anipassion.com
 

 Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Joon Park
Gryffondor
Tell me who you are...
Date d'inscription : 19/07/2016
Parchemins : 191
Points d'activité : 360
Avatar : Park Chanyeol
Multicomptes : Hades Farmest
Image :
Âge : 15 ans
Année : Cinquième Année
Métier : Étudiant à Poudlard
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Mar 15 Nov 2016 - 22:32

HRP:
 

There nothing gay about this !


La journée de Joon s'était plutôt bien passer, et ce, malgré toutes ses merdes qui semblait lui tomber dessus depuis un certain temps. Pour une fois, il n'avait séché aucun cours et s'était présenter a chacun d'eux a l'heure, ce qui avait surpris plusieurs enseignants et élèves, car ce lion était loin d'être connu pour faire preuve de présence en cours, 2 cours par jours avais d'ailleurs été un record jusqu'à aujourd'hui. Ce qui était encore plus surprenant était qu'il semblait s'être intéressé a ce que les professeurs disaient alors qu'en temps normal, il n'écoutait que d'une oreille et ignorait les directives de ceux-ci avec un affront qui faisait grincer des dents plusieurs d'entre eux. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, il avait été un bon garçon.


Ce fut plutôt dans l'après-midi que l'ambiance de sa journée bascula. Dernier cours de la journée passer, qui était celui des soins au créatures magique, il s'était dirigé en sifflotant vers l'entrée de Poudlard pour ensuite se retrouver dans le Hall. Hall où il croisa nul autre que Feliks, alias le mec que Joon voulait dévorer. D'ailleurs, sa relation avec lui s'était améliorer, contrairement au début de l'année ou Feliks semblait être un peu énervé par lui. Énervement qu'il comprenait, car Joon ne lui avait donné aucun signe de vie depuis cette nuit fatidique où il s'était cassé de Poudlard, aucune lettre, aucune nouvelle, rien du tout. Lors de la rentrer, il y avait Meolian aussi, avec qui il avait passé toute ses journée, lui faisant oublier un peu ses potes. Mais maintenant tout semblait régler ou du moins en partie. Si Feliks était toujours en colère, il cachait bien son jeu.


M’enfin, on ne passait pas ses soirées avec un mec qu'on boudait si ? Et du coup, celui-ci avait même accepté de lui donner des cours de danse. Oui mesdames et messieurs, des cours de danse. Même s'il ne l'avourait jamais publiquement, Joon avait deux pieds gauche et ses mouvements laissais a désiré... À l'idée qu'un bal de noël serais surement mis en place avant les vacances comme a chaque année, Joon voulais être prêt cette fois-ci et ses pas de danse style ghetto ne ferais pas l'affaire. Alors ses comme ça, que le jeune Coréen fini par marcher su sa fierté et supplier Feliks de lui apprendre quelque pas de danses un peu plus sophistiqué que les siens. Le Slave avait fini par flancher sous ses yeux de chatons maltraités et avais accepter. Alors tous les soirs, ils s'étaient donnés rendez-vous dans des endroits tous plus discrets les uns que les autres et avais danser.


Les premières fois avaient été un désastre, Joon n'était pas la personne la plus coordonner dans ses mouvements, et a plusieurs reprises, il avait marché sur les pieds de son partenaire ou encore fait trébucher. Il était même surpris que le serdy n'est pas laisser tomber. Lui n'aurait jamais su faire preuve de cette patience légendaire qu'avait démontrée Felilks. Mais Joon s'était amélioré, il s'était pratiqué jours et nuit comme un forcenée sans s'arrêter et maintenant, il était une vraie fée de la valse et il était prêt a briller tel des glitter sur le fessier d'une licorne. OH QUE OUI !


