ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Aristarkh Merejkovski
Tell me who you are...
Date d'inscription : 22/10/2016
Parchemins : 4
Points d'activité : 59
Multicomptes : Anastasiya Styrbjörn
MessageSujet: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Jeu 3 Nov 2016 - 23:03


Prénom Nom du personnage
Informations civiles
Nom : Merejkovski
Prénom(s) : Aristarkh
Date de naissance : 1er novembre 1894
Age actuel :103 ans
Origines : Sang-mêlé
Métier : Professeur de métamorphose à Poudlard
Informations Magiques
Bois de baguette : Houx
Coeur de baguette : Corne de dragon.
Longueur & Souplesse : 34 cm, très rigide
Patronus : Un vautour à l'aile arrachée
Animal de compagnie : Aucun.
Ancienne maison : Il n'a pas été scolarisé à Poudlard

Descriptions
Caractère de votre personnage
S’il est indéniable qu’Aristarkh est un érudit digne de son nom, ce n’est pas tant sa sagesse et son expérience que vous verrez en premier chez lui. Vous serez tout d’abord marqués par sa méthode d’entretenir des relations sociales. Véritable solitaire qui n’a jamais réellement connu d’alter-ego, Aristarkh peine à respecter les usages sociaux, vous le verrez rarement s’adonner à l’hypocrisie habituelle pour ne pas brusquer ses interlocuteurs. Au contraire, attendez-vous plus à de la froideur et un ton sec. C’est un misanthrope qui ne se cache pas de l’être, pire encore il s’amuse du choc qu’il peut créer chez les gens. Pour autant, sa maîtrise de la langue est telle qu’il préfère le sarcasme au langage vulgaire, restant courtois en toute circonstance, quoi qu’il aime exagérer ce trait pour tomber dans l’ironie.

S’il vous arrivait de capter son attention, il pourrait s’intéresser à vous et chercher à comprendre votre fonctionnement, allant même jusqu’à vous mettre mal à l’aise pour voir vos capacités à rebondir à tout moment. Faites-vous de lui son protégé et vous n’aurez plus à craindre qui que ce soit, Aristarkh ne se cache pas du favoritisme qu’il exerce dans ses classes. D’une sévérité rare, il n’épargnera par ceux dont il estime être les plus gros potentiels, pour autant il leur offrira une relative bienveillance donnée dans le but de les aider à progresser. Si ses méthodes sont discutables, l’efficacité et la réussite fait vraiment partie de ses objectifs, peu importe votre nom ou la pureté de votre sang.

Ermite depuis bien trop longtemps, il peine à s’ouvrir aux gens qui l’entourent. Pourtant, c’est bien plus compliqué que cela à ses yeux. Loin derrière est l’homme qu’il a pu être par le passé, Aristarkh est un homme tourmenté par ce qu’on a crée en lui et les valeurs qu’ils cherchent à défendre. Sans cesse à la recherche du juste, il se laisse parfois tenter par l’obscurité que son histoire à créer en lui. Aristarkh ne connait pas de limites, méfiez-vous de lui car les bornes peuvent être vite dépassées en sa compagnie, gare à ce qu’il pourrait vous apprendre.

Informations importantes
De nombreuses rumeurs naissent autour de lui, son histoire et les actes qu’il a pu accomplir. Parmi elles : - le fait qu’il soit animagus, - une tragique histoire d’amour avec une unique femme qui aurait trouvé l’introuvable chez cet homme, - un rôle important dans la prise de pouvoir de Castro au gouvernement moldu, - des crimes de guerre pendant les guerres mondiales, - des expériences en magie noire sur des bébés chats au début du XXème siècle, - une richesse inestimable accumulée par des inventions magiques, argent qu’il verserait à des veuves et orphelins, - un contrôle total sur les autorités magiques danoises (allez savoir pourquoi…) ou encore – d’être le père de Joseph Staline.

