I'm fine | Joon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Féliks Karkaroff
Tell me who you are...
Date d'inscription : 14/10/2016
Parchemins : 47
Points d'activité : 180
Avatar : Troye Sivan
Multicomptes : William T. Sharen
Image :
Âge : 15 ans depuis le 22 Mai 1982. Dernier-né de la famille Karkaroff sous le signe du Gémeaux.
Année : 5eme année à la rentrée 1997
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: I'm fine | Joon   Dim 30 Oct 2016 - 22:53

i'm fine
Avril 1997
Code by Neon Demon

Du jour au lendemain il l'avait perdu, son Ethan, son précieux à lui. Tout s'était écroulé à la suite d'une dispute que Feliks avait inconsciemment alimenté durant des années. Elle était née des mensonges qu'il n'avait cessé de proférer devant lui, encore et encore. Comment leur brève histoire aurait-elle pu finir autrement alors même qu'Ethan n'était pas conscient que cette personne qu'il chérissait s’appelait en réalité Feliks et non Thomas... Sur toute la ligne, le Serdaigle s'était fourvoyé, s’empêtrant seul jour après jour dans ses propres bobards jusqu'à ce que tout lui explose à la figure. Les Sorciers et les Moldus. Deux mondes si proches et si lointains à la fois. Deux flots contraires totalement divergents dans leurs façons de percevoir les choses et qui ne pourraient en aucun cas coexister en harmonie. Là voilà, l'affligeante conclusion qu'il tira de cette histoire. Et à la suite de ces vacances éprouvantes, le sorcier qu'il avait tenté de cacher aux yeux de son ami dû retourner dans le monde qui était le sien. Assister à ses cours de métamorphe et de potion sans broncher, rendre ses devoirs à temps, comme si tout allait bien... Mais plus rien ne filait droit dans sa vie. Des secrets, il en portait un nombre incalculable sur ses frêles épaules et ce, depuis toujours. Mais aujourd’hui la culpabilité et la tristesse étaient si poignantes qu'elles l'empêchaient d'arborer de manière crédible cette façade orgueilleuse qu'il affichait habituellement avec facilité dans les couloirs de Poudlard. Son moral ne le lui permettait plus de jouer la comédie.

Debout dans le cadre de la porte qui débouchait droit sur la salle de classe dédiée aux arts de défenses contre les forces du mal, Feliks marqua une pause bien trop longue pour passer inaperçue. Une hésitation à se joindre au cours jamais éprouvée auparavant. Les faits étaient là : il ne pourrait pas y participer sans prendre le risque de flancher au beau milieu de l'enseignement, devant tous les autres élèves. Son regard incertain glissa sur les têtes déjà présentes dans la pièce et sans réfléchir davantage aux conséquences de son acte, le bleu de argent tourna les talons. Il s'efforça de garder un visage aussi fermé que possible, malgré les coins de ses lèvres qui -agités de tremblements- en perdaient de leur neutralité. Il n'assisterait pas à ce cours, pas plus qu'il ne donnerait d'explications sur son comportement alarmant. Bousculant impétueusement un élève lors de sa manœuvre de fuite, il n'eut le temps que d’entrevoir le visage de l'homme qui n'était autre que Joon. Sentir le regard de son ami se poser sur lui fût le coup de poignard fatidique à la montée de ses larmes cristallines. Il accrocha ses iris le temps d'une fraction de seconde, portant sa main mal assurée contre le buste de celui-ci. L'intimant par ce simple geste à ne pas l'approcher, à ne pas réagir malgré sa bousculade involontaire. « Désolé. » fut ce qu'il trouva de mieux à dire alors qu'il s’évertuait de garder l'équilibre à la suite de leur collision. Un mot, bafouillé de manière peu audible et bien vite étouffé de l'une de ses mains qui se plaqua contre le bas de son propre visage. Brisé.

***

Quelques minutes plus tard, il s’engouffra avec précipitation dans les toilettes des garçons à la recherche d'un endroit paisible où extérioriser tout ce chagrin. Et bien vite, il trouva en ce lieu un brin de réconfort, un moyen de s’effondrer à l'abri des regards indiscret. Filant droit dans l'une des cabines qu'il prit soin de refermer derrière lui, il rabattit la cuvette d'un geste vif avant de se laisser lourdement retomber dessus. Enfin seul.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21602-feliks-karkaroff-i-have-so-many
Joon Park
Gryffondor
Tell me who you are...
Date d'inscription : 19/07/2016
Parchemins : 191
Points d'activité : 360
Avatar : Park Chanyeol
Multicomptes : Hades Farmest
Image :
Âge : 15 ans
Année : Cinquième Année
Métier : Étudiant à Poudlard
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: I'm fine | Joon   Lun 31 Oct 2016 - 1:31

No your not...