Joon commençais d'ailleurs à s'exciter tel un chiot, et sans réfléchir, il se lança sur Feliks et agrippa le plus petit de force. Il comptait bien lui montrer qui allait être le roi de la piste de danse. Ses donc un Joon hyperactif qui faisait tournoyer le plus petit tel une princesse en chantant, faussement, une mélodie inconnu. Si Feliks avait résisté au début, Joon l'ignoras comme un champion, et même qu'a quelque reprise, il se prit a frôler son petit derrière de cette main qui entourait la taille fine de son ami, par accident bien sûr... Pour le final, Joon donna tout ce qu'il avait et dans un geste soudain, il le fit pivoter une dernière fois pour ensuite le coller a lui en lui agrippant la jambe gauche qu'il accrocha autour de sa taille et colla son front au siens, ses yeux plonger dans ce ciel bleue qu'était ceux de Feliks. C'est avec une voix rauque et un sourire séducteur accrocher aux lèvres ainsi qu'un mouvement suggestif des sourcils, qu'il s'adressa a Feliks...

    « Alors, Karkaroff qu'est ce que tu en dit ?. »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t20988-joon-park-quand-le-frangin-deba
Féliks Karkaroff
Tell me who you are...
Date d'inscription : 14/10/2016
Parchemins : 47
Points d'activité : 180
Avatar : Troye Sivan
Multicomptes : William T. Sharen
Image :
Âge : 15 ans depuis le 22 Mai 1982. Dernier-né de la famille Karkaroff sous le signe du Gémeaux.
Année : 5eme année à la rentrée 1997
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Mer 16 Nov 2016 - 2:43

Novembre 1997
Code by Neon Demon

HRP:
 

Fièrement posté dans le hall, Feliks s'attardait une fois de plus devant l'imposant panneau d'affichage. Lieu dédié aux partages et à la documentation. Autrement dit, l'emplacement idéal pour relancer les activités du Club de Duel dont il avait eu la charge, non sans le soutien et l'encouragement d'une tierce personne. Une brève pensée à l'égard de cette amie fidèle lui arracha un fin sourire des plus attendrissants. Soigneux dans ses mouvements légèrement maniérés, il s'attelait silencieusement au bon affichage des nouveautés administratives de ce fameux club. Tout devait être par-fait. Jamais il n'aurait pensé qu'une telle responsabilité placée sur ses épaules gonflerait autant son cœur enchaîné. Feliks flottait sur un petit nuage depuis l'officialisation de ce rôle. Rien, n'aurait pu bousculer cette plénitude dans laquelle il s'agitait énergiquement.

Joon fit alors son entrée, plus joyeux encore qu'il n'avait pris l'habitude de le voir. Du même sourire candide toujours collé aux lèvres, il l’accueillit volontiers à ses côtés, s’attendant sans l'ombre d'un doute à l'ouverture d'une conversation cordiale. Leur relation s'était indéniablement améliorée durant les dernières semaines. Depuis que Méolian ne traînait plus dans les pattes de Joon pour être franc et même si une certaine rancune face au comportement couard de l'asiatique ne cessait de le pousser à se méfier, Feliks s'était aisément laissé amadoué face aux nombreuses insistances du Gryffondor à vouloir apprendre l'art subtil de la danse. Si la démarche était assez inattendue de sa part, il avait fini par accepter de lui enseigner ce qu'il savait sur le sujet. Après tout, transmettre ses maigres connaissances était une chose qu'il ne se lassait jamais d'accomplir. Prétextant être uniquement intéressé par un besoin irrésistible de dispenser ses connaissances, Feliks s'était donc retrouvé à partager des moments pour le moins intimes avec Joon... S'il avait su que ces cours particuliers le mèneraient à cette scène fatidique, nul doute que le Serdaigle aurait réfléchi à deux fois avant d'accepter de lui accorder autant de son attention... Et bien plus encore.