Bien entendu, aucune de ces rumeurs n’a été vérifiée…

- Outre le plaisir que prennent les gens à lui fantasmer un passé, il est aussi souvent cible de menaces de mort, de ce qu’il en dit, c’est plutôt des blagues sordides que de véritables projets.

- Aristarkh a déjà évoqué à de nombreuses reprises sa haine du Quidditch, et plus encore de tout sport.

- Du fait de son âge, il a besoin d’une canne pour marcher, il ne s’en sépare que rarement.

- On sait qu’il a déjà été enfermé dans les années 1920 en Allemagne, sans que les raisons ne soient divulguées.

Goûts
Aristarkh déteste :

◊ Le sucré.
◊ La bêtise.
◊ Les inconscients.
◊ Les faibles d’esprit.
◊ La facilité.
◊ La gentillesse excessive.
◊ La lenteur.
◊ Le manque d’envie.

Aristarkh aime :

◊ Peu de choses.

Rêves & Ambitions
Arrivé à un tel âge, il est difficile pour Aristarkh d’avoir de réelles ambitions. Le plaisir qui tire de la vie se trouve dans chaque journée qui passe. Au fond de lui, il espère développer des potentiels parmi les élèves se trouvant dans sa classe, bien qu’il ait peu d’espoir d’en trouver.

Histoire de votre personnage
Ceci sera l'histoire de votre personnage. Origines familiales, enfance, scolarité, soyez le plus précis possible !
Conseil aux nouveaux joueurs : une histoire très travaillée donnera un personnage plus intéressant pour les autres joueurs, mais aussi pour vous ! Réfléchissez-y bien.

L’histoire raconte que dans les fins fonds de la Sibérie naquit un sorcier ayant affronté la Mort en personne. Vainqueur du froid qui l’avait glacé jusqu’aux os sans pouvoir empêcher son cœur de battre, l’homme avait fini par ne faire plus qu’un avec cet élément de destruction. Après des journées de marche dans la neige, neige à perte de vue, il est dit que sa barbe s’était transformé en une sorte de bec argenté et glacial. Sa veste, bien légère pour ses aventures, s’était elle aussi transformée, formant comme des ailes de part et d’autre de son corps amaigri. Oté de toute son humanité, le sorcier était devenu animal, rival d’une Mort qui ne réussissait pas à l’atteindre.

Un vautour de givre qui arpentait les couloirs froids du monde.

Sans que l’on ne sache jamais comment cela avait pu arriver, cet être avait réussi à engendrer d’autres sorciers. Au fil des années, cette histoire devint celle des Merejkovski. Il est dit que cette famille avait régné sur tout le grand Est pendant des siècles, redouté pour leur magie sombre, on retrouvait souvent des corps glacés où un vautour aux ailes déployées était gravé dans la chair bleuie du mort. Rares étaient les apparences des membres de cette famille, il fallait souvent se contenter de leur blason apparaissant bien trop souvent dans les mauvais coups. Certains assassins cherchaient même la paix en inscrivant ce symbole maudit sur les cadavres pendant qu’on ne chercherait pas plus loin. On retrouvait ces usurpateurs quelques semaines plus tard, pendus ou empalés sur des stalagmites.

L’histoire aurait pu s’arrêter ici, dans ce monde dévasté et dirigé par des sorciers fous. Il en fut autrement.

Les récits que l’on fait de cette famille s’arrêtèrent pendant plusieurs siècles jusqu’aujourd’hui encore, comme s’ils avaient disparu. La réalité n’est pas tellement différente. Leur réputation les précédait et ne leur faisait pas que des alliés. Si certains pliaient genoux devant eux, d’autres décidèrent d’abattre leur courroux et de leur retirer toute fortune acquise. Il semblerait que d’autres familles avaient décidé de les exclure de tous les liens sociaux, commerciaux ou même politiques. Etrangement, il est quasiment impossible de trouver des marques de cela, les preuves de ces manœuvres appauvrissant les Merejkovski étaient comme balayées, effacées de tout manuscrit ou mémoire.