Cette journée s’annonçait épuisante. Il était difficile pour Joon de tenir le rythme éreintant des cours avec tout ce stress qui pesait sur ses épaules. Dans un état de fatigue important, il déambulait dans les couloirs sans prêter la moindre attention à ce qui l’entourait, ni où il allait. Son allure devait s’apparenter à celle d’un zombie, le dos péniblement droit et les bras ballants le long de son corps, le regard obstinément braqué dans le vide. Il avançait d’une démarche lente, voire trainante et avec grande peine. Gauche. Droite. Gauche. Droite. Joon manquait d’exploser d’un rire hystérique à cette pensée, mais il se retint de justesse.


Ce qui le ramena à la réalité, fut quelque chose qu’il le percuta de plein fouet. Joon réagis à peine. Ou du moins jusqu'à ce qu’il baisse les yeux. Son regard croisa celui bien familier de Feliks. Il était sur le point de le saluer, mais celui-ci par un geste de la main lui intima de ne rien dire ou faire. Pourquoi ? Joon tenta de maintenir le contact visuel, essayant de lire les prunelles claires de son ami, mais il n’y arrivait pas, ce qui frustra notre jeune asiatique. Il laissa finalement tomber pour se concentrer sur la main du jeune serdy qui était maintenant sur son torse. En temps normal cela l’aurais fait rougir, mais là maintenant quelque chose semblait clocher dans l’attitude de son ami et à en juger la réaction qui suivit, il avait vue juste. La voix de Feliks n’était qu’un murmure à ses oreilles et l’expression sur son visage était celle d’un garçon en peine. C’est d’ailleurs avec un pincement au cœur qu’il regarda l’adolescent s’éloigner de lui pour aller, il ne savait où. Si Feliks croyais que Joon allait rester là sans rien faire, il se mettait le doigt dans l’œil. Son affection pour lui ne lui permettrait pas. Alors il le suivit discrètement pour finalement se retrouver devant la porte des toilettes qu’il ouvrit doucement. Il la referma ensuite et sortie sa baguette pour ensuite jeter un sort de verrous sur celle-ci pour ne pas se faire déranger.


Une fois que ce fut fait, il pénétra plus en profondeur dans la pièce, mais ne voyait personne en vue, mais il pouvait bien voir des pieds par ce petit espace entre la porte d’une cabine et le sol. Les sourcils froncé par l’inquiétude, Joon s’approcha doucement et cogna trois petits coups sur la surface de bois en interpellant Feliks d’une voix rauque mais douce et soucieuse.

    « Feliks ? Tu vas bien ? Sort de là s’il te plaît… On peut parler si tu veux, mais ne restes pas cloîtrer la dedans… »

Joon soupira face au silence qui lui répondit et fini par s’asseoir par terre, s’endossant contre la porte. Il n’avait pas l’intention de laisser seul, car même s’il le tenait à distance, il était important à ses yeux. Que s’était-il passé pour mettre son ami dans un tel état ? Avait-il des problèmes a la maison, a l’école ou encore avec son copain ? A cette idée ses poings se serrèrent à ses côtés. À chaque fois qu’il pensait a se dernier, le lion pouvais sentir la jalousie monter en lui ainsi que son goût amer Depuis que Feliks, s’était mis en couple, Joon avais du mal a contrôler la colère que cela avait engendré en lui. Malheureusement, cette fois, il n’avait personne a blâmer mis à port sa lâcheté. Car oui, il avait été lâche… Ils avaient toujours été de bons amis, mais avec le temps quelque chose avait changé en lui. Plus précisément ses sentiments à son égard. Cela avait commencé par cette envie de l’avoir a ses côté jour et nuit, 24 heures sur 24. Ensuite sont arrivée ses stupides papillons lorsqu’il riait ou souriait ou encore la grondait pour une connerie qu’il avait faite. Mais le pire, était cette envie de le toucher. De sentir sa peau sous ses doigts glaciale. D’y goûter… De l’étudier de fond en comble au point d’en découvrir les moindres recoins et bien sûr s’était sans parler le désire qui s’était installé. Désir inavouable qu’il n’arrivait pas expliquer et encore moins a contrôler. Une flamme qui le brulait de l’intérieur et qui lui faisait peur.