Joon l'attira soudainement à lui pour il ne savait quelle raison, jusqu'à comprendre qu'il tenait en réalité à lui faire une démonstration de ses progrès fulgurants. Totalement contre un tel excès d'ardeur, Feliks tenta rapidement de calmer le jeu en se dégageant de son emprise mais, fut bien vite rattrapé et accablé par la force de son compagnon. Vulgaire pantin entre les mains de son marionnettiste, il se laissait bercer à droite, puis à gauche, tournant quand il le devait, sentant les mains parfois baladeuses de Joon glisser contre lui. Feliks en devenait de plus en plus mal à l'aise, de plus en plus angoissé. Car ils n'étaient pas seuls. Ils étaient dans le Hall... Et ce détail, peut-être insignifiant au yeux du Gryffondor, faisait toute la différence quant à la manière dont Feliks réagirait face à cette danse pourtant parfaitement maîtrisée, qui aurait reçu toutes ses félicitations en d'autres circonstances. Ainsi donc, le mouvement final tomba. Plus majestueux que le reste de la valse et d'autant plus terrifiant de part la proximité qu'il créait entre eux. A présent collé à Joon, son souffle paniqué s'entremêlant par expirations succinctes à celles de rouge et Or, Feliks osait à peine bouger d'un cil. « J-...Je » Des bégaiements mal assurés, c'était tout ce qu'il était capable de produire sur l'instant, dans cette inconfortable position plus qu'explicite engendrée par la folie furieuse de son ami. Là en public, son visage au teint écrevisse à quelques centimètres à peine de celui de Joon... C'était un cauchemar et Feliks allait se réveiller... Ça ne pouvait pas être réel.

Totalement démuni face à ce retournement de situation qui devait en faire rire plus d'un, Feliks se retrouvait dans l'incapacité de se mouvoir à sa guise. Si son corps semblait bel et bien avoir été pétrifié par un basilic, son esprit lui, était plus alerte que jamais. Joon avait par ailleurs cet honneur d'être aux premières loges pour observer son regard clair et affolé vibrer sous l'égarement. Le repousser était la première chose que son instinct lui intimait de faire. Pourtant, il ne s'exécuta pas. Réagir aussi prestement et excessivement risquerait de briser d'un coup sec tout ce qu'il avait pu construire. En rire ? Feliks ne se sentait pas de rigoler... Jouer la comédie n'était plus dans ses cordes depuis bien longtemps. Mais ne rien faire... Ne rien faire, restait la pire des options et plus Feliks retournait les pauvres possibilités dans son esprit torturé et plus le temps s'écoulait. Et plus les chuchotements, autrefois simples hypothèses, deviendraient réalité. Les deux mains parfaitement campées sur chacune de ses clavicules, il regroupa ses maigres forces pour pousser violemment Joon et ainsi se libérer de son emprise. Les deux pieds à terre et d'une expiration indignée, il s'exprima à son tour : « Lâche-moi ! Qu'est-ce qui te prend ?! »

Il était pourtant évident qu'un tel rapprochement éveillerait des soupçons. Personne ne pouvait l'ignorer, pas même Joon et son esprit dissipé. Ou peut-être était-ce Feliks et sa paranoïa légendaire qui le forçait à voir le mal partout et ce, quelle que soit la situation ? Il n'en savait rien, mais une fois encore, recula d'un pas craintif. Totalement apeuré par ce qui venait de se produire sans qu'il ne puisse réellement l'anticiper, il se retrouvait à nouveau totalement sans défense. Pourquoi les gens avaient-ils tous autant de facilité à faire tomber sa couverture... ? Feliks ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Il n'avait fait que provoquer cet incident malheureux à force de côtoyer Joon, à l'abri des regards indiscrets. Quant à la confiance qu'il portait au principal concerné, elle se brisa silencieusement à mesure où son corps se détachait de celui du rouge et or. Peut-être que son ami était prêt à s'afficher de la sorte devant tout Poudlard mais, Feliks lui, n'était pas prêt et ne le serait sans doute jamais. Il ne pouvait pas prendre le risque de laisser une telle chose arriver. Les mains rabattues contre son torse et animées de légères secousses, véritable barrière contre la menace que représentait à présent Joon, il marqua un nouveau temps d'arrêt avant de glisser ses prunelles dans celles de l'individu face à lui. « Ne me touche plus jamais... » pestiféra-t-il d'une voix resserrée au travers d'un murmure que seul Joon aurait pu percevoir compte tenu de la courte distance qui les séparait encore. Simple mise en garde, plus qu'une réelle menace, Feliks s’efforçait de soutenir le regard de Joon pour ne laisser transparaître qu'une seule de ses émotions, son amertume. Leur pseudo relation devait prendre fin avant que les choses ne s'enveniment pour de bon et que la situation n'échappe totalement à son contrôle. Même... S'il était peut-être trop tard pour ça.