C’est ici que commence l’histoire d’Aristarkh. Dernier fils de la lignée des Merejkovski.

La famille avait été quasiment éliminée de la surface de la Terre. Plus personne ne voulait marchander avec eux et il devenait impossible d’arranger des mariages pour perpétuer la lignée. L’arbre des Merejkovski s’amincissait sans cesse, si bien qu’un jour, il ne restait plus qu’une personne : le père d’Aristarkh. Ses frères et sœurs périssaient avant même de voir leur première année accomplie, comme si une malédiction était jetée sur eux. Et comme un malheur ne vient jamais seul, cet homme ne parvint jamais à avoir d’enfant avec sa femme, qui n’était autre qu’une de ses cousines éloignées devenue vieille fille et de quinze ans son ainée.
C’était la fin des Merejkovski.

Les années passèrent et il n’y avait toujours pas d’héritier pour porter le nom de cette famille que tout le monde avait craint. L’homme vieillissait et il devenait impossible pour la femme d’enfanter, si bien que tout le malheur de l’un devenait mépris pour l’autre. Un soir d’hiver particulièrement froid, le dernier des Merejkovski dont la barbe devenait grisâtre revint au manoir familial, un paquet marron et crasseux sous le bras qu’il lança dans les bras de celle qui était devenue sa femme par défaut.

Un cri s’en extirpa, l’enfant était né. Pas de celle qui était destinée à cela.

L’enfant n’était rien d’autre que celui d’une catin qui s’était trouvée sur le chemin de cet homme déchu. A peine né qu’il était déjà haï par ce père qui n’en deviendra jamais un. Il n’était rien d’autre que le fruit du malheur et d’une tradition trop lourde à porter pour un seul homme, laissé par tout autre. Aristarkh venait à peine de respirer qu’il était déjà un poids pour son père, un monstre pour celle qui devait l’élever. Dans la honte, cette dernière se pendit. Avec une corde de mauvaise qualité qui n’avait tenu que suffisamment de temps pour qu’elle s’asphyxie et quitte ce monde de misère.

Ils n’étaient plus que deux, se détestant si fort l’un l’autre que les murs gardent les stigmates de cette haine.
Aristarkh n’avait jamais vu le jour autrement qu’à travers les fenêtres du manoir délabré, ce même manoir qui lui servait d’école et surtout de prison. Toutefois, faute de connaître autre chose, il ne se plaignait pas de son existence de douleur que lui offrait son père. Son quotidien se partageait entre l’apprentissage de la magie que lui offrait son père et la lecture de gros grimoires qui sommeillaient dans la bibliothèque familiale, dernière richesse de cette famille mourante. En plus de l’exigence de son père visant à lui faire apprendre la base pour tout bon sorcier, il « bénéficiait » entre autre d’un apprentissage ciblé en magie noire, magie qu’il avait le malheur de subir à l’occasion, lorsque son père s’énervait contre lui, yeux imbibés d’alcool.

Pour autant, malgré sa haine, Aristarkh vivait. Façonné par son père pour devenir un digne fils Merejkovski, il se devait d’être parfait et redoublait d’effort pour satisfaire cet homme qui restait, malgré tout, son père.

Ses vingt ans passés, il entrapercevait la possibilité de s’enfuir, de découvrir ce monde qu’il ne connaissait que par les livres qu’il lisait. La réalité fut bien différente. Alors qu’il échafaudait un plan pour sortir de la vigilance de son père, ce dernier mourut d’une mauvaise pneumonie. Il était libre. D’un jour à l’autre, toutes ses chaines s’étaient brisées. Cette nouvelle le troubla, il ne savait pas comment réagir à un tel événement. Le fait est qu’il n’avait rien ressenti, pas même du plaisir.

