son regard profond et si animal semblait de lui-même te promettre qu'elle garderait tout cela pour elle. Elle ne voyait pas l'utilité d'allez raconter cela à des gens qui ne pourraient pas comprendre. Elle nous plus n'avait encore jamais montrer la marque de ses blessures à quiconque dans cette école. Elle ne savait pas non plus pourquoi cela semblait si évident et naturel avec toi, alors que tout vous séparait.

« - Je l'ignore, tu avais peut-être besoin de quelqu'un à qui en parler ? Quelqu'un qui a l'habitude de voir l'animalité des autres, quelqu'un qui verrait cela comme un signe de bonté et qui n'aurait pas peur ? Je n'ai pas peur de toi, malgré ton air renfrogné et prêt à tuer ! »

A
près tant de sérieux, elle se senti obligée de rire un peu, comme pour détendre l'atmosphère qui s'était considérablement alourdie après tant de révélation si sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21579-nahima-9829-la-mysterieuse-fill
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: A first meeting in the darkness. [Flashback]   Aujourd'hui à 7:18

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Poudlard : extérieurs :: La Forêt Interdite-