Dernière édition par Féliks Karkaroff le Mer 16 Nov 2016 - 12:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21602-feliks-karkaroff-i-have-so-many
Invité
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Mer 16 Nov 2016 - 9:16

You are my strength, but also my weakness

Le mois de novembre était à présent bien entamé. Les jours s'écoulaient plus ou moins paisiblement, rythmés par ses obligations de préfète et par les innombrables questions qu'elle se posait sur les sombrals qu'elle avait vu et ces impressions étranges qu'elle ressentait parfois et qu'elle tentait, du mieux qu'elle le pouvait, d'oublier. Aussi, son anniversaire arriverait bientôt : plus que quelques jours et elle aurait enfin seize ans ! Cela lui mettait un peu de baume au coeur, mais toutefois pas assez pour pouvoir être réellement enthousiasmée. Mais pour tous les élèves de Poudlard, elle affichait toujours son air sûr et orgueilleux - et menaçant, aussi, surtout - afin de montrer à tous qu'elle n'était absolument pas le genre de personne à rigoler pour rien ou à passer les caprices de tout le monde, au contraire. Elle descendit alors bien vite les escaliers, tandis qu'elle avait décidé de faire un tour dans le château.

Et de là où elle était, alors qu'elle surplombait le Hall de Poudlard, elle se stoppa nette. Elle perdit bien vite sa bonne humeur ainsi que son sourire, tandis qu'elle observait une scène des plus étranges ; inattendue et particulièrement... intime. Féliks se trouvait là, dans le Hall de Poudlard et il n'était pas seul. Joon Park était là également. Mais tandis que cela n'aurait pas dû être quelque chose d'assez atypique pour qu'elle s'y attarde, la scène qui se déroulait sous ses yeux l'empêcha d'avancer. Elle resta là, figée à trois marches du Hall, alors qu'elle pouvait observer les deux garçons danser une valse tendre en plein coeur de l'école. La jeune préfète dû cligner deux fois des paupières, afin d'être réellement certaine de ce qu'elle voyait, mais... elle n'était pas entrain de rêver. Ils dansaient. Ensemble. Proches. Intimes. Sans un mot et même sans la moindre réaction, elle avait assisté à toute la scène, parfaitement incapable de réagir. Elle avait tout vu, et il lui fallut de longues minutes avant de pouvoir reprendre possession de son petit corps.

Tout doucement, silencieuse, Astoria recula alors, avant même que Féliks et Joon ne s'aperçoivent de sa présence - ou du moins l'espérait-elle. Elle remonta doucement quelques marches, afin de ne pas pouvoir être vue depuis le Hall de l'école, et elle se colla contre un mur, choquée de ce qu'elle venait de voir. Complètement perdue, elle regardait fixement le mur qui se trouvait en face d'elle sans même réellement le voir, le teint blême et la respiration erratique. Voir Féliks ainsi ne l'avait pas seulement choquée ; en fait, elle avait mal. Et le pire était certainement qu'elle ne parvenait pas à en comprendre la raison. Sans doute était-ce dû au choc de le voir dans une position si lascive en compagnie de Joon Park ? Oui. C'était fort probable. Ou peut-être y avait-il autre chose. Elle avait du mal à respirer ; son buste se soulevait beaucoup trop vite et beaucoup trop fort pour que cela soit naturel. Elle paniquait un peu. Et, adossée contre la pierre, elle tentait de se calmer, de récupérer une respiration normale, plus régulière. Mais cela semblait peine perdue.

Elle haleta un petit peu, comme lorsque l'on a un gros chagrin, et elle eut envie de se donner des claques alors qu'elle sentait presque des larmes perler au coin de ses yeux. Non. Elle ne pleurerait pas. Il en était hors de question. Pour personne. Astoria fixa alors le plafond et battit des cils plus que de raison afin d'empêcher les traitresses de glisser sur ses joues pâles. Cela sembla fonctionner, car elle parvint finalement à ravaler ses larmes. Tristement. Douloureusement. Mais au moins personne ne la verrait pleurer, encore moins Féliks que tout les autres. Car elle avait de la peine, et pire encore elle se sentait atrocement trahie. Depuis combien de temps lui cachait-il cela ? Depuis combien de jours ou de semaines lui mentait-il sur sa relation avec Joon Park ? Et voilà qu'il acceptait de s'afficher ainsi, dans le Hall de l'école, alors qu'il n'avait même pas daigné lui en toucher un mot ? C'était tout simplement impossible, absurde, même ! Comment avait-il pu ?