De ce jour, Aristarkh devenait un nomade solitaire. Nul ne sait réellement son parcours tant il fut long et tant l’homme était discret. Certains témoignages racontent qu’il aurait tyrannisé des peuplades mongoles pendant un temps, d’autres le retrouvent en Amérique latine faisant partie de guérillas sorcières. Pour tout dire, on sait peu de choses certaines sur cet homme qui, de toute manière, ne tient pas à parler de ce qu’il a fait de sa vie. Les rumeurs insistent toutefois à l’idée qu’il aurait perpétué la tradition familiale de haine et de meurtres pendant quelques dizaines d’années avant de laisser de côté la magie noire pour parcourir le monde, s’enrichissant des cultures locales, tel un ermite érudit incapable de stabilité. Ce changement de personnalité et de façon de faire reste trouble, si certains associent cela à une maturité acquise suite à événement marquant, d’autres sont plus précis et évoquent la rencontre avec une femme.

Tout cela reste sans réponses, toujours est-il que son arrivée à Poudlard fait couler beaucoup d’encre.

___


« Toi seule sait l’aventure qu’a été ma vie jusque-là. Je n’ai cessé de chercher une place dans un monde qui n’avait rien à me proposer. Hier comme aujourd’hui ne sont que des jours si ressemblants que je peine à les distinguer. Si seulement tu pouvais comprendre ce sentiment qui torture mon âme depuis tant d’années, peu importe la nature de mes actes je n’ai jamais été autre chose qu’un rebut et ce depuis mon plus jeune âge. Il serait tellement plus simples pour moi que ces mots ne soient rien d’autres que des plaintes mais malheureusement, je me satisfais de ma condition. Je ne sais pas ce qu’est la tristesse, encore moins le malheur. Pourtant, c’est comme cela que les gens me définissent, un vieux vautour maussade qui ressasse le passé. Je ne suis rien de tout cela.

On a longtemps cherché à me forger comme un digne vautour représentant les belles armoiries de cette famille maudite. Moi-même, j’ai cédé à cela pendant de longues années. Tu n’as connu de moi que le meilleur. Ce que je vais te dire ici, te l’écrire, tu seras la seule et unique personne à le savoir. Cela mettra un terme à toute relation possible entre toi et moi. Je ne peux te laisser dans de vaines illusions, la vérité est là. Je te la dois.

Mon père est décédé, tôt. Je n’en ai eu rien à faire. Ca ne me réjouissait pas mais j’étais loin de m’en plaindre. Ce fut la première fois que je sortais. Tout était nouveau, beau, bien sûr ce n’était que mirage après tant d’années cloisonnées dans des murs en pierre qui n’ont que trop connu le malheur et l’ennui. J’étais sans aucun doute mieux formé que n’importe quel autre garçon de mon âge, mon entrainement avait été intensif, le mot en est même faible. Tout m’avait été appris. Enfin, presque. Il me manquait quelque chose de vital sur cette terre. Je ne connaissais que le mépris.

J’ai torturé dans d’hommes que je ne saurai te conter tout ce que j’ai pu faire d’horrible dans cette jeune existence. Pourquoi je faisais cela ? Je ne saurais le dire avec précision. Là encore, je n’étais animé ni par le remord, ni par le plaisir. C’était un quotidien lassant et sans goût. Je ne me posais pas tant de questions, à vrai dire. Je ne sais même pas si j’étais vraiment imbu de moi-même. Ma supériorité était évidente, je n’avais aucun scrupule à abattre quiconque se dressait sur mon chemin. Vagabond que j’étais, on ne retrouvait jamais ma trace et l’idée même qu’il puisse m’arriver quelque chose ne m’effleurait pas l’esprit.

Tu te souviens sans nul doute de cette nuit d’été où tu m’as rencontré. Quelle allure devais-je avoir avec ces dents cassées et tout ce sang sur ma chemise. Je t’ai raconté qu’on m’avait battu sans jamais vouloir préciser dans quelles conditions. C’était là ma première déroute. La honte envahissait chacun de mes pensées et je n’osais pas te regarder. Ces deux yeux qu’étaient les tiens, si emplis de bonté et d’empathie m’étaient nouveaux. Je n’en connaissais pas d’autres dans toute ma mémoire. Je crois dire que tu m’as aimé au premier regard, avec mon allure de sale chien bagarreur. Je n’ai jamais compris cela.