Joon toujours fidèle a lui-même lorsque quelque chose le gênait, avait fait ce qu’il faisait de mieux. Il l’avait repoussé. Tenant Feliks a une distance raisonnable. Le traitant différemment des autres. Ami, ils étaient resté, mais sans réel contact et lorsque le bleu et argent tentait le moindre contact physique avec lui, Joon lui se reculait comme lorsqu’on touchait une flemme. Si Feliks avait compris que quelque chose était différant dans leur relation, il ne lui en avait jamais fait par et il lui était reconnaissant pour ça, car qui sais quel genre de réaction violente notre Asiatique aurais pu avoir à être confronté sur ce qu’il croyait être des sentiments honteux. Bien sûr depuis le temps, Joon avait fini par se faire une raison, mais lorsque ce moment était venu, il était déjà trop tard. Feliks avait trouvé quelqu’un. Et dieux sais qu’à l’annonce de cette relation Joon avait eu envie de péter un câble, mais il s’était contenté de fixer son ami, inexpressif. Les paroles du serdaigle l’avaient complètement déconnecté. La confusion qu’il avait ressentie a ce moment-là… Il avait eu envie de le frapper en pleine gueule tant la colère et la déception avait été grande. Heureusement que le contrôle était quelque chose qu’il avait appris à un jeune âge… Bref, il avalait mieux qu’il chasse ses vieux souvenir de son esprit et qu’il se concentre sur le moment présent. C'est-à-dire son pote qui venait de s’enfermer a double tour dans les chiottes, tel une gonzesse…


Dernière édition par Joon Park le Dim 6 Nov 2016 - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t20988-joon-park-quand-le-frangin-deba
Féliks Karkaroff
Tell me who you are...
Date d'inscription : 14/10/2016
Parchemins : 47
Points d'activité : 180
Avatar : Troye Sivan
Multicomptes : William T. Sharen
Image :
Âge : 15 ans depuis le 22 Mai 1982. Dernier-né de la famille Karkaroff sous le signe du Gémeaux.
Année : 5eme année à la rentrée 1997
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: I'm fine | Joon   Jeu 3 Nov 2016 - 22:54

i'm fine
Avril 1997
Code by Neon Demon

Trois petits coups secs contre la porte de la cabine dans laquelle il s'était réfugié avait suffit à stopper net ses sanglots pourtant étouffés de ses deux mains. Si son instinct le poussait à grimper sur la cuvette pour faire disparaître ses pieds de l'embrasure de la cabine, Feliks n'en voyait plus l’intérêt quand la silhouette se stoppa devant la porte de son refuge. Quelqu'un l'interpellait et ce quelqu'un n'était autre que Joon, lui qui avait pourtant dû encaisser un peu plus tôt une bousculade irrespectueuse. Pourquoi l'avait-il suivi alors qu'il semblait bien lui avoir signifié d'un geste qu'il désirait être seul ? Et pire que cela, pourquoi Feliks appréciait-il tant de le savoir ici, de l'autre côté de la porte ? Les yeux clos, il s'efforçait de rester silencieux, contenant ses larmes tièdes qui reprenaient de plus belles en entendant l’intonation de sa voix s'élever en échos sibyllins dans les toilettes des garçons. Ce ton qu'il avait pris pour s'adresser à lui, soucieux, doux, inquiet... Son cœur se resserrait tandis que la culpabilité l’affligeait un peu plus. Par son cruel manque de sang-froid, Joon se retrouvait à sécher un cours. Un détail sans doute insignifiant pour l'asiatique mais, fondamental pour le slave qui comprendrait l'importance des études. S'il gardait le silence, nul doute que son ami finirait par baisser les bras, comme tout le monde le faisait en sa compagnie, hormis Astoria. Il finirait par s'abstenir de perdre son temps à vouloir tirer les vers du nez du Serdaigle entêté qu'il était. C'était du moins ce que Feliks ne cessait de se répéter, comme une pensée rassurante. Mais quand il entendit Joon prendre place contre la porte, ses pleurs s’emballèrent. Pourquoi était-il si buté ?