C'était impossible. Il ne pouvait pas avoir décemment accepté de lui faire ça. Mais pourtant... tout laissait croire que si. Et elle avait beau tourner et retourner les choses dans sa tête dans tous les sens possibles, elle en arrivait à la même conclusion à chaque fois. Car cette valse, aux vues de leur façon de danser, n'était de toute évidence pas la première qu'ils partageaient. Mais bientôt deux jeunes élèves appartenant à la maison de Rowena Serdaigle descendirent à leur tour. Oubliant ses interrogations pour quelques minutes, Astoria attrapa l'un des deux par l'épaule. « Remontez. Immédiatement », prononça-t-elle d'une voix ferme et catégorique. Ses paroles étaient sans appel. Un peu paniqués, les petits Serdaigles se stoppèrent immédiatement et la regardèrent, réellement intimidés par la voix froide et sèche d'Astoria. « Mais on a cours de Potion avec le professeur Slughorn et... », tentèrent-ils de lui dire. Mais l'air peu avenant d'Astoria les arrêta immédiatement dans leur élan, et ils remontèrent aussi vite que leurs petites jambes le leur permettaient. Soulagée, Astoria s'appuya de nouveau contre le mur et ferma un instant les yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Toma Pigro
Tell me who you are...
Date d'inscription : 23/10/2016
Parchemins : 34
Points d'activité : 143
Avatar : Graham Phillips
Multicomptes : Mélina Saule
Âge : 15
Année : 5ème année
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Mer 16 Nov 2016 - 23:13

Pas matinal pour deux galions, Toma s’était pourtant levé de bonne heure. Un exploit qu’il voulait fêter en réveillant Féliks juste pour l’embêter. Il ne pensait pas qu’en sautant sur le lit de son camarade il allait se retrouver sur un matelas vide de tout être vivant. Déçu de ne pas pouvoir se venger de celui qui l’incitait à aller en cours, il partit se préparer à la hâte histoire de profiter pour la première fois depuis son arrivée au château, des couloirs vides de tout individu.

Sifflotant en direction du rez-de-chaussée, il croisa deux serdaigles qui remontaient vers la salle commune en pestant et parlant d’une griffondor qui selon leur propos était acariâtre. Curieux d’en savoir plus sur la cause de leur énervement, il les arrêta dans le couloir et leur demanda les raisons qui les poussaient à revenir à leur point de départ. Escalier du hall d’entrée, griffondor désagréable… il n’en fallait pas plus. Les yeux à présent grand ouvert, il remercia les jeunes d’un signe de main et parti en courant en direction du hall. Un sourire arbora son visage. Pas de doute, il y avait de l’agitation en bas et il était hors de question qu’il loupe ça.
Du haut des escaliers, il ne vit que l’inséparable de Féliks. Là où l’un de ces deux-là traine, l’autre n’est généralement pas très loin. Passant sa main dans les cheveux histoire de s’assurer de ne pas être trop décoiffé après sa course, il reprit son souffle et observa la rouge et or collé à un mur. Mains dans les poches, il s’approcha d’elle. Une fois à sa hauteur, il se pencha légèrement pour placer sa tête à quelques centimètres de celle d’Astoria et arqua un sourcil. Elle avait les yeux fermés et semblait au bout de sa vie.

Tu essayes de traverser le mur ? Faudrait que tu te détendes un peu tu as l’air au bout de ta vie tu sais

Il se gratta la tête réellement inquiet pour la rouge et or. Sa réflexion semblait avoir eu son effet puisqu’elle avait ouvert les yeux. Regardant à droite et à gauche, il ne repérait pas l’autre inséparable. Etrange. Toujours en train de se gratter au-dessus de la tempe, il interrogea une nouvelle fois la miss.