Et je t’ai menti. Toute ma vie n’a été que cela. Les questions n’existaient pas, je leur préférai ce sentiment de puissance incontestable. Je ne voyais pas l’intérêt de tout cela, un être comme celui que je pensais être avait tout pour lui, et tout lui était dû. Cette nuit-là, tu m’as donné la seule belle chose qu’un humain ait pu me donner. C’était une récompense incomparable au reste, pourtant elle ne pouvait être plus imméritée, je venais de commettre une atrocité indigne d’une existence sur terre, même des plus mauvaises.

Je ne sais quel feu m’a poussé à faire de telles choses. J’avais tellement banalisé le mal, l’humiliation, la torture et la mort que je n’avais plus conscience de quoi que ce soit. J’étais un enfant sauvage, un monstre jeté dans une société qui n’était pas prête à cela. Je n’étais majeur que de quelques années et je méritais déjà une corde au cou, plusieurs même. Les hommes s’entretuaient et avaient d’autres préoccupations qu’un tueur fou se baladant à travers les étendues du monde.

La misère envahissait la rue et j’avais encore un certain goût pour le luxe qu’entretenait mes aïeuls avant moi. Il me regardait avec une pitié misérable et pourtant me haïssait. Je lisais dans son regard que je le dégoûtais, mon existence même était une nuisance à la sienne. Ma richesse n’était qu’apparence, je ne vivais de rien. Je n’avais même pas besoin de quoi que ce soit, je pillais à mesure de mes périples sans jamais rien emporter avec moi. Une fois, deux fois, il insistait, bien sûr qu’il insistait, son visage était creusé et son fils pleurait dans les bras de sa mère sur ce vieux tapis au coin de la rue, leur seul refuge.

Je le repoussais mais la faim l’aidait à garder l’espoir. L’affaire avait été réglée en un geste. Il crachait du sang, plié en deux sur le sol. Il ne m’avait rien fait, pourtant sa punition me semblait juste. Et je ne comptais pas m’arrêter là. Son fils, âgé de quelques années seulement, fut étranglé par un second mouvement de baguette. Les sanglots de sa mère s’amplifiaient à mesure que je m’approchais et que l’étau se refermait.

Ils n’étaient rien d’autres que de pauvres humains sans défense, comme tant d’autres. Seulement, je ne connaissais pas une de leur force. Alors que je le pensais hors d’état de nuire, le père se jeta sur moi, de dos. Ma fidèle arme m’échappe des mains et je me faisais alors marteler par des coups de poing d’une violence que je n’avais pas encore connue. Pour protéger sa famille, l’homme était prêt à me tuer sur place. J’étais incapable de faire quoi que ce soit avant que ce père de famille ne relâche la pression qu’il exerçait sur mon corps. D’une poussée sur mes jambes, je m’élançais un peu plus loin pour atteindre ma baguette.

L’homme s’était écroulé sur moi. Je le repoussais avec dégoût. Sa femme avait compris, son fils pas encore. Je ne les ai jamais revu.

La suite, tu la connais déjà trop bien. Je n’ai fait que créer un homme qui n’existait pas pour avoir grâce à tes yeux.

Je n’existe pas.

Tout cela n’était que mensonges et encore une fois, je m’exerce un talent dont je n’ai pas de quoi être fier. Je brise une personne. A la différence que pour la première fois, j’éprouve un regret sans égal.

Tu ne me reverras pas. Jamais. Je m’en vais. Si j’en avais la force, je me tuerais de te faire cela. A croire que la vie ne m’a pas été donnée pour cela.
Je tacherai de faire honneur à tout le bonheur que tu m’as donné pendant ces années à tes côtés. Le phénix que tu es a déteint sur le vautour décrépi que j’étais. Je suis un homme nouveau, grâce à toi.