« Je vais bien. Retourne en cours... S'il te plait. » murmura-t-il d'une voix suppliante même s'il avait conscience que ses propos n'ébranleraient en rien l'obstination de son ami à vouloir découvrir la vérité, bien trop borné pour suivre un ordre proféré par un garçon d'une autre maison que la sienne. Feliks avait beau tenir ces fausses affirmations, l'entendre exécuter ses directives et sortir des toilettes aurait été fatal. Car si la solitude l'englobait, l'abandon ne s'était pas encore réellement fait ressentir. Grace à la présence de Joon. Sur l'instant présent, Feliks avait l'impression que quelqu'un se souciait réellement de lui et c'est ce sentiment protecteur qui le poussa à redresser à la tête. Il devait se relever et c'est ce qu'il fit à la suite d'une profonde inspiration houleuse. Essuyant doucement les dernières larmes qui perlaient le long de ses joues rosées, il se redressa en s'aidant de la paroi de la cabine. Le sol semblait instable ou peut-être était-ce ses jambes flageolantes qui lui donnaient cette impression de perdre pied à chacun de ses mouvements. Dans tous les cas, Feliks avait conscience que son état de faiblesse passager l'empêcherait de se mouvoir à sa guise sur une longue distance. Le plus dur était pourtant fait : il était debout. Activant le verrou de la cabine qui claqua d'un son sourd, il laissa suffisamment de temps à Joon pour se relever et se décaler de la porte avant de l'ouvrir. La barrière qui les séparait disparut, tout comme l'assurance que portait Feliks sur son visage au moment où sa présence fut révélée aux yeux de son ami.

Les lèvres scellées par un mutisme dérangeant, il restait immobile, le menton fièrement relevé à observer Joon du coin de l'oeil, sans rien ajouter, sans bouger le moindre petit doigt. Un conflit interne explosait en lui. Rester droit, rester fier, cacher ses émotions... Feliks avait beau se forcer de soutenir le regard de Joon, petit à petit son menton pointa vers le plafond lui donnant un air encore plus noble qu'il n'arborait déjà. A contrario de sa posture, ses épaules se contractèrent alors nerveusement pour laisser ses avant-bras se rapprocher douloureusement de son torse. Malheureux, son dos se voutâ dans un nouveau sanglot et il perdit de sa grandeur en quelques secondes à peine, incapable de tenir plus longtemps ce masque alors que Joon savait. Le corps entier secoué par la tristesse, il tenta une seconde fois de cacher son visage honteux dans le creux de ses mains. Jamais Feliks ne s'était sentit aussi égaré qu'à cet instant précis et la distance qui les séparait n'arrangeait rien. Ce vide entre eux n'avait pas réduit et restait nocif de part sa signification, car Feliks savait l'importance que Joon portait à l'espace qui séparait leur deux être. L'orientation du jeune Serdaigle y étant pour beaucoup. Il était donc résigné à craquer face à lui, se refermant sur lui-même à la manière d'un animal blessé, laissant son ami être le spectateur de sa propre déchéance. « C'est fini Joon... » soupira-t-il dans un gémissement déchirant. « Je... C'est ma faute. Je suis stupide. Tout est de ma faute. » se força-t-il d'articuler de sa voix fluette, fragile et mal assurée. « Ca va pas... » Un sourire habilla ses lèvres, plus désolant que jamais, plus faux qu'il ne laissait paraître. Et à nouveau, ses jambes rencontrèrent des difficultés à soutenir son corps chétif : « Je sais pas quoi faire Joon...Je sais plus... »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21602-feliks-karkaroff-i-have-so-many
Joon Park
Gryffondor
Tell me who you are...
Date d'inscription : 19/07/2016
Parchemins : 191
Points d'activité : 360
Avatar : Park Chanyeol
Multicomptes : Hades Farmest
Image :
Âge : 15 ans
Année : Cinquième Année
Métier : Étudiant à Poudlard
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: I'm fine | Joon   Lun 7 Nov 2016 - 0:16

No your not...


Seul un murmure provenant de cette petite cabine ou Feliks s'était réfugié brisa le silence, lui intimant de retourner en cours, qu'il allait bien. Lui aller bien ? À qui croyait-il parler ? Joon pouvait faire le con la plupart du temps, voir toujours, mais il était loin d'être stupide. Alors si le bleue et argent pensait qu'il allait avaler ça... Les faux-semblants étaient bien une chose qu'on ne pouvait tromper Joon avec. Il était lui-même un expert dans ce domaine et en toute honnêteté le jeu du serdaigle laissais a désirer en ce moment-même et sa détresse était présente dans sa voix qu'il le veuille ou non. Alors non, il était hors de question que Joon parte et le laisse seul. Il attendrait que celui-ci sorte de ses foutue chiotte, même s'il devait passer le reste de la journée. Ou du moins jusqu'à ce qu'il perde patience et décide de défoncer cette porte. Seul obstacle qui se tenait entre lui et son ami. 