Il est où ton partenaire ? 

Sur ces derniers mots, le déclic, non. L’illumination se fit. Si Astoria était dans cet état, c’est que ça devait concerner Féliks. Oui, Féliks Karkaroff avait sans doute fait une connerie. Laissant cette première, l’italien descendit au pas de course quelques marches de l’escalier. A priori, cela devait se passer un peu plus bas. Effectivement, la surprise fut de taille. Lui qui s’attendait de voir  uniquement l’autre serdaigle ne pensait pas le trouver dans les bras de son ami Joon. La bouche entre ouverte, l’italien était loin de se douter que ces deux-là étaient aussi complices. Enfin complice… intimes oui ! Hébété par une telle révélation, il s’assit silencieusement sur les marches, toujours les mains dans les poches. Ne sachant que dire ou que faire, il mit quelques secondes avant de tourner son buste vers Astoria et de lui faire un signe de tête pour qu’elle vienne le rejoindre. Après tout, le spectacle était plus visible ici. 

Fixant à nouveau vers le hall et plus particulièrement sur le petit couple, il regrettait qu’une seule chose : ne pas avoir un appareil photo pour immortaliser ce moment. Pensaient-ils réellement être seuls au monde ? En tout cas, ils n’allaient pas tarder à se rendre compte que ce n’était pas le cas. Des bruits de pas lointains se rapprochaient peu à peu. 
Il secoua sa tête dans tous les sens pour se ressaisir. Après le choc mental, la bêtise de l’adolescence prima. Toma frappa dans ses mains depuis sa marche d’escalier et clama suffisamment fort pour que les deux danseurs de couloirs l’entendent :

On veut voir le bisouuuuu!!!! Il est où le bisouuuu?!

Songeant ainsi, attiser la curiosité des quelques élèves qui commençaient à arpenter les couloirs du château et de ce fait venger Astoria et lui de ne pas avoir été informé du lien qu'unissaient le bleu et le rouge. En général on dit que la vengeance est un plat qui se mange froid, et bien là, Toma allait la savourer bien chaude.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21642-toma-pigro-le-stelle-sono-un-ar
Joon Park
Gryffondor
Tell me who you are...
Date d'inscription : 19/07/2016
Parchemins : 191
Points d'activité : 360
Avatar : Park Chanyeol
Multicomptes : Hades Farmest
Image :
Âge : 15 ans
Année : Cinquième Année
Métier : Étudiant à Poudlard
Situation financière :
  • ★★★★★


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 40 - 50 - 60
MessageSujet: Re: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Mer 16 Nov 2016 - 23:38

HRP:
 

There nothing gay about this !


Joon pouvait être très compréhensif et tolérant avec les personnes qu'il aimait, mais parfois, comme dans le moment présent, il en était incapable, surtout lorsqu'il était blessé. Et c'est ce que Feliks venait de faire. Certes, il comprenait la gêne de Feliks, surtout lorsqu'il s'agissait de son homosexualité, mais ce genre de comportement violent qu'il venait de fair preuve a l'encontre de Joon, ça, il ne comprendrait jamais. Il ne méritait pas de, c'être fait rejeter et parler de la sorte, surtout pour quelque chose d'aussi stupide. Il n'avait fait que danser un point c'est tout et Feliks agissait comme s'il l'avait plaqué au mur et rouler une pelle devant tout le monde ou pire crier a qui voulais bien l'entendre que le jeune Karkaroff aimais les hommes.


Alors autant dire que le moral de Joon était a plat, dire que sa journée avait si bien commencé, fallait que ce joli con viennent tout gâcher avec sa paranoïa. Ce que Joon avait fait, il l'aurait fait avec n'importe quel de ses potes, certes l'homosexualité n'était toujours pas bien accepter en Corée, mais restait qu'il n'avait rien de mal de faire preuve de tendresse envers ses amis, tant que cela ne dépassait pas les bornes. Mais fallait croire que Feliks n'était pas au courant de ce qu'était déconner avec des potes ou déconner tout court. Joon l'appréciait, mais contrairement au jeune asiatique le serdy était un vraie coincé du cul quand il s'y mettait.