Un jour, peut-être pas demain, ni celui d’après, j’espère être capable de faire les choses justes, comme toi. Je m’engage d’un serment sincère à ne jamais reproduire tout cela. Je n’en ai de toute manière plus goût.

Je n’ai plus goût que du partir. »



Candidature au poste de professeur
Matière enseignée :Métamorphoses
RP de test
Afin de nous assurer de la qualité de notre corps enseignant, nous vous demandons de nous montrer vos capacités dans un RP de test. Cela peut-être un entretien d'embauche, ou un exemple de cours.
Malgré son âge avancé, l’aspirant professeur se tenait étonnamment droit, le menton haut et fier. Pour tout dire, il serait compliqué de lui trouver la moindre sympathie. Son regard était empli d’une noirceur qui glacerait l’échine de quiconque subissant son ire. Si sa posture était si élégante et digne, on remarquait toutefois qu’il tenait une canne noire dans sa main, servant sans le moindre doute à combler les défauts de l’âge. Dans cette robe d’un noir pur, sa peau ressortait d’une blancheur digne de l’albâtre des tombeaux, effrayant personnage. Pour autant, son agonie apparente ne lui ôtait pas une sorte de confiance qui émanait de tout son être, comme une aura de connaissance lui assurant une assise à envier.

Il s’agaçait. A aucun moment il ne parvenait à tenir en place, cette gêne d’être ici se percevait avec une facilité déconcertante, il est malin, il savait ce qu’il faisait et le malaise qu’il créait. Ca l’ennuyait profondément d’être ici, comme si on doutait de ses compétences, comme s’il devait être traité comme le premier venu. S’il est resté le plus possible dans l’ombre tout au long de sa vie, il savait tout de même que son nom est connu, au moins pour toutes les rumeurs qu’il crée. Pourtant, il était traité comme l’égal de tout jeune professeur n’ayant jamais exercé. Cela dit, à ce que l’on sache, cet Aristarkh n’a jamais utilisé son talent et ses connaissances dans un but pédagogique.

« Peut-on enfin commencer ? » lâcha-t’il d’une voix volontairement fatiguée.

En face de lui, dans l’obscurité, les juges de ses compétences à entrer à Poudlard en tant que professeur ne répondirent rien. Des bruits de plume grattant le papier se faisaient entendre depuis un bon moment, c’en était trop pour Aristarkh qui prit la parole avec la volonté affirmée de vouloir en finir rapidement.

« Pensez-vous réellement qu’un entretien suffit à déterminer si, oui ou non, je suis capable d’obtenir ce poste de professeur de métamorphoses ? Si c’est le cas, je m’attriste de votre naïveté. Je ne suis pas ici pour vous offrir du spectacle, ma baguette restera bien froide aujourd’hui, si je me présente à vous aujourd’hui ce n’est pas pour quelques tours pour vous en mettre plein la vue. » Dans un anglais précis et avec un accent plus que léger, Aristarkh s’exprimait non pas comme s’il était face à des examinateurs mais déjà comme à des futurs collègues, quoiqu’avec un respect approximatif.

Ses doigts cognaient déjà sur le bout de sa canne depuis quelques minutes et le mutisme de ses interlocuteurs l’agaçaient réellement. Il en avait vraiment fallu beaucoup pour qu’Aristarkh se présente ce jour là à Poudlard pour obtenir un poste d’enseignant.

« Ce poste ne m’apportera ni gloire, ni réputation. Votre argent m’indiffère et je dois avouer n’avoir que peu faire d’être lié à Poudlard. Si ma condition me le permettait, je serais sans doute encore sur les chemins du monde, à faire ce que certains ici n’ont jamais fait. Malheureusement, mon expérience me coûte bien plus que je l’espérais. Je n’attends que peu de choses de vous, laissez-moi enseigner et je ferai de vos élèves de bien meilleurs sorciers. En échange de cela, je n’attends qu’un peu de divertissement que m’offrirait l’opportunité d’enseigner. De plus, ne nous cachons pas la vérité, il me semble compliqué pour vous d’attirer les meilleurs éléments vu les événements récents, je me trompe ? »

Frôlant les limites de l’arrogance, le vieillard tentait de faire réagir son auditoire bien muet depuis les longues minutes depuis son arrivée. Après tout, cela ne le dérangeait pas, on l’écoutait, c’était peut-être le plus important.