À cette idée, un petit sourire amusé prit place sur les lèvres du jeune coréen. Espérons qu'il n'en arrive pas là. Pour le moment, il devrait faire un petit effort pour rester calme, même si la situation commençait à le frustrer. Frustration qui montait en lui plus le temps passait. Pour tenter de se calmer, il passa une main tremblante dans sa chevelure flamboyante et prit une grande respiration. Alors qu'il était sur le point de briser ce silence pesant qui habitait la pièce, il entendu un petit 'clic' provenant de la porte où il était endossé. Enfin ! Le rouge et, or se leva et se poussa sur le côté, pour ne pas bloquer le chemin du petit aigle et lorsque celui-ci fut enfin sorti, Joon lui sourit gentiment. Sourire qui s'effrita face aux yeux rougis du brunet. 


Il ne parlait pas et s'était à peine s'il bougeait. Il se contentait de se tenir là, devant Joon dans un silence dérangeant la tête haute. Joon voyait bien qu'il tentait de sauver les apparences pour ne pas paraître faible devant lui, mais le langage de son corps ne pouvait le tromper. Il semblait être sur le point de s'écrouler à tout moment et c'est ce qu'il fit. La tristesse, la douleur et la détresse qu'il pouvait percevoir dans cette voix et dans ses yeux si bleus qui avaient maintenant l’apparence d'un lac eu l'effet d'un coup de poignard dans le cœur normalement glacial de notre Asiatique. Il écouta les paroles qui sortaient de la bouche de Karkarof sans vraiment en comprendre le sens. Fini ? De sa faute ? Mais de quoi parlait-il ? 


Notre lion ne savait pas du tout comment réagir. Dire qu'il n'était pas doué pour réconforter les gens serais frapper dans le mille. Il n'avait pas l'habitude de se retrouver dans ce genre de situation où il devait prêter son épaule. En fait, il avait plutôt tendance à les fuir comme la peste. Mais Feliks était différent et il ne voulait pas le laisser tomber. Alors pour la première fois, depuis des années, il fit une exception à cette règle qu'il s'était donna et s'approcha de lui pour le prendre doucement dans ses bras fins mais musclés. Il avait un peu peur que Feliks le rejette, mais chassât cette idée de son esprit. Tout ce qui comptait pour lui dans le moment présent, était cette personne a qui il tenait plus qu'il n'aurait voulu l'admettre... 


Joon tentait de le calmer tel une mère avec un enfant en lui caressant le dos et les cheveux sans dire un seul mot. Si on lui avait dit qu'un jour, il serait dans les chiottes des mecs avec un petit bout d'homme qui chialait sa vie dans ses bras, il en aurait rit jusqu’à s'en pisser dans le pantalon. Mais la maintenant, il se sentait bien et se sentit un peu coupable alors que son ami lui, n'allait pas du tout. Mais Joon ne pouvais pas contrôler ce sentiment de bien-être d'avoir celui sur qui il flachait depuis un bon moment, contre lui. Son odeur masculine, mais délicate, l'envahissait à chaque respiration qu'il prenait. Il du d’ailleurs se morde les lèvres fortement pour retenir le soupir de bien-être qui voulais franchir sa bouche rosé. Après quelques minutes, Joon se recula et agrippa le visage fin du sairdaigle de ses mains glaciale et fit disparaître à l'aide de ses pouces les larmes qui coulait sur ses joue douce, puis plongea son regard profond dans ceux remplie de tristesse de son ami. D'une voix rauque et soucieuse, il lui posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis son entrée dans les toilettes et il espérait vraiment que Feliks lui donne une réponse claire au lieu d'un flot de paroles qui ne faisait ni queue ni tête.

    « Tu veux bien me dire ce qui sait passer Feliks, je comprends rien à tout ce charabia. »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t20988-joon-park-quand-le-frangin-deba
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: I'm fine | Joon   Aujourd'hui à 1:10

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Poudlard : le château :: Deuxième étage :: Les toilettes des Garçons-