Pourtant, Joon l'avait toujours accepter comme il était sans jamais n'en faire un cas, alors pourquoi ne pouvait-il pas faire la même chose pour sa stupidité. Après ses années d'amitiés, Feliks savait très bien que Joon ne réfléchissait jamais avant d'agir alors il aurait pu être beaucoup plus compréhensif, au lieu de le rejeter de la sorte et de l'humilier publiquement. Car oui notre le lion se sentait humilier et blesser. En temps normal, il aurait fait comme si de rien n'était et se serais excuser à son ami ainsi que peut être prendre sa défense si quelqu'un avait le malheur de dire quoi que ce soit de dégueulasse à son encontre. Mais là, maintenant, il n'en avait pas envis, qu'il se démerde tout seul avec son insécurité de noise. Il n'avait pas à s'excuser.


Jon se contenta donc de fixer Feliks, avec un regard glaciale, ou toutes émotions de joie ou de tendresse qu'il avait à l'égard de ce petit brun avait disparu pour ne laisser que du vide. Lorsqu'il était comme ça, personne n'était en mesure de savoir ce qu'il pensait ou encore ressentait. Il n'y avait rien sauf se froid qui émanait de lui. Ce n'était plus un ami que Feliks avait sous les yeux, mais un garçon qui le regardait avec une indifférence telle qu'il aurait pu sembler être un inconnu aux yeux de l'Asiatique.


Lorsque Toma fi son entré, Joon l'ignora ce qui était tout à fait normal, car tout ce que Joon souhaitait en ce moment était de blesser Feliks autant que lui venais de le blesser. Sans doute qu'il le regrettait plus tard et qu'il tenterait de se faire pardonner, mais pour le moment, cet instinct malsain le poussait à se venger et que faire si Feliks le prenait personnelle et se mettre a chialer tel une fillette. De toute manière, cette situation dans laquelle il se retrouvait lui avait bien montrer que malgré tous ses moments passer en sa compagnie, Feliks n'avait toujours rien compris de Joon et ses faiblesses et il se sentait trahi d'une certaine façons. Ce qui lui donna un pincement au cœur qu'il ignora. Toujours debout en silence, à observer le Slave qui semblait sur le bord de faire une crise de panique, Joon soupira de frustration et s'approcha de lui. Une fois à ses côtés, Joon se pencha, sa bouche a quelque centimètre de son oreille.

    « Tu sais Karkaroff à réagir de cette façon a chaque fois qu'un mec s'approche trop de toi en public, tu risques de te mettre dans la merde tout seul. Je n'ai rien fait de mal, on est pote non ? On ta déjà appris ce que c'était de déconner entre amis ? Ce que je viens de faire là, je l'aurais fait avec n'importe qui alors ta réaction de petites victimes d'agression, je crois que tu sais où tu peux te la mettre et ne va surtout pas t'imaginer que je vais me sentir coupable pour un truc aussi stupide... Et t'inquiète, je poserais plus mes mains sales sur ta petite personne princesse. Dernier conseille, tu devrais penser à aller consulter, parce qu'à être paranoïaque à ce point... M'enfin. »

Tel du poison, Joon avait chuchoter d'un ton glacial, ses paroles pour que seul Feliks les entendre. Paroles qu'il pensait qu'a moitier, mais qui contenait tout de même un certain font de vérités. Joon avait une vraie langue de vipère quand il voulait et il n'était pas connu pour mettre des gants. Non, il aimait frapper ou ça faisait mal et tourner le couteau dans les plaies de ceux qui l'avait blessé. Il se recula ensuite et apres avoir serrer les poings et pris une grand inspiration, il remit son sourire habituelle en place et courat vers Toma pour se distraire tout en l'interpellant par ce surnom que Joon lui avait donner avec une voix de fille. Une fois a sa hauteur, il s'aggripa au coup de Toto et ses avec une moue tristounette des fausse larmes dans les yeux qui s'adressa a lui d'une voix plaintive.