« Je ne suis sans doute pas le professeur le plus obéissant que vous pourrez trouver sur Terre, je ne vous le cache pas, il sera difficile, impossible que dis-je, de dompter un homme de mon âge. Pour autant, je doute que vous ayez un autre profil avant tant d’expérience que j’en ai. De plus, ma connaissance du monde peut apporter, sans nul doute, des options que n’avaient pas vos élèves autrefois. Et puis, ne nous voilons pas la face, je ne vous resterai pas dans les pieds pour longtemps. »

Sur cette touche de cynisme, Aristarkh décidait de mettre un terme à cet entretien à sens unique. Appuyé sur sa canne, il se leva de sa chaise et se dirigea vers la sortie. De sa main grisâtre et veineuse, il ouvrit la porte avant de se retourner une dernière fois vers ce jury obscure.

« Merci à vous. Vous savez sans nul doute comment me joindre. » s’exclama t’il non sans une pointe d’ironie avant de disparaitre dans les couloirs de Poudlard.  


Qui êtes-vous hors du jeu ?
Prénom ou pseudo : Nondydiou
Age : 21 ans
Célébrité sur votre avatar : Christopher Lee
Comment avez-vous trouvé le forum ? : Ragoût.
Avez-vous lu le topic dédié aux nouveaux joueurs (ici) ? Oui

Signature du règlement
Pour connaître les règles du forum, pour les respecter et ainsi pour vous garantir une bonne expérience de jeu avec nous, nous vous demandons de lire le règlement en suivant ce lien et d'inscrire ici votre engagement à le suivre.
Je m'engage à suivre le règlement de MMHP et à accepter les conséquences qui résulteront du non-respect de ce dernier, s'il y a lieu. J'inscrirai ici mon pseudo pour prouver cet engagement :
Aristarkh Merejkovski


Dernière édition par Aristarkh Merejkovski le Dim 6 Nov 2016 - 14:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harmony K. Sharen
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 08/06/2015
Parchemins : 617
Points d'activité : 183
Avatar : Dakota Fanning
Crédits : Lil Day (Bazzart)
Multicomptes : Rupert Wenlock-Larkin
Image :
Âge : 15 ans - 5 mars 1982
Année : 5 ème
Métier : Préfète de Serpentard - Travaille l'été à l'Animalerie magique
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 36 - 46 - 56
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Jeu 3 Nov 2016 - 23:08

FIRST



Hiboux
If I told you that a flower
BLOOMED IN A DARK ROOM
would you trust it ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18344-harmony-k-sharen
Aristarkh Merejkovski
Tell me who you are...
Date d'inscription : 22/10/2016
Parchemins : 4
Points d'activité : 59
Multicomptes : Anastasiya Styrbjörn
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Jeu 3 Nov 2016 - 23:18

Groupie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Ven 4 Nov 2016 - 10:15

Haaaaa j'ai hâte de te voir jouer, j'aime beaucoup ta fiche !

(& cette citation )
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Swan
Serdaigle
Tell me who you are...
Date d'inscription : 01/08/2016
Parchemins : 120
Points d'activité : 206
Avatar : Dylan O'brien
Multicomptes : L'Abraxan McRaven !
Âge : 16 ans.
Année : Sixième année.
Cursus : Même s'il n'a pas encore l'âge d'entrer à Haveirson, il est sûr de ses choix et veut suivre un cursus d'Auror.
Métier : Compte devenir Auror. Ou politicien...ou les deux !
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37- 47 - 57
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Ven 4 Nov 2016 - 11:31

Rebienvenue . Hâte de commencer les nouveaux cours de métamorphose .
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21108-aaron-swan-presentation
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Sam 5 Nov 2016 - 0:43


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Sam 5 Nov 2016 - 10:44

Aris a écrit:
ou encore – d’être le père de Joseph Staline.