    «Yen auras pas de bisous, Feliks fait son coincer du cul et ce croit trop bien pour moiiiii, personne m'aimeeeeuuuuuuu ! Moi qui croyais être un homme à marier ! Il vient de bousiller mon rêve Toto ! »

Et c'est comme ça que Joon se renferma dans sa connerie pour cacher sa peine qu'il espérait que Toma n'est pas apperçus. Il le prit donc comme cobail, laissant en plan celui qui pour l'instant le dégoutait et qui venais de l'humilier. Toma au moins le conaissait bien et il était sure qu'il ne réagirait pas comme un crétin. Feliks n'était peut être pas habituer face au comportement de Joon qui pouvait parfois vous fair poser des question sur sa sexualiter, mais Pigro lui, d'aussi loin qu'il se souvienne il n'en avait jamais eu rien à faire.  
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t20988-joon-park-quand-le-frangin-deba
Ona O'Sullivan
Serdaigle
Tell me who you are...
Date d'inscription : 15/07/2015
Parchemins : 384
Points d'activité : 23
Avatar : Mackenzie Brooke Smith
Multicomptes : Gareth Davis - Neville Londubat
Image :
Âge : 15 ans
Année : 5 ème
Situation financière :
  • ★★★★☆

MessageSujet: Re: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Jeu 17 Nov 2016 - 16:26

Ona avait suivi Toma sans savoir pourquoi mais peut-être parce que c'était le seul serdaigle dans les parages immédiats de la jeune fille de quinze ans. Elle se retrouvait là sans savoir ce qu'elle y faisait et pourquoi tant de monde était là. Elle était perdue et n'avait qu'une envie : fuir loin d'ici pour retrouvrer sa tranquillité mais ses pieds refusiaent de rentrer dans son dortoir.

Autant profiter d'être avec d'autres élèves pour s'amuser un peu. Rien de méchant car Oan n'était pas de ce genre-là bien qu'elle ait déjà gifler un élève en plein bal l'année dernière. Elle remarqua Feliks et s'approcha de lui timidement. Elle avait peur de voir son grand frère débarquer d'un moment à l'autre d'Haveirson. Feliks l'avait toujours intrigué et elle ne savait pas du tout pourquoi. Il avait pourtant deux jambes, deux bras et un nez au milieu de la figure mais cela ne suffisait pas. Elle le trouvait différent des autres garçons de son âge. Bien qu'elle ne ressente aucune envie d'être en couple avec lui.

Soudainement, elle se retourna afin de voir si celui qui était resté son premier amour était là. Non pas de Morange ne vue et heureusement pour elle. Ona n'arrivait toujours pas à l'oublier alors que cela faisait des mois qu'ils ne sortaient plus ensemble. Elle revint sur Feliks pour changer de sujet.

"Ca va ?" fut tout ce qu'Ona arriva à dire à Feliks.

Elle avait senti des menaces dans la voix de Joon et avait peur qu'en aidant trop Feliks, Joon s'en prenne à elle aussi. Elle savait pourtant qu'elle aurait pu lui lancer un sort. Sa baguette était dans sa poche droite. Mais une serdaigle comme elle ne s'abaissait jamais à faire ça à un gryffondor qu'i ne valait pas mieux qu'un pauvre idiot. Ce que Joon semblait être ici.

Elle osa tout de même dire :

"Pourquoi quelqu'un voudrait embrasser Feliks là, tout de suite ? Ce n'est pas le moment et puis il est souffrant alors laisse-le tranquille Joon. Tu ne sais pas qu'il a du mal à respirer à cause de sa maladie ? T'es vraiment débile au fond de toi. C'est toi qui devrait consulter je crois..."

Ona rougit et n'osait plus faire quoi que se soit tant elle était tétanisée par sa prise de courage face à ce lionceau. Elle attendait les coups et moqueries de la part du rouge et or mais rien ne venait encore. Elle se dit que Joon devait la mépriser tant qu'il ne s'abaisserait jamais à lui parler ou la toucher.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t18590-ona-o-sullivan-termine
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Libre - There nothing gay about this ! Ft. Feliks    Aujourd'hui à 15:02

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Poudlard : le château :: Rez de chaussée :: Le Hall-