Moi rien que pour ça, je vote oui.

Rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Sam 5 Nov 2016 - 15:03

Oh God ce perso. Par Morrigan, Cernunnos et Hécate, je veux un lien !

Bienvenue en tout cas, j'ai hâte de te croiser en RP !
Revenir en haut Aller en bas
Charlie K. Grant
Serpentard
Tell me who you are...
Date d'inscription : 25/10/2015
Parchemins : 525
Points d'activité : 160
Avatar : Sky Ferreira
Crédits : Hopie, déesse suprême ♥
Multicomptes : Oly la pas jolie
Image :
Âge : 17 ans
Année : 7ème année
Situation financière :
  • ★★★★☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37 - 47 - 57
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Sam 5 Nov 2016 - 15:57

RE-BIENVENUE ANA
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t19189-charlie-k-grant-9644-fiche-term
Marina Y. Tsvetnova
Tell me who you are...
Date d'inscription : 23/10/2016
Parchemins : 50
Points d'activité : 99
Avatar : Olga Kurylenko
Crédits : Mellow Bird
Multicomptes : Lilianor A. Zyskowski / Zahara J. Elmandjra
Situation financière :
  • ★☆☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 37 - 47 - 57
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Sam 5 Nov 2016 - 15:59

Un autre Sibérien ! Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21644-marina-y-tsvetnova-winter-is-co
Dean Watkins
Confrérie Abraxans
Tell me who you are...
Date d'inscription : 04/06/2015
Parchemins : 764
Points d'activité : 139
Avatar : Ryan Gosling
Crédits : Ama
Multicomptes : Phineas A. Beurk
Image :
Âge : 21 ans
Année : 2ème année à Haveirson
Cursus : Spécialiste en métamorphose
Situation financière :
  • ★★★☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 30 - 40 - 50
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Sam 5 Nov 2016 - 17:03

Quel perso Je veux un lien, entre passionnés de Métamorphose on se comprend

Rebienvenue en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18314-dean-watkins
Leo Buchanan
Confrérie Phénix
Tell me who you are...
Date d'inscription : 29/07/2007
Parchemins : 449
Points d'activité : 219
Avatar : Liam Hemsworth
Multicomptes : Megan O'neill - Malkiél Taylor
Âge : Je suis né le 31 Octobre 1978, j'ai donc 18 ans.
Année : Je suis en première année à Haveirson
Cursus : j'étudie la Vétérimagie, histoire de dire que je fais quelque chose de ma vie.
Situation financière :
  • ★★★★☆

MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Dim 6 Nov 2016 - 14:51

Re bienvenu
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t20783-leo-buchanan?highlight=leo+buch
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Dim 6 Nov 2016 - 15:26

Rebienvenue ! Ce nouveau perso est vraiment génial, j'ai hâte de te lire le jouer ! Les Poudlardiens n'ont qu'à bien se tenir
Revenir en haut Aller en bas
Ethan N. Johnson
Confrérie Phénix
Tell me who you are...
Date d'inscription : 11/09/2016
Parchemins : 39
Points d'activité : 29
Avatar : Alex Pettyfer
Âge : 18 yo
Cursus : Mêtiers du sport
Métier : Coach, enseignant ou joueur, il hésite encore..
Situation financière :
  • ★★★★☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 50 - 50 - 50
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Dim 6 Nov 2016 - 15:27

CHRISTOPHER

C bo, rebienvenue, j'ai hâte de voir ce que ça va donner
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21365-ethan-n-johnson-invictus-maneo
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Dim 6 Nov 2016 - 16:01

Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: ARISTARKH MEREJKOVSKI - My empire of dirt   Aujourd'hui à 7:16

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

MMHP :: Bienvenue :: La Cérémonie de Répartition :: Répartition des adultes et professeurs :: Fiches validées - Adultes et professeurs-